La forme des activités grammaticales

Nous commencerons par examiner l’objet didactique grammatical « activités grammaticales » utilisé dans l’enseignement des langues. Ces pratiques d’enseignement ont pour finalité explicite de faire faire de la grammaire aux apprenants, c’est-à-dire d’accompagner la structuration de leurs connaissances/compétences morphosyntaxiques au moyen d’activités ou d’exercices systématiques, à dimension à la fois réflexive et descriptive. Ces activités sont explicitement focalisées sur les régularités morphosyntaxiques et, plus rarement, sur les fonctionnements énonciatifs et discursifs. Elles cherchent à créer des automatismes, surtout pour les phénomènes de bas niveau cognitif ( comme les variations morphologiques ) ou elles sont destinées à faire prendre conscience des diverses formes de régulation de la langue cible et de la latitude énonciative à disposition des locuteurs.

L’éventail des formes des activités grammaticales semble s’être stabilisé : les typologies d’exercices formels, proposées il y a dix ou vingt ans, ne sont pas enrichies considérablement. Selon la formule toujours pertinente de H. Besse « l’exercice bénéficie ou souffre d’une certaine immutabilité historique ». En effet, la description qui en est proposée pas H. Besse dans l’ouvrage cité demeure pertinente pour typologies les exercices utilisés actuellement, on y distingue :

– les « exercices de répétition », surtout tournés vers la mémorisation ou utiles pour developper la compétence phonétique ; ils n’impliquent généralement pas de manipulation de formes. Avec le recul global des techniques mémorielles dans l’enseignement, ces activités se sont faites désormais plus rares ;
– les « exercices à trous », caractéristiques de l’approche globaliste ;
– les « exercices structurels », dont les plus connus sont les exercices structuraux , technique de fixation des formes syntaxiques par réitération de la forme et substitution du lexique. Ils impliquent souvent des manipulations syntaxiques ( par exemple : je ne veux pas sortir mais il veut [ que je sorte ], je ne veux pas partir mais il veut [ que je parte ]…) ;
– les « exercices de reformulation », dont H. Besse souligne qu’ils sont souvent utilisés pour la compréhension orale ou écrite.

Les exercices grammaticaux sont peu variés. La familiarisation avec la morphologie s’effectue essentiellement par des exercices à trous; le sens de leurs éléments peut souvent être mis entre parenthèses, sauf pour la tâche ( nombre du sujet, genre du nom … )

Les exercices syntaxiques sont fondés sur des activités de substitution, d’expansion et surtout de transformation : changement de temps verbal, pronominalisation, combinatoire de propositions ( pour créer des relatives, des subordonnées introduites par que ), mise en relief, nominalisations…

Bibliographie

Basuiji J. ( 1977 ) : « Pourquoi des exercices de grammaire ? », Langue française 77, pp. 6-21

Beacco J.-C. ( 2010 ) : La didactique de la grammaire dans l’enseignement du français et des langues, Paris : Didier.

Besse. H. & Porquier R. ( 1984 ) : Grammaires et didactique des langues, col. LAL, Paris : Hatier-Crétif

Vigner G. ( 1984 ) : L’exercice dans la classe de français, col. F, Paris : Hachette.


WEN Yuehan

Étudiante en Master 2 de Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

2 réflexions sur « La forme des activités grammaticales »

  1. Merci pour ce texte. Moi qui enseigne souvent la grammaire à des apprenants anglophones de niveaux élémentaires, je suis vraiment partagée entre mes propres pratiques d’enseignement , les théories que j’ai lues et ce que je voudrais faire dans un monde/cours idéal. Personnellement, j’adore la grammaire, en parler, l’enseigner, tout ça, c’est mon truc. Mais lors de la conception de mes plans de cours, je suis tiraillée entre mon envie d’enseigner la grammaire comme moi je l’ai apprise , « à la française » de la fin des années 80, de façon totalement explicite avec beaucoup de vocabulaire spécialisé, à coups d’exercices à trous, d’analyse logique et grammaticale (après tout, ça a marché pour moi) , ou bien appliquant les méthodes que j’ai apprises lors de mon Master? Au final, en général, je fais un peu des deux mais je m’assure de terminer la séquence sur une courte production écrite qui demande aux apprenants de mobiliser à la fois leurs compétences grammaticales et leurs capacités à rédiger au sens large du terme. Il me semble que cette dernière activité ancre mieux les concepts de grammaire dans l’apprentissage des apprenants grâce à l’utilisation de deux compétences en même temps dans une même tâche.

    1. Merci pour ton commentaire. Les pratiques d’enseignement que tu partages sont pertinentes. En mettant l’accent sur la compétence grammaticale, il est aussi nécessaire de developper la capacité de communication ou production. Ton avis me donne l’inspiration et la réflexion à mieux construire les activités grammaticales dans l’enseignement. Merci bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.