étude de Boré sur analyse du brouillon

Selon Boré, l’intérêt du questionnement sur le brouillon est bien de comprendre « la spécificité de cet ensemble protéiforme- à la fois matériau et concept- qui a du rapport avec l’écrit comme système, l’écriture comme processus, et plus profondément avec la capacité langagière de reprendre, reformuler, paraphraser » (Boré, 2000 : 23). Boré nous présente ses recherches (2004) sur des brouillons des élèves dans un contexte scolaire. La prise en compte des brouillons dans les productions écrites a commencé assez tardivement. Depuis les années 1990, le brouillon a commencé s’être didactisé sous différentes formes par les didacticiens et les chercheurs. Ceux que l’auteur analyse dans cet article sont en situation scolaire. En comparant les brouillons dans les disciplines divers, telles que les  sciences du langage, la psychologie cognitive, l’ethnologie, la littérature, etc, Boré relève deux caractéristiques communes aux scripteurs dans l’activité métalinguistique : les incertitudes énonciatives et l’effort de rationalisation.

 

La première caractéristique commune porte sur les incertitudes énonciatives. L’auteur nous montre un exemple des brouillons d’un élève de CM2. Boré analyse deux versions de ses brouillons, qui correspondent à la synthèse d’une leçon de géométrie. Dans la première version, l’élève présente une incertitude énonciative. Cette dernière est due à l’hésitation générique quand le genre scolaire n’est pas normé. L’élève hésite sur le choix du prénom personnel. Il utilise le terme « je » dans sa première version du brouillon. A l’occasion d’une discussion collective qui entraine l’emploi du pronom « on », cet élève rédige une deuxième version de son brouillon. Nous pouvons remarquer que, cette fois, il modifie le pronom « je » en « on » neutre. Pourtant il considère toujours son texte comme une narration personnelle malgré le changement du pronom, puisqu’à la fin du brouillon, il utilise l’adjectif possessif « ma ».

 

Inspiré de cette recherche, nous attendons pouvoir analyser l’emploi du déterminant possessif et l’omission des déterminants en examinant les brouillons de nos informateurs.

 

Selon la même recherche de Boré, la deuxième caractéristique concerne la « rationalisation ». Elle est souvent retrouvée dans les situations guidées, comme la circonstance des productions écrites de nos informateurs. L’auteur se concentre sur un lien explicite de causalité entre les évènements racontés, plus précisément sur l’emploie du joncteur « car ». Le premier exemple d’un élève, Laura, montre que le scripteur emploie un outil de liaison simple afin de manifester une cohérence implicite dans son texte. A part la même motivation du « car » dans le brouillon de Laura, celui d’un autre élève en sixième, Houda, utilise ce joncteur pour remplacer un dialogue.


Jingjie

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.