Réflexions sur l’ère numérique — Lecture de deux livres (partie 2)

L’arrivée de l’internet a bouleversé le monde. Il a transformé la mode de production et de réception des textes et changé nos habitudes de lecture. Les changements nous paraissent étrangers et nouveaux, et on ne sait pas où cette nouvelle technologie nous amène. Mais ce n’est peut-être pas vrai.
Ce livre s’intitule La Page de l’Antiquité à l’ère numérique, comme indique son nom centré sur la page. Grafton en traçant l’histoire de la page de l’Antiquité jusqu’à nos jours pour nous montrer que la transformation profonde des modes de production et de réception des textes à travers le numérique coïncide pourtant avec les pratiques que l’on retrouve à travers toute la tradition écrite depuis l’Antiquité.

Grafton définit la page comme « vénérable entité, espace fixe dans lequel s’organisent des mots et des illustrations, sur lequel des auteurs, des correcteurs, des graphistes et des imprimeurs ont travaillé pour donner à une œuvre littéraire, scientifique ou philosophique la forme matérielle la mieux à même d’exprimer son message. »

Et il a commencé par raconter les inquiétudes des gens sur l’influence du passage de pages imprimées aux pages numériques sur notre rapport à l’écrit.

Comme Carr, il a mentionné aussi le fait que les utilisateurs de l’internet au lieu de lire le texte ligne par ligne, ils balaient la page numérique en suivant le schéma F majuscule. Et il a indiqué aussi que la lecture d’un texte sur la page imprimée et sur la page numérique « fait intervenir des parties différentes du cerveau, et de manière autre. » Les pages imprimées favorisent le processus de transférer le contenu vers la mémoire de cerveau. Tandis que la lecture sur les pages numériques qui demandent beaucoup plus travail surcharge le cerveau et ne favorise pas la mémorisation de cerveau. Pourtant, comme cette lecture demande beaucoup de travail de cerveau, elle pourrait modifier le cerveau.

Mais contrairement à ce que pense Carr, Anthony Grafton nous montre que le monde de l’écran et le monde de la page ne sont en réalité pas très différents. Les pratiques de production et de réception du texte à l’ère numérique coïncident avec ceux qu’on retrouve à travers la tradition écrite depuis l’Antiquité. Et, quelle que soit l’influence, de la transformation de l’apparence de la page exerce sur nos yeux et nos cerveaux sollicités, cette transformation n’empêche pas forcément les lecteurs de comprendre le contenu.

Par exemple, au 1er millénaire avant J.C, les lecteurs ne peuvent que saisir les baguettes en bois, dérouler le texte latéralement à un bout et le réenrouler à l’autre bout pour lire le texte, parce que les deux extrémités du rouleau étaient fixées à ces baguettes. Sinon, ils doivent demander aux autres de lire le texte à haute voix pour eux. En effet, cette façon de lire est comme ce qu’on fait quand on lit les pages numériques sur l’internet sauf qu’on le fait verticalement.

L’adoption du codex qui autorise l’accès aux textes en modifiant de l’espace d’écriture a changé la lecture pratiquée au temps des rouleaux. Les tables canoniques d’Eusèbe sont considérées comme ancêtres des « hyperliens ». Les stratégies utilisées par les journaux et magazines des premières années du XX siècle comme mélanger les contenus sérieux et moins sérieux ou bien créer le « choc des mots » sont similaires à ceux qu’on utilise sur les pages numériques.

Les pages numériques qui regroupent les textes multimédias en combinant les textes et les images ne sont pas nouvelles. En effet, les pages de la chronique de Nuremberg qui rassemblaient une suite d’événements isolés et n’avaient pas de cohérence interne ressemblent beaucoup aux pages numériques qu’on voit tous les jours aujourd’hui sur l’internet.

Au fur et à mesure, avec les nouvelles technologies, il est vrai que nos habitudes de lecture ont évolué en fonction des mutations de la page. Mais il n’y a rien à craindre, ce qui est à venir a peut-être déjà passé sous des formes différentes dans le passé, et il nous reste à regarder de temps en temps en arrière pour nous rappeler.

Le poème de Lewis Carroll que Grafton a cité dans ce livre pourrait très bien résumer l’avis de Grafton :
Jardinier fou
Il crut voir un serpent à sonnette
Qui lui parlait en grec.
Regardant de plus près,
Il comprit que c’était
Le milieu de la semaine prochaine

À mon avis, il est inutile de s’inquiéter sur l’influence de l’internet sur notre vie, et il est difficile de prévenir son avenir, mais c’est toujours bien de continuer à porter notre attention sur les nouvelles technologies et s’y méfier afin de bien se préparer. Et il ne faut pas oublier que quand Voltaire a écrit Zadig et son Dictionnaire Philosophique, il a adopté la lecture de survol et la lecture fragmentaire au lieu de choisir la lecture intégrale. L’ère numérique « C’était le meilleur et le pire de tous les temps, le siècle de la folie et celui de la sagesse ; une époque de foi et d’incrédulité ; une période de lumières et de ténèbres, d’espérance et de désespoir, où l’on avait devant soi l’horizon le plus brillant, la nuit la plus profonde ; où l’on allait droit au ciel et tout droit à l’enfer ». On a toujours le choix, et la clé est peut-être de savoir faire le bon choix selon nos besoins.

Bibliographie :
McLuhan, Marshall, Pour comprendre les médias : les prolongements technologiques de l’homme, Paris, Le Seuil, 1977.
Nicholas Carr, Internet rend-il bête ? Traduit de l’anglais par Marie-France Desjeux, Éditions Robert Laffont, S.A., Paris, 2011
Anthony Grafton, la Page de l’Antiquité à l’ère du numérique (Louvre Éditions, Bibliothèque Hazan, janvier 2015
Charles Dickens, Un conte de deux villes, Trad. de l’anglais par Jeanne Métifeu-Béjeau, Collection Folio classique [n ° 2106], Gallimard

JIE Junlan

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts


2 réflexions sur « Réflexions sur l’ère numérique — Lecture de deux livres (partie 2) »

  1. Ton sujet de mémoire est très intéressant, et peut éventuellement raviver la flamme entre public chinois et littérature française. Mais je crois que cela doit passer par la littérature contemporaine, dont la langue correspond plus à celle qu’ils souhaitent comprendre et maîtriser. Mon expérience me dit que les étudiants chinois ont du mal à apprécier les écritures trop anciennes, et c’est tout à fait compréhensible. L’enseignement de la littérature en Chine se limite ainsi trop souvent à un enseignement de dates, de noms, ou de notions qui délaissent la découverte de la langue elle-même. C’est bien dommage ! Mais peut-être que le numérique sur lequel on peut peut-être plus agir peut éclairer d’un jour nouveau ce rapport.

    1. Merci pour ton commentaire. Je partage ton avis. Il est vrai que la plupart des étudiants ne s’intéressent pas trop à la littérature française pour des raisons différentes et compliquées. Moi-même en tant qu’étudiante chinoise, je m’intéresse beaucoup à la littérature française. Pendant mes quatre années d’étude en Chine au département du français, j’ai trouvé que la qualité des cours de la littérature française dépendait plutôt des enseignants, et les manuels de la littérature étaient très différents en fonction des établissements et des enseignants. De ce fait, il existe de grands décalages chez les étudiants. Et tu as peut-être remarqué aussi que, certains enseignants de la littérature française utilisaient encore les manuels très anciens et d’autres créaient leur propre manuel pour donner les cours. Il semble qu’il n’y a pas de manuels pertinents. Comme aujourd’hui, beaucoup de maisons d’édition ont commencé à créer les manuels numérisés, je pense que peut-être qu’on peut essayer de bien profiter l’internet et le multimédias pour donner de « ‘l’air frais » aux manuels de la littérature française. En plus, comme les ressources sur la littérature française en Chine sont très limitées et beaucoup de ressources sur l’internet sont bloquées, je pense qu’on peut aussi se servir de manuels numérisés pour enrichir les ressources qu’on fournit aux étudiants. À ma connaissance, ce que les étudiants apprennent dans les cours de littérature française est déconnecté de ce qui est en vogue. La plupart des étudiants connaissent très peu sur la littérature contemporaine et ils ne savent pas ce que les Français lisent aujourd’hui. Si on peut créer un pont entre les Français et les étudiants chinois à l’aide du numérique, ils pourraient par exemple échanger leurs avis sur les livres qu’ils lisent, ce qui pourrait motiver les étudiants, en plus, ces échanges bénéficient aux deux côtés. Mais c’est vrai que le numérique nous apporte aussi beaucoup de soucis et il y a beaucoup d’incertitudes. En tout cas, malgré tout, ça vaut toujours le coup de faire la recherche et d’essayer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.