La perception de la parole, partie 1

Il est important d’aborder la question de la perception de la parole, car la compréhension du processus de la perception et de la reconnaissance des sons permettrait à l’enseignant de choisir des outils efficaces pour faciliter l’accès aux sons des langues étrangères aux apprenants.

D’après Nguyen, « il est important de bien connaître le fonctionnement du système perceptif puisque les propriétés de ce système conditionnent la façon dont nous appréhendons les phénomènes phonétiques et phonologiques » (Nguyen, 2005: 425).

Pour le moment, il n’existe pas de théorie qui puisse expliquer exhaustivement le processus de la reconnaissance des sons par les humains.

Dans ce billet j’évoquerai 2 théories qui me semblent marquantes et qui puissent trouver leur application dans le domaine de l’enseignement de la prononciation des langues étrangères.

Théorie Motrice

Commençons par la théorie motrice développée par Liberman. Selon cette théorie, les gestes articulatoires sont considérés comme des éléments de bases dont se composent les phonèmes et comme l’objet de la perception de la parole. Les gestes articulatoires sont produits consciemment par le locuteur et sont perçus comme des commandes qui provoquent des effets acoustiques concrets.

« Phonetic  information  is perceived  in  a  biologically  distinct system,  a ‘module’  specialized to detect the intended  gestures  of  the speaker  that are  the basis for  phonetic  categories. » (Liberman, 1985: 1).

Il est à noter que ces gestes ne sont pas toujours clairement observables dans un discours suivi, c’est pourquoi il peut être difficile de les relier à des effets acoustiques concrets. Et en plus, « les gestes du conduit vocal présentent également une grande variabilité intra-locuteur et inter-locuteur :  les effets de compensation (simplement illustrés avec la capacité restreinte mais réelle à la production des voyelles de différents degrés d’aperture en maintenant la mâchoire en une position fixe – en serrant un crayon entre les dents par exemple), les effets de coarticulation, ainsi que tous les facteurs externes (dépendant du système psycho-moteur du locuteur et de la situation de communication) » (Lauret, 1998: 00).

Il est clair que la théorie motrice et la méthode articulatoire ont des points communs. Pourtant, du point de vue de la théorie motrice la perception de l’articulation a un caractère inné et automatique. Tandis que la méthode articulatoire vise l’acquisition des automatismes de la prononciation. Elle préconise que la capacité d’associer les gestes articulatoires aux effets acoustiques n’est pas innée, mais acquise, c’est pourquoi nous pouvons améliorer la perception des sons des langues en apprenant leur articulation d’une manière consciente.

Les partisans de la théorie motrice «n’affirment pas que ce que les gens entendent c’est exactement ce qu’ils disent » (Liberman, 1985 : 12). Ce qui est la cas inverse de la théorie articulatoire (Bernstein in Leontiev, 1975 : 9).

Théorie des neurones-miroirs

Ce serait intéressant d’aborder la théorie des neurones-miroirs développée par Rizzolatti dans les années 1990. Il a découvert que la reconnaissance des actions et des intentions des autres dépend de notre système moteur. Il a prouvé que dans notre cerveau il existe des neurones qui « permettent de corréler les mouvements observés à nos propres mouvements et d’en reconnaître la signification » (Rizzolatti, 2008: 10). Ces neurones-miroirs rétablissent les mouvements produits par la personne que nous observons, donc notre observation est accompagnée des mouvements moteurs des neurones. Cette activité nous permet non seulement d’observer les actions, mais aussi de prendre conscience de ce que la personne fait et pourquoi elle le fait.

«La seule observation visuelle, sans implication du système moteur, ne donne qu’une description des aspects visibles du mouvement, sans informer sur ce que signifie réellement cette action. Cette information ne peut être obtenue que si l’action observée est transcrite dans le  système moteur de l’observateur. L’activation du circuit miroir est ainsi essentielle pour donner а l’observateur une compréhension réelle et expérientielle de l’action qu’il voit» (Rizzolatti, 2006 : 1).

La même chose concerne non seulement les gestes concrets, mais aussi les émotions. L’homme est capable d’être empathique et d’éprouver des émotions semblables à celles qu’éprouvent les gens qu’il observe, car dans son cerveau les neurones reproduisent ces sensations.

D’après Rizzolatti, une des caractéristiques spécifiques des êtres humains c’est « la capacité d’imiter immédiatement l’action observée et d’apprendre une nouvelle action par l’observation » (ibid.). Il me semble que l’imitation immédiate n’est possible que quand l’action observée est explicite, par exemple, prendre un verre d’eau, faire une grimace, etc. Ces actions sont évidentes et bien observables. En ce qui concerne l’articulation, elle n’est presque jamais bien nette surtout dans le cas du discours suivi. C’est pourquoi l’imitation immédiate des mouvements articulatoires dans un flux de parole n’est pas toujours possible. La seule possibilité de les reproduire c’est de les décomposer consciemment en gestes élémentaires bien distincts. C’est ce que préconisent les théoriciens de la méthode articulatoire.

 

Dans d’autres billets, je présenterai d’autres théories de la perception des sons de la parole.

 

Bibiographie

Lauret B., Aspects de phonétique expérimentale contrastive: « l’accent » anglo-américain en français, Thèse de Doctorat, Sorbonne Nouvelle, Paris, 1998.

Leontiev A., Les questions sur la phonétique et l’enseignement de la prononciation, édition de l’université d’Etat de Moscou, 1975.

Liberman A., Mattingly I., “The motor theory of speech perception revised”, Cognition, №21, p.1-36, 1985.

Nguyen N., « La perception de la parole », Phonologie et phonétique, Hermès, p.425-447, 2005.

Rizzolatti G., Sinigaglia C., Les neurones miroirs, Odile Jacob, 2008.

Rizzolatti G., Les systèmes de neurones-miroirs (compte rendu), Réception des étrangers élu en 2005, Institut de France Académie des sciences, 2006.


Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *