Quelques pistes pédagogiques à explorer dans l’étude de l’album de jeunesse

Dans le billet précédent, j’ai proposé certaines activités susceptibles d’être réalisées à partir d’un album de jeunesse, j’ajouterai ici quelques unes très pertinentes dans la manière d’appréhender un album.

En effet, en parcourant quelques sites du Ministère de l’éduction nationale, je suis tombée sur celui  de Grenoble qui met à disposition des enseignants du premier degré certains albums de jeunesse, à titre d’exemple : « Je ne suis pas mignon » de J. Allen, « Tout en haut » de M. Ramos, « La princesse qui détestait les légumes » de Yann Queffelec, etc. Dans ce contexte, ce qui m’a frappé le plus, ce sont les critères privilégiés dans l’analyse de l’album.

En effet, ce qui est mis en avant, c’est par exemple « les techniques de narration et la structure de l’album ». Concernant le premier critère, il s’agit de repérer dans le récit la présence ou l’absence du narrateur en apportant des exemples bien précis. Pour ce qui est d’analyser la structure de l’album, il s’agit avant tout d’apprendre aux apprenants à comprendre le texte littéraire selon le schéma linéaire, c’est-à-dire repérer la situation initiale, décrire les événements, les actions et les péripéties, la résolution de problèmes et dégager la situation finale. Par exemple, en ce qui concerne la fin de l’histoire, il s’agit de dire aux apprenants si la situation finale est identique à la situation initiale (histoire en boucle) ou bien expliquer en quoi la situation finale est différente de la situation de départ : est-ce qu’il s’agit d’une fin heureuse, ou d’une fin ouverte ou encore d’une fin malheureuse ou ambiguë.

Dans la perspective d’enrichir cet enseignement de la littérature de jeunesse à partir de l’album narratif, l’enseignant complètera l’analyse par deux autres schémas indispensables à la compréhension de l’album :  il s’agira de travailler le schéma à séquences répétitives, en d’autres termes, revenir sur quelques épisodes du schéma linéaire et proposer des variantes. Ce principe de répétition se constate le plus souvent dans l’itinéraire progressif du personnage principal. La dernière phase de cette analyse narrative consiste à observer la mobilité des mouvements, la confrontation de points de vue et distinguer la réalité de l’imaginaire, ce qu’on appelle « le schéma en alternance. » A cet égard, Escarpit indique que : « l’album sert de véhicule à toutes les tendances littéraires, les plaçant ainsi à la portée du jeune lecteur. Mais il les aborde de manière originale, à travers la relation particulière qu’il instaure entre texte et image. » (Escarpit, 2008, p. 306)

Bibliographie

ESCARPIT  D. (2008), La littérature de jeunesse : itinéraires d’hier à aujourd’hui, Paris : Magnard.

http://www.ac-grenoble.fr/savoie/pedagogie/docs_pedas/programmation_albums/.


TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Une réflexion sur « Quelques pistes pédagogiques à explorer dans l’étude de l’album de jeunesse »

  1. Ces sites des académies sont très utiles pour ns recherches car ils proposent des articles souvent bien synthétisés sur certains domaines, mais aussi des fiches pédagogiques bien utiles pour préparer un cours ou pour trouver des exemples dans le cadre de nos recherches théoriques, comme avec les albums de jeunesse ou les ateliers d’écriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.