Entretiens avec les enseignants francophones natifs en Chine

Dans le cadre mon mémoire du M2 portant sur la perspective actionnelle contextualisée dans l’enseignement supérieur en Chine,  j’ai effectué un stage d’observation de 1 semaine à l’Université des études internationales de Shanghai et un stage pratique de 3 semaines à l’Université Jianghan. Durant mon séjour en Chine, j’ai interviewés 4 enseignants francophones natifs  et 4 enseignants chinois dans les deux établissements ainsi que deux questionnaires auprès des étudiants chinois, en vue de mieux connaître l’enseignement/apprentissage du français en milieu universitaire chinois et de bien suivre la réalisation des tâches et des projets.

En réalité, les questions varient en fonction de différents enseignants et de différents tâches/projets réalisés et les entretiens a souvent duré vers 30 minutes. Les transcriptions sont trop longues, je mets seulement les 10 questions les plus fréquemment abordées dans les entretiens.

  1. Pourriez-vous parler un peu de vos parcours universitaires ? Avez-vous suivi des formations en DFLE ?
  2. Depuis combien de temps enseignez-vous le français en Chine ? Dans combien d’universités chinoises ?
  3. Quels cours assurez-vous à l’université ?
  4. Dans les universités chinoises, les enseignants chinois s’occupent de la grammaire et du vocabulaire, les enseignants francophones natifs prennent en charge l’oral et la culture. Que pensez-vous de cette répartition de cours ?
  5. Que pensez-vous de l’enseignement de vos collègues chinois à l’Université ?
  6. Y a-t-il des réunions pédagogiques ou des échanges régulières entre vous et vos collègues chinois ?
  7. Que pensez-vous de la perspective actionnelle ?
  8. Pensez-vous que l’utilisation du Wechat dans votre enseignement fasse partie du TICE/NTE (Nouvelles technologies éducatives) ? Facilite-elle l’application de la perspective actionnelle dans votre enseignement ?
  9. D’où vient l’idée de faire cette activité ? Pourquoi vous organisez cette activité de cette manière ?
  10. Que pensez-vous du test TFS4/8 ? Pensez-vous qu’on puisse les remplacer par DELF/DALF ?

 

Je me suis rendu compte qu’en fait, je suis un peu partie dans tous les sens. J’ai abordé les questions de division des cours et de coopération entre les enseignants francophones natifs et les enseignants chinois, des méthodologies d’enseignement du français en Chine, de TICE et de l’évaluation. Maintenant, il faut que je sélectionne les informations et de les intègre avec pertinence dans mon mémoire comme supports de mes analyses…


Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l'Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts

Une réflexion sur « Entretiens avec les enseignants francophones natifs en Chine »

  1. La répartition des enseignements a tendance à changer. En Chine, j’ai été effectivement connu cette répartition des enseignements, la plus grande partie de ma présence là-bas : à moi l’oral, à eux le reste ! Et puis pendant mes 5 années de présence à Yunda, j’ai été en charge de beaucoup d’autres choses, mais ai toujours été le seul à enseigner l’oral. Un enseignant chinois me disait qu’il avait du mal à parler de culture ; beaucoup ont du mal avec l’oral (notamment quand ils sentent que les étudiants les jugent sur l’imperfection de leur prononciation) ; etc. Je pense toutefois que l’idéal est de s’essayer à divers enseignements, et en y mettant de la bonne volonté, on peut surpasser ses difficultés dans certains champs, car les savoirs et les parcours des enseignants sont en fait complémentaires, et ne s’annulent en rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *