Les albums de jeunesse comme vecteur d’apprentissage et un outil pour développer les compétences des apprenants

Travailler avec un album de jeunesse n’est pas si simple et encore moins en classe de FLE, en effet, pour connaître la construction d’un album, les apprenants sont sollicités pour développer leurs compétences d’observation et d’analyse. De surcroît, les tâches des apprenants sont diverses puisqu’ils sont appelés à développer leur esprit critique à savoir, observer les images, les analyser et les mettre en relation pour construire une histoire cohérente. Pour travailler sur la compréhension orale et écrite d’une histoire, l’enseignant va créer des situations d’apprentissage permettant aux apprenants d’une part de comprendre une histoire sans texte et d’écrire un récit pertinent à partir d’images et de l’autre part, d’être capable d’interpréter ce que l’on a compris par écrit ou par le dessin.

Le site Eduscol, nous propose quelques pistes pédagogiques à partir d’albums de littérature de jeunesse susceptibles d’être réalisées en classe ordinaire pour les apprenants du cycle 3. Je brosserai donc brièvement quelques activités que l’on pourrait utiliser ou réadapter en classe de FLE, je citerai ici quelques unes ou du moins les plus récurrentes utilisées par les enseignants du 1er degré. Dans un premier temps, il s’agit de mettre l’accent sur les images, un support qui attire particulièrement les apprenants par ses couleurs contrastées et ses formes saillantes. La première activité consiste à faire découvrir l’album narratif aux apprenants et les faire réagir en favorisant leur participation, en leur demandant par exemple leurs impressions sur le titre de l’album et sur ce qu’il pourrait évoquer. Ensuite, l’enseignant proposera une image ou une suite d’images sans lire le texte qui les accompagnent et demandera aux apprenants de bien les observer, puis d’inventer un texte narratif qui lui correspond, ensuite effectuer une comparaison entre l’album de départ et celui qu’ils auront produit.

L’enseignant pourrait également constituer un groupe de deux apprenants et demander à l’un d’entre eux de choisir une illustration d’un passage d’un album et à l’autre de raconter ce qui s’est produit puis, il pourrait suggérer de lire à voix haute le texte et les apprenants discuteront tous ensemble cette relation conjointe entre texte et image. Par la suite, ils confronteront leurs idées et point de vue. A la fin de la séquence, l’enseignant peut proposer une tâche finale pour compléter cet enseignement, il s’agira par exemple, de travailler sur l’écriture en demandant aux apprenants d’imaginer une histoire structurée et d’inventer une illustration cohérente au récit.

Sitographie

http://eduscol.education.fr/cid50485/litterature.html.

 

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.