« Le Petit Musée » d’Alain Le Saux et Grégoire Solotareff : un atlas ?

Format carré, 16×15 cm. 600 grammes. 310 pages. 149 mots classés par ordre alphabétique et associés à 149 tableaux allant de Velàsquez à Magritte en passant par Courbet. Autant de données sont nécessaires pour cerner le concept de ce livre édité en 1992[1] et qui a reçu plusieurs prix [2] : distraire le jeune public au moyen d’une banque d’images tout en l’instruisant, le cultivant à travers une visite de l’Histoire picturale qu’il apprivoisera au fur et à mesure de sa lecture.

Mais peut-on réellement « lire » ce livre ? Plus simplement et de façon pléonastique, commence-t-on par le début et finit-on par la fin ?

Il est clair que, si l’enfant démarrait dès la première page avec le mot « aigle » et poursuivait consciencieusement, page après page, il ne pourrait atteindre le mot « zèbre » à tel point ce livre lui semblerait long, ennuyeux et répétitif. Voilà pourquoi j’ai employé le mot « visite » pour décrire l’approche qui est faite de ce « petit musée ». En effet, lorqu’on visite le Louvre, on erre au grès des salles, au grès des tableaux, des statues, on s’attache à l’observation des uns, on en passe d’autres, on revient sur certains qui nous marquent davantage. C’est un parcours qui nous guide sans nous enfermer et nous permet des détours. Ainsi, lorsque le petit enfant tient ce livre entre les mains il va le parcourir en s’attardant peut-être plus sur les poissons tels que Braque les peignit et sur les viandes de Goya que sur la vague mise en avant par le tableau de Courbet ou les bananes de De Chirico.

Si nous tentions alors de caractériser littérairement cette œuvre, nous serions interpelés par la définition que fait de l’atlas Georges Didi-Huberman dans son Atlas ou le gai savoir inquiet[3] : « nous l’ouvrons d’abord pour y chercher une information précise mais, l’information une fois obtenue, nous ne quittons pas forcément l’atlas, ne cessant d’en arpenter les bifurcations en tous sens ; moyennant quoi nous ne refermerons le recueil de planches qu’après avoir cheminé un certain temps, erratiquement, sans intention précise, à travers sa forêt, son dédale, son trésor. » (p. 11). Cette citation ‘colle’ parfaitement avec ce que j’ai dit plus haut. Le Petit Musée est donc un atlas. Mais encore ?

Pour aller plus loin et toujours selon Didi-Huberman, « [l’]’atlas, lui, n’est guidé que par des principes mouvants et provisoires » (p. 14) et « ne possède presque jamais une forme que l’on pourrait dire définitive. » (p. 11). Notre Petit Musée, lui, comporte pourtant bien un début, une fin, et une structure ferme et inchangeable : celle de l’ordre alphabétique. Il ne s’agit donc pas d’un atlas au sens convenu par Didi-Huberman. Si ce n’est pas un atlas, qu’est-ce donc ? La réponse à cette question pourrait être également donnée par notre auteur à la quatorzième page, lorsqu’il écrit : « [u]n dictionnaire se rêvera comme [le] catalogue ordonné [des mots] selon un principe immuable et définitif (le principe alphabétique, en l’occurrence). ».

Le Petit Musée est donc un dictionnaire. Mais quid des images qui illustrent ses mots ? Ce livre n’a ni la forme instable et flottante de l’atlas, ni l’absence d’images du dictionnaire. Il n’est donc ni un atlas ni un dictionnaire.

Toutefois, lorsque nous le ‘visitons’, nous le feuilletons à la manière du premier et c’est l’ordre alphabétique qui le régit comme le second. Le Petit Musée est donc à la fois un atlas et un dictionnaire, une sorte de catalogue d’images, qui cherche à enrichir l’enfant d’un lexique en l’associant à des illustrations, ici à des tableaux, lui procurant à la fois plaisir visuel et culture. Sans qu’il n’en ait conscience, le jeune public se dote de munitions, il nomme le monde dans lequel il vit en se créant des réserves, des ressources culturelles qui resteront imprimées en lui longtemps. S’agirait-il donc d’un imagier ?

 


[1] Petit Musée, images choisies par Alain Le Saux et Grégoire Solotareff, L’école des Loisirs, 1992, 310 pages.

[2] le « Cercle d’or » (Cercle de la Librairie et Livres Hebdo)1992, le « Prix du Livre d’art pour enfants » (Ville de Marseille)1993, le Prix « Sorcières » 1993, le « Prix des Critiques de livres pour enfants » de Belgique en 1993.

[3] Atlas ou le Gai savoir inquiet, Georges Didi-Huberman, L’œil de l’Histoire 3, 2011, 384 pages.


Une réflexion sur « « Le Petit Musée » d’Alain Le Saux et Grégoire Solotareff : un atlas ? »

  1. Quelques remarques rapides car la conceptualisation de la notion d’atlas, si elle est passionnante, n’est pas simple:
    – il me semble qu’il est nécessaire de ne pas réduire celle-ci à la théorie des genres où les critères distinctifs seraient soit référés à des usages ou – ce qui est généralement le cas – à des formes établies historiquement; en effet, la conceptualisation offerte par Didi-Huberman après Warburg est beaucoup plus qu’une théorie des genres – ici supports des savoirs – une proposition heuristique des rapports entre les savoirs et les supports ou plus généralement les formes et usages que de tels supports établissent ;
    – par conséquent, le critère de l’ordre alphabétique dans « le petit musée » de Solotareff (mais, pourquoi ne pas le dire des éditions annuelles du « Larousse » (largement illustré) n’est plus alors, de ce point de vue, qu’un simple passage non nécessaire vers des savoirs extrêmement feuilletés et sans cesse, par la lecture que le dispositif permet dans les pratiques sociales les plus diverses – y compris scolaires – d’un rapport aux savoirs qui ressemble à s’y méprendre à la description qu’une fait Didi-Huberman, p. 11, que vous citez.
    Par conséquent, il me semble nécessaire de ne pas lire l’essai de Didi-Huberman pour en extraire des critères de classement mais bien de le lire pour ouvrir les yeux (et les oreilles) sur des pratiques et des usages que normalement ou par habitude, par exemple dans les situations scolaires, nous excluons ou n’écoutons voire n’observons pas.

    Il me semble, pour conclure, que l’enjeu de « Petit Musée, par exemple, n’est pas la nomination du monde par les enfants mais bien l’imaginaire qui peut s’exercer exactement comme Didi-Huberman conclut sa première partie concernant l’atlas. J’insisterais même de ce point de vie sur « les affinités électives » que les lecteurs de ce livre peuvent explorer d’une entrée à l’autre, d’un détail à l’autre de ces peintures du musée dont les tableaux d’origine sont bien référencés, permettant ainsi des voyages très rapides et incongrus mais aussi pertinents que sur les tables de Warburg: Solotareff et Le Saux sont, de ce point de vue, des élèves de Warburg.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *