La théorie contextuelle de l’article (H. Weinrich)

D’après cette théorie, le choix de l’article dépend de la structure du texte, de la fonction anaphorique de l’article : “les articles sont des morphèmes dont la fonction dans le texte est de mettre des noms en relation avec d’autres signes linguistiques et d’établir ainsi entre eux une relation de détermination. C’est pourquoi on peut les appeler morphèmes nominaux. En règle générale, les articles sont placés devant le nom dont ils assurent la détermination textuelle (prédétermination)” (Weinrich, 1989 : 201). Harald Weinrich postule l’existence de “l’article simple” qui présente une opposition binaire entre “l’article anaphorique” (défini) et “l’article cataphorique” (indéfini). L’article anaphorique (défini :le, la, les) s’appuie sur l’information que les locuteurs peuvent extraire du contexte, “renvoie l’auditeur à une pré-information” (ibid.), c’est quelque chose de connu. L’article cataphorique (indéfini : un, une, des) renvoie les locuteurs à une post-information (le contexte qui suit le nom), quelque chose d’inconnu.

De cette façon, selon Weinrich, la pré-information aussi bien que la post-information peuvent se présenter sous trois formes :

  1. Pré- ou post-information en tant que contexte linguistique. Dans ce cas le choix de l’article s’appuie sur le texte (écrit ou oral) : “avec l’article anaphorique cette recherche remonte le courant du texte. Avec l’article cataphorique, cette recherche de déterminants revêt la forme d’une attente heuristique tournée vers le contexte qui suit le nom” (Weinrich, 1989 : 209).
  2. Pré- ou post-information en tant que situation extra-linguistique. Weinrich introduit le concept de “texte-en-situation” qui veut dire que le texte est habituellement placé dans une situation extralinguistique. De cette manière, on peut au début d’un texte renvoyer, par un article anaphorique, à la situation antérieur au texte. En revanche, à la fin d’un texte, on peut faire référence, de manière anticipée, à l’aide de l’article cataphorique, à la situation qui continue au delà du texte.  
  3. Pré- ou post-information en tant que signification de code. Il y a des cas quand le nom n’est entouré ni d’un contexte linguistique, ni d’une situation extra-linguistique, “le locuteur peut alors se dispenser de l’article, qui fera place à l’article-zéro” (Weinrich, 1989 : 211). L’article-zéro (ou “morphème-zéro”) est l’absence de l’article qui veut dire que l’auditeur ne doit attendre ni de la pré-information, ni de la post-information une détermination du nom introduit sans article. Selon Weinrich, dans ce cas, “la détermination reste en suspens ou se règle d’elle-même” (Weinrich, 1989 : 220).

L’emploi de l’article partitif (du, de la, de l’) est présenté à travers la neutralisation du nombre dans les formes de l’article. H. Weinrich précise que l’opposition de nombre (singulier – pluriel) peut être neutralisée seulement sur l’article cataphorique (un, une, des), c’est pourquoi l’article partitif n’est alors suivi que du nom au singulier. Cet article s’emploie avec les noms qui sont considérés comme une continuité homogène. De cette façon, Weinrich définit l’article partitif comme variante combinatoire de l’article partitif, mais employé avec des noms dont la structure sémantique est différente.

Bibliographie

WEINRICH, H., 1989, Grammaire textuelle du français, Paris, Les Éditions Didier.


Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.