Test de Sanako Pronounce

Dans ce billet je vais présenter mon expérience de l’utilisation de Sanako Pronounce.

Sanako est une entreprise de formation linguistique basée en Finlande qui propose des solutions de l’apprentissage des langues en ligne.

Le programme comprend l’apprentissage de la prononciation à l’aide du logiciel de reconnaissance vocale Text-to-Speech de Microsoft qui est actuellement disponible pour les langues suivantes : anglais (américain et britannique), espagnol, italien, français, allemand, japonais, chinois.

Ce progamme est conçu pour l’apprentissage en autonomie soit sous le guidage de l’enseignant possible grâce au supplément Pronounce Classroom. Il permet à l’enseignant de connecter son ordinateur à ceux des apprenants pour qu’il puisse créer et partager les activités aussi que suivre le progrès des apprenants.

Pour chaque langue des exemples d’activités sont conçus et sont classés en fonction des sujets : activités de loisirs, au restaurant, comment remercier, l’heure, l’émotion (H/F), la maladie, la routine quotidienne, le ménage, le temps, les excuses (H/F). Dans chaque catégorie il y a au moins une dizaine de phrases. En plus, les apprenants (ou l’enseignant) peuvent ajouter des phrases dans les activités préconçues ou créer leurs propres activités à partir de n’importe quel texte.  Je pense que ce serait utile de créer des catégories de phrases en fonction des sons qui peuvent être souvent substitués par les apprenants. Ainsi, ils pourraient s’entraîner à faire la différence entre les sons difficiles pour eux.

Avant de commencer l’entraînement il faut choisir son genre et sa tranche d’âge, car ces caractéristiques peuvent influencer l’évaluation de la voix. Ensuite, il faut adapter le niveau de difficulté de l’activité en fonction de son niveau de langue. On peut choisir parmi 5 niveaux : facile, normal, plus difficile, avancé, expert. Il est à noter que les phrases restent toujours les mêmes. Il s’agit du niveau de performance que le logiciel va exiger de la part de l’apprenant. Je suppose que pour le niveau facile, certaines non-correspondances de la prononciation de l’apprenant et de celle de la synthèse vocale pourraient être ‘pardonnées’ par le logiciel. Tandis que ceux qui choisiront le niveau expert auront plus de difficultés à obtenir un score élevé.

La voix des apprenants est comparée à la voix de la synthèse vocale. Leur production est évaluée sur l’échelle de 100.  Les mots qui ont été mal prononcés sont marqués en rouge dans la phrase et dans la transcription. L’élève peut vérifier la phrase et la prononciation reconnues par le logiciel lors de sa production(on peut voir la transcription de la phrase telle quelle elle a été produite par l’apprenant) . Il est possible d’écouter les mots séparemment, en cliquant sur les mots que l’apprenant veut réécouter. Il peut également ajuster le débit de la production de la phrase, par exemple on peut le ralentir si l’apprenant veut percevoir les sons plus nettement.

A la fin de l’activité, le logiciel peut créer un bilan qui montrera la performance de l’apprenant en %. Cela lui permet de voir son progrès et de comparer sa performance d’une activité à l’autre.

Le bilan comprend le score obtenu pour chaque activité, les erreurs produites par l’apprenant, le nombre d’essais et le niveau de difficulté.

Le critère majeur de l’évaluation c’est la qualité de la prononciation et le rythme. Quand je prononçais les phrases avec peu ou pas d’accent (d’après mon évaluation), j’obtenais un score moyen, car le logiciel ne reconnaissait pas certaines lettres. Mais quand je prononçais les phrases avec un accent assez fort, mais avec une articulation nette, en prononçant toutes les lettres même celles qui ne doivent pas être prononcées, j’obtenais un score plus élevé.

Afin de recevoir un bon score, il est nécessaire de garder un rythme constant. Les pauses à un endroit inaproporié de la phrase peut être sanctionnée par prélèvement de points. Pourtant, l’intonation n’est pas toujours prise en compte. Par exemple, si le logiciel propose une phrase affirmative et je la prononce avec une intonation montante, les points ne sont pas prélevés.

En élaborant mes propres activités, j’ai essayé de créer des phrases interrogatives et exclamatives. Je me suis rendu compte que le logiciel reproduisait bien l’intonation interrogative, tandis que les phrases exclamatives étaient produites comme si elles étaient affirmatives.

Je pense qu’on pourrait ajouter des exercices qui permettraient de  s’entraîner à prononcer des phrases avec de différents types d’intonation. Par exemple, pour les exercices en français on pourrait ajouter des phrases commençant par ‘Est-ce que’, par un mot interrogatif, comprenant l’inversion sujet-verbe, ou simplement des phrases interrogatives avec l’ordre direct des mots. Selon moi, l’apprenant doit être capable de faire la distinction entre l’intonation de ces phrases. On peut même ajouter des courbes intonatives dans la transcription.

Généralement, je crois que Sanako Pronounce est un logiciel assez performant et innovateur dans le domaine de l’enseignement de la prononciation. Un des atouts majeurs de ce logiciel c’est la possibilité de l’adapter en fonction des besoins de chacun et d’évaluer son progrès. Il me semble que l’aspect ludique de la langue doit être attractif pour les apprenants de tous les âges.

Je pense qu’on pourrait élaborer également des activités pour de différents niveaux de compétences. Je pense que les apprenants des niveaux plus élevés pourraient être intéressés par s’entraîner à prononcer des virelangues, par exemple.

 

 

 

 


Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *