Projet de mémoire 3.0

  

Analyse des manuels de FLE en Chine et réflexion sur l’enseignement de la grammaire : étude contrastive du système pronominal en chinois et en français

Le français et le chinois appartiennent deux familles de langues distinctes, cette différence provoque des divergences sur le plan linguistique des deux langues, les altérités peuvent gêner l’acquisition de la langue française chez les étudiants chinois. Généralement, la grammaire joue un rôle important, « chaque langue contient sa propre métalangue, c’est-à-dire l’ensemble des phrases qui permettent de parler d’une partie de la langue, y compris la totalité de sa grammaire ». ( Z.S. Harris, 1971 : 19 ) Les gros différences linguistiques entre le français et le chinois seront les obstacles principaux dans l’apprentissage de la langue française. En effet, la grammaire française est toujours une corvée pour les apprenants chinois. En tant qu’enseignante future, je voudrais bien constater les difficultés auxquelles se heurtent les étudiants chinois au cours de l’apprentissage du français, notamment dans la grammaire.

Dans l’apprentissage d’une deuxième langue, les apprenants ont l’habitude d’avoir recours à la langue maternelle. Comme actuellement, la méthode pédagogique employée principalement par les universités chinoises est la méthode traditionnelle, ou on l’appelle grammaire-traduction, qui s’est développée à partir du XVII siècles. La langue maternelle influence notre façon de réfléchir, d’exprimer lors de la production et l’apprentissage d’une langue étrangère. Ce phénomène d’influence exercé par la langue maternelle s’appelle l’interférence négatif.

Dans cette perspective, il est nécessaire de recourir à une méthode contrastive qui met en correspondance les deux langues, afin de montrer les moyens utilisés par chacune d’elles pour exprimer ces valeurs et les écarts qui découlent, entre autres, de ces différences de procédés. Tout d’abord, dans l’aspect linguistique, nous mettrons un regard contrastive entre le français et le chinois au sujet du système pronominal afin de mieux connaître les différences et les similitudes. Grâce à cet analyse, nous pourrons prévoir les erreurs potentiels rencontrées par les élèves chinois lors de l’apprentissage du système pronominal. Ensuite, nous analyserons les manuels rédigés en Chine, nous choisissons quelques manuels typiques en Chine : « Français », « Le Français », « Cours de français accéléré », « Le Français 2 ème Langue Etrangère », « Nouveau Manuel de Français Langue Etrangère ». Pour les manuels d’origine français, nous analyserons : « Reflets », « Le Nouveau Taxi ! », « Alter Ego + », « A propos », « Alors ? ». Nous ferons une comparaison entre les manuels édités en Chine et en France, dans le but de découvrir les méthodes employées, les formes ou les problèmes des exercices et l’explication de la grammaire, ici, l’exemple du système pronominal. Nous réfléchirons aussi dans quelles mesures ces manuels s’inspirent-ils de manuels de français édités en France. Finalement, dans un aspect pédagogique, nous porterons un regard sur la mise en pratique des manuels dans l’enseignement de la grammaire en classe de FLE et dans l’évaluation afin de compléter et développer le canevas que proposent les manuels, selon le niveau et le besoin du public apprenant.

Analyse contrastive du système pronominal entre le français et le chinois

On sait que le français est une langue bien différente du chinois, et cela pose des problèmes lors de l’apprentissage de la langue française pour les apprenants chinois. La théorie de la linguistique contrastive nous permet de comprendre pourquoi le système pronominal semble difficile aux Chinois, et pourquoi les Chinois ont tant de difficultés dans l’apprentissage de la grammaire.

Dès 1945, C.C.Fries affirmait que « Les matériaux pédagogiques les plus efficaces sont ceux qui sont basés sur une description scientifique de la langue à apprendre, comparée avec une description parallèles de la langue maternelle de l’apprenant » ( 1945 : 9 ) Les comparaisons de langues, selon les même méthodes, permettent de prévoir les problèmes d’apprentissage, par confrontation, des structures phonologiques, morphologiques, syntaxiques et lexico-sémantiques de la langue « source » et de la langue « cible », « en comparant chaque structure dans les deux systèmes linguistiques, nous pouvons découvrir tous les problèmes d’apprentissage. » ( R, Lado, 1957 : 70 ) Sur la base de ces comparaisons, il est possible d’établir des progressions tenant compte des différences et des similitudes entre les deux langues et des difficultés inhérentes d’apprentissage. Prévoir des erreurs par l’analyse constructive est essentiel, théoriquement, mieux comprendre les processus d’apprentissage ; pratiquement, améliorer l’enseignement.

I.1 Le système pronominal français

Le pronom est un mot généralement variable qui peut prendre la place d’un nom, et il est susceptible d’avoir les diverses fonctions du nom : sujet, attribut, complément, parfois apposition ou apostrophe. En français, il existe deux catégories de pronoms : les pronoms représentants et les pronoms nominaux, qui n’ont pas le même rôle dans la phrase. Le pronom représentant sert à remplacer un mot ou un ensemble de mots présents dans le contexte. Un pronom représentant peut remplacer en particulier un nom ou un groupe nominal, un adjectif qualificatif, une proposition tout entière. Le pronom nominal peut également ne remplacer aucun mot ou groupe des mots. Il designer par lui-même, exactement comme le ferait un groupe nominal.

La forme du pronom peut varier selon sa nature, son genre, son nombre, sa personne, sa fonction dans la phrase. On distingue sept natures de pronoms : les pronoms personnels : je, tu, ils, le, la, lui, leur, etc ; les pronoms possessifs : le mien, la mienne, les miens, le tien, etc ; les pronoms démonstratifs : ce, celui, celle, ceux, ceci, celle-là, etc ; les pronoms indéfinis : quelqu’un, plusieurs, tous, un autre, etc ; les pronoms interrogatifs : qui, que, qu’est-ce qui, lequel, etc ; les pronoms relatifs : qui, que, dont, où, lequel, etc ; les pronoms numéraux : deux, trois, etc.

Le pronom peut varier en genre, en nombre, en personne et selon sa fonction. Quant à genre et nombre du pronom, lorsque le pronom remplace un nom ou un groupe nominal, il se met au même genre et, souvent, au même nombre que lui. Lorsque le pronom remplace un adjectif ou une proposition tout entière, il se met au masculin singulier, car c’est le masculin singulier qui marque le genre et le nombre indifférenciés, autrement dit qui sert de neutre. De plus, la plupart des pronoms sont des pronoms de troisième personne. Seuls les pronoms personnels et les pronoms possessifs varient en personne ( première, deuxième ou troisième personne ). La forme du pronom personnel varie selon la personne qu’il désigne dans la situation d’énonciation. Par exemple, je ( première personne ) désigne le locuteur, tu ( deuxième personne ) son destinataire, il / elle ( troisième personne ) désigne l’objet de la discussion, l’objet de l’énoncé. La forme du pronom possessif varie selon la personne du possesseur. Le pronom peut avoir toutes les fonctions du nom ou groupe nominal dans la phrase.

I.2 Le système pronominal chinois

Le système pronominal chinois semble peu compliqué, il y a trois genres principales de pronoms : les pronoms personnels : 我,你,他… les pronoms indicatifs : 这,那,这个… les pronoms interrogatif : 谁,什么… Le pronom du chinois peut remplacer le nom, le verbe, l’adjectif et l’adjectif numéral et il peut avoir la fonction grammaticale comme le sujet, le complément d’objet, le déterminatif ( le déterminant du nom ou l’épithète ), le prédicat et les compléments.

Prenons l’exemple des pronoms personnels en chinois. Les pronoms personnels ont fonction de remplacer des personnes ou des choses, wǒ 我, nǐ 你, tā 他 / 她 / 它 représentent respectivement la première personne, la deuxième personne et la troisième personne.它 tā s’égale il, cela (neutre) en français, il ne désigne que des choses. Les caractères de la troisième personne tā sont différents au masculin et au féminin mais ne distinguent pas oralement. On ajoute mén 们 après 我, 你, 他, 她,它 pour obtenir les formes pluriels 我们, 你们, 他们, 她们, 它们. Ils représentent quasiment tous les composants de la phrase : sujet, COD, COI, attribut, etc, sans aucun changement de la forme. Donc ce point grammatical est plus aisé en chinois qu’en français. En revanche, dans la langue française, les pronoms personnels ont des formes beaucoup plus variés, on doit distinguer non seulement en fonction de la personne et du nombre mais aussi de la valeur dans la phrase, on a les pronoms du sujet, les COD, les COI, les pronoms réfléchis et les pronoms toniques. Par exemple,

我           wǒ                     je, me, moi
你       nǐ                      tu, te, toi
他       tā             il, le, lui
她        tā              elle, la, lui
它 tā il, cela (neutre)
我们          wǒmen            nous
你们          nǐmen            vous
他们          tāmen            ils, eux, leur, les
她们          tāmen            elles, leur, les

I.3 Comparaison : les similitudes et les différences

1.forme
Les pronoms personnels du chinois ne varient pas en genre, en nombre et en personne. Mais pour les personnes personnels de troisième personne du chinois, il y a une variation en genre, en nombre et en personne.

La forme des pronoms personnels de trois personnes de français se varie en genre, en nombre et en personne selon la ou les personnes qu’ils évoquent, ou les choses auxquelles ils font références, elle change aussi selon la fonction qu’ils occupent dans la phrase.

2.l’accord
Pour le chinois, il n’y a pas l’accord en genre et en nombre. Pour le français, l’attribut s’accorde en genre ou en nombre avec le pronom personnel sujet selon le nom que celui-ci remplace. En outre, on doit faire l’accord du participe passé avec un pronom personnel. Lorsque le verbe est à un temps composé, le participe passé s’accorde en genre et en nombre avec le pronom personnel complément d’objet direct dans la mesure où celui-ci est toujours placé avant le verbe. Le pronom personnel du français remplace le nom de l’être ou de l’objet, donc on fait l’accord avec le pronom personnel comme l’accord avec le nom.

3. place 
Les places des pronoms français sont plus compliqués que celles des pronoms chinois. Les places des pronoms du français sont plus fixes en comparaison de ceux du chinois. La plupart du temps, on met les pronoms avant les verbes sauf le cas de l’impératif affirmatif. Les pronoms personnels sujet se placent avant le verbe à la forme affirmative, après le verbe à la forme interrogative. Lorsqu’il y a plusieurs pronoms dans la même phrase (ce qui est fréquent en français), il faut respecter l’ordre d’utilisation. Il est difficile pour les débutants lorsque le verbe est aux temps composés ou il est à la forme négative ou interrogative. En revanche, les pronoms de la langue chinoise paraissent plus simples, ils remplacent absolument directement les noms non seulement le sens mais aussi la position.

I.4 Les erreurs / difficultés potentiels pour les apprenants chinois

La mauvaise compréhension linguistique causé possiblement par :

1. confusion de différence des places des pronoms personnels entre les deux langues et négligence de l’apparition obligatoire pronom dans le groupe verbal. phénomène qui se trouve en français mais pas un chinois.
La langue chinoise est une langue à grammaire implicite, qui se comprend principalement à l’aide de sens au lieu de relations grammaticales, et naturellement, les règles morphologiques, surtout celle des verbes qui sont d’une importance même d’une obligation dans la langue française, le manifestent guère chinois. Ou encore, l’ordre des mots dans la langue chinoise est relativement plus libre qu’en français. Cette liberté de pronoms chinois cause souvent des interférences chez les étudiants chinois surtout dans leurs propres expressions en français. Et cela se présente sous deux façons : les mauvaises places entre les pronoms et leurs mauvaises places dans les phrases ; les mauvaises omissions des pronoms.

2. perturbations entre les pronoms personnels et les adjectifs possessifs
En français, dans certain cas, la préposition « de » exprime la possession, tel que la chambre de Benoît, dans ce cas-là, ces noms se remplacent par des adjectifs possessifs, sa chambre . Par conséquent, les élèves ont tendance à exprimer ma chambre par la chambre de moi, parce que ils ont le même sens en traduction chinoise.

En français, il existe aussi des verbes pronominaux que l’on ne trouve jamais dans la langue chinoise. Ces verbes pronominaux expriment généralement des relations réfléchies ou réciproques, surtout lorsqu’il est nécessaire d’exprimer une action liée au sujet lui-même ou une action entre deux ou plusieurs sujets. Cette conception manque à nos étudiants dont le chinois est la langue maternelle, ils ont tendance à fabriquer les phrases directement d’après leurs pensées chinoises, par exemple, il a lavé ses mains / il a cassé sa jambe quand il faisait du ski.

3. confusions entre les pronoms COD et COI
Dans la langue chinoise, on ne fait jamais la distinction entre ces deux types de compléments d’objet, parce que la plupart du temps, cette distinction n’est guère nécessaire. En même temps, pour les verbes transitifs français, on a encore les verbes transitifs directs et indirects. Il est difficile de les distinguer d’un seul coup d’oeil, donc il faut les apprendre par coeur maintes fois qu’il faut le faire suivre par une préposition « à », par exemple, téléphoner à, répondre à , écrire à, etc.

II. Analyse des manuels

Dans cette partie, on va analyser les manuels français et chinois choisis ( manuels chinois : « Français », « Le Français », « Cours de français accéléré », « Le Français 2 ème Langue Etrangère », « Nouveau Manuel de Français Langue Etrangère » ; manuels français :« Reflets », « Le Nouveau Taxi ! », « Alter Ego + », « A propos », « Alors ? » ) à partir de certains angles :
Méthodologie et approche
Forme de l’explication grammaticale
Forme des exercices
Avantages
Défauts

III. Inspiration didactique

Les manuels seront beaucoup plus pratiques et plus efficaces s’ils se sont écrits d’après la théorie linguistique contrastive, retirer les remarques visés aux apprenants chinois.
Conformément aux erreurs potentiels, on peut construire les exercices de diverses formes et plus efficaces qui peuvent susciter l’intérêt des élèves.
Combinaison des manuels français et chinois

Bibliographie

Besse, H. (1985). Méthodes et pratiques des manuels de langue. Paris : CREDIF.

Besse. H & Rémy, P. ( 1991 ) : Grammaires et didactique des langues, Paris : Hatier Didier.

Christophe, C. (2014). “L’enseignement du système pronominal du français en République tchèque : une nécessaire mise au point morphosyntaxique”. Revue du Centre Européen d’Etudes Slaves – Numéro 3 | Croisements inter-linguistiques franco-slaves | La revue.

Cuet, C. (2011). Enseigner le français en Chine, méthodologies nouvelles, perspectives. In Synergies Chine n° 6. pp. 95-103.

Fries, C.C. ( 1945 ) : Teaching and learning English as a foreign langues, Ann Arbor, University of Michigan Press.

Grevise, M & Goosse, A. ( 2007 ) Le bon usage : grammaire française, 14e éd. Bruxelles Louvain-la-Neuve Belgique : A. De Boeck De Boeck Duculot

Harris.Z.S.( 1971): Structures mathématiques du langage. Paris : Junod ( trad.)

Lado, R. ( 1957 ) : Linguistics across cultures, Ann Arbor, University of Michigan Press.

Laurent, N & Delaunay, B ( 2012 ) : La grammaire pour tous, Paris : Hatier.

PUREN, Christian (1988). Histoire des méthodologies de l’enseignement des langues. Paris : Nathan, Clé International.

Xu, Y. (2010). “Différences méthodologiques entre les manuels français et chinois de FLE sous l’angle de l’organisation structurelle du contenu”. In Synergies Chine n° 5. pp. 89-98.

贾秀英,《汉法语言对比研究与应用》,北京 :中国社会科学出版社,2003
陈振尧,《新编法语语法》, 北京:外语教学与研究出版社,1992
毛意忠,《法语现代语法》,上海:上海译文出版社,2003
许余龙,《对比语言学》,上海:上海外语教育出版社,2002
王力,《中国现代语法》,北京:商务印刷馆,1985

Manuels:
Français :
Andant, C., Metton, C., Nachon, A., Nugue, F., ( 2009 ), A Propos A1, A2, PUG, FLE.

Capelle, G., Menant, R., ( 2008 ), Le Nouveau Taxi ! 1, 2, Paris : Hachette F.L.E.

Gapelle, G & Gidon, N, ( 1999 ), Reflets 1, 2, Paris : Hachette F.L.E.

Jean-Claude, B., Marcella, D.G., ( 2007 ), Alors ? niv. A1,A2 ,Paris : Didier.

M Kizirian, V., Daill, E., Berthet, A., Hugot, C., Waendendries, M., ( 2012 ), Alter Ego + 1, 2 , Paris : Hachette F.L.E.

Chinois :
孙辉,《 简明法语教程(上、下)》,北京:商务印刷馆,2006
马晓宏,《 法语1,2》,北京:外语教育与研究出版社,1992
曹德明,花秀林,《 法语综合教程1,2 》,上海 : 上海外语教育出版社,2009
薛建成,《 大学法语简明教程 》,北京 :外语教育与研究出版社,2008
吴贤良,《 新公共法语 》, 上海:上海外语教育出版社,2007

Sitographie :

http://www.lunwenstudy.com/fayu/40118.html
http://old.neworiental.org/publish/portal0/tab12915/info364300.htm
http://oec.xmu.edu.cn/gb/teacher/yufa/04/04_02_4.htm

WEN Yuehan

Étudiante en Master 2 de Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.