Le geste comme pratique sociale

Selon Porcher, le geste serait une pratique sociale.

Un geste est, donc, une pratique sociale, puisqu’il n’y a pas d’homme qui soit en dehors de toute société. Dans ces conditions, il est un acte culturel, et, par définition, un héritage, une transmission, et une évolution. On l’acquiert […] on l’apprend. On l’enseigne, on le transmet, on le lègue. On l’imite. On l’explique. On l’analyse. (Porcher, 1989 : 15)

Les gestes seraient donc ancrés à la fois dans la nature même de l’individu et dans sa culture. Un même geste pourra avoir une signification différente selon la langue que parle un individu, et permettrait d’en différencier les cultures. Aussi, la valeur d’un geste n’est pas universelle. Les gestes réalisés par les étudiants taïwanais n’auront pas tous la même signification suivant qu’ils les réalisent à Taiwan, ou en France. L’exemple le plus flagrant est celui des gestes familiers qui nous servent à réaliser, à l’aide de nos doigts, les chiffres. Ceux que nous utilisons en France sont totalement différents de ceux employés à Taiwan. Cette différenciation provoque souvent des malentendus. Pour exemple, les deux doigts levés désignant le chiffre deux en France, désigne, sur l’ile, le chiffre huit.

Cependant, ces gestualités sont peu souvent référencées dans les manuels de FLE qui accorde pourtant de plus en plus d’importance au non-verbal (Vignes, 2015 : 169). Ces gestuelles ont une grande part dans la pratique théâtrale où les élèves peuvent s’amuser à reproduire la gestuelle française. Cela leur permettra de se transposer dans une situation de communication en français, avec des francophones, qui ne sont pas en mesure de comprendre les gestes qu’ils produisent lorsqu’ils s’expriment en mandarin, en taïwanais, etc. Ainsi, les élèves se placent dans la peau de francophones natifs dont il interpréterait le rôle, et imiteraient la gestuelle.

BIBLIOGRAPHIE

VIGNES (L.). « Pour la beauté du geste : plaidoyer pour une didactique de la gestualité », dans Synergie, n° 10, 2015, p. 161-173. [URL : https://gerflint.fr/Base/Europe10/vignes.pdf ; consulté en avril 2018]


Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Une réflexion sur « Le geste comme pratique sociale »

  1. « Je puis sans doute aujourd’hui me choisir telle ou telle écriture, et dans ce geste affirmer ma liberté, prétendre à une fraîcheur ou à une tradition » (Barthes, in « Le degré zéro de l’écriture » (1953)).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *