État des lieux d’une fin de recherche

Où j’en suis/Où je vais : Résumé

Dans la première partie de mon mémoire « Montrer un film en classe de FLE », j’essaie surtout de répondre à la question suivante : Pourquoi le cinéma ? (Pourquoi le cinéma plus qu’un autre support ?). Pour justifier, si l’on veut, mon choix de privilégier l’introduction du cinéma dans les cours de FLE, plutôt que la littérature ou la photo par exemple. J’y réponds un peu comme si mon mémoire allait être lu par des enseignants, encore douteux, à la recherche de repères quant à l’utilisation du cinéma. Pour ce faire, je m’appuie sur quelques des ouvrages de ma bibliographie ainsi que sur les propos d’enseignants que j’ai recueillis par le biais d’un questionnaire d’enquête composé de douze questions.

Au même titre que mes deux autres parties, celle-ci évolue en quatre chapitres. Dans le Chapitre 1, j’essaie de déterminer comment constituer un corpus d’extraits de films. Dans le Chapitre 2, il s’agit de comprendre ce que représente vraiment le visionnage d’un film à l’échelle de la classe de FLE. En effet, ce que l’enseignant montre est regardé par un apprenant spectateur dont la perception peut être différente de celle d’un tout autre spectateur. Dans le chapitre 3, je m’intéresse aux influences qu’ont les films et leurs personnages (notamment d’un point de vue émotionnel) sur la motivation et l’apprentissage des apprenants. Enfin, dans le chapitre 4, je reviens plus en profondeur sur la question de départ de la partie « Pourquoi le cinéma ? » afin de mieux comprendre quelles peuvent être ses fonctions de support didactique qui me poussent à le privilégier.

Chapitre 1. Constituer un corpus d’extraits de films
1.1 Qu’est-ce qu’un corpus de films ?
1.2. Qu’est-ce qu’un « bon » corpus de films ?
1.3. Quelques critères de sélection pour rendre le cinéma soit à la portée de tous
Chapitre 2. Apprendre à regarder
2.1. Ce que l’on analyse lorsque l’on regarde un film
2.2. Pour quelles raisons aime-t-on un film ?
2.3. Parler d’art, c’est parler de soi
Chapitre 3. S’identifier au locuteur natif au cinéma
3.1. Le cas de l’empathie avec le personnage
3.2. L’émotion en classe de langue
3.3. De la motivation à l’imitation
Chapitre 4. Qu’a le cinéma, que le reste n’a pas ?
4.1. Un film : Dialogue fictionnel, document authentique et discours
4.2. L’implicite de l’image
4.3. Le cinéma pour l’apprentissage ou pour l’appropriation ?

Dans la deuxième partie, intitulée « Regarder un film en classe de FLE », le point de vue n’est plus le même. En effet, je ne m’intéresse plus essentiellement aux choix de l’enseignant mais plutôt aux ressentis des apprenants. Je développe ainsi leur rencontre sensorielle avec le cinéma et surtout ce que ce dernier peut leur apporter sur le plan de l’apprentissage de la langue-culture. Cette partie repose essentiellement sur un corpus de dix extraits de films.

Le premier chapitre s’articule autour du/des français que parle le cinéma francophone et donc de la « langue ». C’est une notion que j’essaie de définir tout en tenant compte de ses nombreuses variations. L’objectif de ce chapitre est de prouver que l’on peut, grâce au cinéma, illustrer non pas un, mais une multitude de français et aussi pourquoi pas, tendre vers un éveil aux langues de manière plus générale. Le deuxième chapitre, poursuit sur cette notion de « langue ». Cependant, la question que je me pose cette fois ci concerne l’enseignement de l’oral : et plus précisément dans quelle mesure le cinéma peut permettre un tel enseignement alors qu’il repose presque toujours sur un scénario écrit.  Le troisième chapitre est consacré à la culture et aux interactions verbales que l’on peut retrouver dans les films. La culture s’acquiert en milieu naturel au contact des natifs et le cinéma permet de recréer cette situation (voire même de servir de passerelle vers l’interculturel — dernier chapitre de la partie). J’essaie d’expliquer, par ailleurs, que comme la langue, il n’y a pas qu’une culture. Ce chapitre évoque donc aussi les cultures, les représentations, les stéréotypes ainsi que l’implicite culturel.

Chapitre 5. Le cinéma comme réalité langagière
5.1. La langue et les langues
5.2. Les variations : quel(s) français enseigner avec le cinéma ?
5.3. Vers le bi-plurilinguisme
Chapitre 6. Le cinéma, un support entre oral et écrit
6.1 Oral et oralité, essais de définitions
6.2 Qui dit « grammaire de l’écrit », dit « grammaire de l’oral » ?
6.3. Le film pour exhiber les occurrences et les exceptions
6.4. Le langage corporel de l’acteur
Chapitre 7. De la multi-modalité des interactions, ou quand enseigner une langue c’est enseigner une culture
7.1. Les interactions verbales du quotidien : Le cas de l’entretien d’embauche dans Réalité
7.2. Penser la culture
7.3. Penser la culture au pluriel
Chapitre 8. Le cinéma, passerelle de culturel à interculturel
8.1. L’interculturalité, essai de définition
8.2. Cinéma et pédagogie interculturelle
8.3. L’apprenant apprenti anthropologue

Dans la troisième et dernière partie de mon mémoire — « Faire (faire) un film en classe de FLE » —, il ne s’agit plus de regarder des films en classe, mais de les créer dans le cadre d’un atelier collaboratif. Ainsi, après le visionnage d’un certain nombre d’extraits de films — sélectionnés par les soins de l’enseignant afin que les apprenants puissent se faire une idée de la variété des français et des situations d’interaction, et acquérir un début de bagage langagier et culturel —, les apprenants vont écrire puis tourner un film.

Dans un premier chapitre, je réponds à la dernière hypothèse que j’énonce dans l’introduction, restée sans réponse : « Hypothèse n°4 : La pédagogie de projet favorise l’apprentissage de la langue-culture ». Je m’arrête ensuite sur des éléments d’ordre organisationnel, comme par exemple, « Quelle doit être la place de l’enseignant dans l’atelier ? », ou « Faut-il organiser une projection publique ? ». Je reviens enfin sur quelques tentatives d’introduction du cinéma qui ont eu lieu à l’école en France. Dans un deuxième chapitre, je me concentre sur la deuxième étape du protocole, à savoir : l’écriture. Comment procéder ? Quelles consignes donner ? Quel film écrire ? Comment répartit-on les rôles ? etc. Dans un troisième chapitre, je travaille cette fois sur l’étape du tournage en me focalisant plus précisément sur la mise en pratique, par les apprenants, de tous les éléments qu’ils ont appris auparavant et de leurs réactions devant la caméra. Dans un dernier chapitre, je compile, pour conclure mon travail, tout ce qu’il est possible de mettre en place, hors visionnage d’extraits et réalisation de courts-métrages, pour travailler autour du cinéma.

Pour éclaircir les différents points de cette partie (et sachant que je ne teste pas moi même l’atelier), j’étudie les cas des deux ouvrages suivants : Réalise tes films sur ton smartphone (Titre original : Smartphone Moviemaker) de Bryan Michael Stoller (1) et Éducation à l’image 2.0 de Benoît Labourdette (2). Aucun de ces titres n’est destiné à l’apprentissage de la langue-culture étrangère au travers du cinéma. Mon travail consiste donc à les parcourir puis à en extraire ce qui semble utilisable ou non pour travailler avec un public non-francophone.

 

Chapitre 9. Du visionnage à l’atelier, de l’atelier à l’acte de création cinématographique
9.1. Faisabilité du projet.
9.2. Le cinéma en classe depuis l’invention du cinématographe : Des expérimentations aux ateliers
9.3. Un terrain inapproprié mais…
Chapitre 10. Écrire un film en classe de FLE
10.1. Le cinéma et l’imaginaire : quelles consignes pour aiguiller les apprenants ?
10.2. Synopsis, scénario, storyboard
10.3. Écrire l’oral
Chapitre 11. L’apprenant derrière la caméra
11.1. Vers la pratique/performance langagière
11.2. La place de l’enseignant
11.3. Effets de la caméra sur les participants
Chapitre 12. L’après
12.1. Pourquoi organiser une projection ?
12.2. Travailler autour du cinéma
12.3. Quelques ressources utiles


Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

4 réflexions sur « État des lieux d’une fin de recherche »

  1. Pauline, un grand merci pour ce résumé : c’est passionnant !
    Maintenant, j’ai absolument envie de lire ton mémoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *