Insécurité linguistique chez les enseignants non natifs

J’observerai les difficultés comme l’insécurité linguistique chez les enseignants non natifs. Selon Roussi, ces derniers sont confrontés à cette difficulté dans les cas suivants :

Quand ils ne peuvent pas répondre aux questions spontanées et imprévues sur le lexique malgré leur préparation intense avant le cours, les enseignants se trouvent dans une situation de dépression et « (…) de saper son autorité, de lui dénier sa compétence. » (Roussi 2011 : 250). Les enseignants non natifs sont mis en situation d’insécurité lorsqu’ils ne peuvent pas répondre à la tâche linguistique demandée.

Egalement leur sentiment d’insécurité est variable selon le niveau de la classe. Une enquêtée avoue que « lorsque le niveau de la classe est jugé insuffisant, les professeurs sont davantage à l’aise. » (Roussi 2011 : 251).

D’après les enquêtes de Roussi, l’âge est un autre facteur potentiel de l’insécurité. Un enseignant non natif au Maroc raconte son expérience, où un élève a essayé de le  provoquer en posant une question sur du lexique rarement utilisé car cet enseignant était plus jeune que cet élève.

Les cas d’insécurité linguistique chez les enseignants non natifs ne sont pas exhaustifs. De plus, selon Cicurel, ils rencontrent également des difficultés lors des interaction en cours de langues avec des apprenants.

Dans l’interaction de la classe, il existe une double contrainte entre les règles ou les conventions traditionnelles et les paroles authentiques des apprenants:

« pour enseigner une langue en contexte institutionnel il faut à la fois « tenir » l’interaction, remplir les obligations interactives et permettre une prise de parole individualisée et « fraîche », susceptible de déranger l’ordre interactionnel parce que c’est une parole authentique, non calquée sur des modèles » (Cicurel 2005 : 183).

Il est aussi difficile de maintenir un équilibre entre « un plan de prévu et celui de l’interaction vive». Souvent les apprenants font une rupture thématique qui est hors sujet. Il revient à l’enseignant de choisir d’ignorer cette rupture ou de la traiter comme une extension du thème. Un exemple dans l’ouvrage de Cicurel, il nous est montré comment un enseignant peut « Non pas (de) le modifier totalement mais (d’)introduire une digression en rapport avec le thème. » (Cicurel 2005 : 187)

Il existe une complexité de l’action au niveau de la gestion du temps. Il faut bien contrôler le rythme du cours pour qu’il ne paraîsse ni trop rapide ni trop long. Si l’enseignant consacre beaucoup de temps sur un exercice, il n’y aura probablement pas assez de temps pour les exercices suivants. Quelques fois le silence est un moyen pour régler le problème du temps si le rythme est relativement rapide.

 


Jingjie

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Une réflexion sur « Insécurité linguistique chez les enseignants non natifs »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.