La théorie référentielle de l’article (M. Wilmet)

Dans ses travaux (voir Wilmet, 1983, 1986), M. Wilmet met l’accent sur la fonction référentielle du langage : “on parle pour dire quelque chose à propos de quelqu’un ou quelque chose” (Wilmet, 1983 : 33). De cette manière, il essaie de subordonner sa description formelle des déterminants aux “préoccupations sémantiques” (ibid.). L’auteur emprunte deux termes à la logique qui lui servent de point de départ pour la réflexion sur les articles : “l’extension” et “l’intension”. Selon M. Wilmet, l’extension d’un nom désigne l’ensemble potentiel des êtres ou des objets qu’il dénote ; la notion d’extension est inversement proportionnelle à l’intension d’un nom qui est défini comme “la somme des idées que le substantif renferme” (Wilmet, 1983 : 18) : par exemple, de plante à chêne, l’extension diminue dans la mesure ou les traits sémiques s’accumulent et vice versa.

L’extensité montre la quantité d’êtres ou d’objets auxquels le discours applique dans un moment donné un substantif ; cela peut concerner la représentation discontinue ou continue du déterminé : un nombre (par exemple, beaucoup de professeurs = “1 professeur + 1 professeur + 1 professeur …”) ou une quotité (par exemple, beaucoup de chocolat = du chocolat + du chocolat + du chocolat …”). Les articles, selon Wilmet, donnent à l’extensité nominale la limite d’un pôle (+) et d’un pôle (-) qui lui donne la possibilité de déterminer quatre types de point de vue formel :

  • Un
un, une : articles “indéfinis”
  • Le
le, la, les : articles “définis”
  • De
de, du, de la, des : “articles partitifs”
  • Ø
article zéro

  

Les articles un / une possèdent en discours deux valeurs opposées : 1. “générique” (par exemple, Un enfant ne devrait pas se conduire ainsi = “tout enfant”) et 2. “monérique” (par exemple, Un enfant est descendu dans la rue). D’après M. Wilmet, l’article indéfini n’a pas de pluriel morphologique en français moderne : il emprunte un pluriel sémantique au défini les ou au partitif des : Un chien est un ami nous donne au pluriel Les chiens sont des amis. Les singuliers le et la ont les mêmes acceptions que un et une : 1. extensité générique : L’homme est mortel ; 2. extensité monérique : L’homme est est parti à la gare.

L’article partitif peut avoir tous les niveaux d’extensité. De désigne n’importe quelle quantité – annulée (après la négation, par exemple) ou il désigne une quantité positive (par exemple, moins d’eau que de vin ou de vieilles grammaires). De cette façon, l’article partitif signale une extensité aussi petite ou aussi grande qu’on le voudra : Pierre prend du chocolat. Selon M. Wilmet, l’article zéro n’a pas de perspective d’extensité croissante ou décroissante.

Le chercheur critique la terminologie traditionnelle en se basant sur ses thèses théoriques, il propose une nouvelle nomenclature dans le domaine de l’article :

 

Grammaire traditionnelle : M. Wilmet :
Articles Quantifiant bipolaires
Articles définis Articles extensifs (le, la, les)
Articles indéfinis Articles numératifs (un, une, des)
Articles partitifs Articles massifs (de, du, de la)

La théorie référentielle de l’article de M. Wilmet est une des tentatives d’expliquer les valeurs de l’article de point de vue logique. La référence est comprise comme la relation entre le signe langagier et les objets de la réalité extralinguistique au fil de la communication. L’avantage de cette théorie est la possibilité d’analyse plus plus approfondie des déterminants  employés devant un groupe nominal. Pourtant, l’approche référentielle ne permet pas de formaliser les règles du choix de l’article car entre le statut référentiel (degré d’extension) et les formes de déterminants il n’y a pas de symétrie complète.

Références bibliographiques

WILMET, M., 1983,  « Les déterminants du nom en français : essai de synthèse », in Langue française 57, p. 15 – 33, Paris, Larousse.

WILMET, M., 1986, La détermination nominale, Paris, Presses Universitaires de France.

 

 


Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

2 réflexions sur « La théorie référentielle de l’article (M. Wilmet) »

  1. Merci Mikhail de partager avec nous tes lectures sur l’ouvrage de M. Wilmet, si avant, de par nos connaissances antérieures, nous savions ce que signifiait un article défini ou indéfini, après l’analyse de cet auteur et du compte rendu que tu en tires, nous comprenons encore mieux le degré de pertinence de ces notions et leurs spécificités. Malheureusement, nous constatons aujourd’hui dans le système scolaire ou même au sein de la société l’amalgame dans l’emploi de ces articles, un fléau langagier qui devient de plus en plus rédhibitoire.

    1. Taous un grand merci pour ton commentaire !
      Si cela est intéressant, je vais publier encore quelques comptes rendus qui me semblent pertinents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *