Le personnage du loup : quels états comportementaux ?

Alice POIGNON

Les états comportementaux à travers le personnage du loup dans la littérature de jeunesse
Suite au TER que j’ai pu réaliser l’année passée sur les représentations du loup et la peur du loup chez des grandes sections de maternelle, j’ai remarqué que les enfants interrogés donnaient rapidement les caractéristiques des loups qu’ils connaissent déjà. Pour eux, le personnage du loup dans la littérature de jeunesse est bien souvent un être méchant et cruel. Il dévore les animaux et les personnages plus faibles que lui : c’est un « méchant » loup, il faut se méfier de lui car « il fait peur avec ses grandes dents ». Mais, ce loup que l’on retrouve dans les ouvrages pour enfants peut aussi intriguer, fasciner, amuser, et parfois même avoir très mauvaise réputation. Ce personnage a donc de nombreuses facettes qui sont parfois difficiles à décoder pour des enfants de maternelle puisque leurs représentations initiales du loup se limitent généralement au loup cruel et méchant.

Ainsi, j’aimerais poursuivre mon mémoire, cette année, sur les états comportementaux des personnages dans la littérature de jeunesse. Mes questions de départ sont les suivantes :

Comment les enfants de grande section de maternelle peuvent « se mettre à la place de » ? se mettre à la place du personnage principal, du héros de l’histoire mais aussi des personnages qui gravitent autour et auxquels les enfants peuvent s’identifier.

Peuvent ils anticiper les états émotionnels des personnages d’une histoire ? Sont ils capables d’interpréter les états mentaux des personnages ? Comment décodent ils l’implicite du récit ? Comment peuvent-ils savoir les buts, les sentiments, et les connaissances des personnages ?

Les enfants savent des choses que les personnages ne savent pas. À eux de réussir à décoder les implicites de l’histoire ce qui peut être délicat si les enfants ne sont pas habitués aux travaux sur les ressentis des personnages, sur les émotions, les sentiments. Je vais donc essayer de répondre à toutes ces questions lors de mon stage, dans une classe de grande section.

Après avoir fait avec eux un travail sur l’expression des sentiments et des émotions, j’aimerais me baser sur un travail de réécriture d’une œuvre qui serait peut être C’est moi le plus fort de Mario Ramos mais mon choix n’est pas encore définitif. Je suis en train de constituer une bibliographie, mais celle-ci n’est pas exhaustive pour l’instant. Il faut que je l’étaye d’avantage.

Bibliographie :

Cahour B. et Lancry A., « Émotions et activités professionnelles et quotidiennes », Le travail humain, 2011/2 Vol. 74, p. 97-106.

Cerquiglini-Toulet Jacqueline. « Altérités dans le langage : émotions, gestes, codes ». Littérature, N°130, 2003. Altérités du Moyen Âge. p. 68-74.

Gabriel Cécile Quelle émotion ?! Comment dire tout ce que j’ai dans le cœur… mila éditions 2007

Geis Patricia et Folch Sergio, Les sentiments, Deux Coqs D’or 2009

Hochschild Arlie R., « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale »,Travailler, 2003/1 n° 9, p. 19-49

Ramos Mario Le plus malin Pastel-École des Loisirs 2011

Ramos Mario Le loup qui voulait être un mouton Pastel-École des Loisirs 2008

Ramos Mario C’est moi le plus beau Pastel-École des Loisirs 2006

Ramos Mario Loup, loup, y es tu ? Pastel-École des Loisirs 2008

Ramos Mario C’est moi le plus fort Pastel-École des Loisirs 2005

Ria Luc Les émotions éditions Revue eps 2005

Sitographie :

http://www.marioramos.be/index.php?c=v&lg=f


8 réflexions sur « Le personnage du loup : quels états comportementaux ? »

  1. Pour le personnage du loup, je pense au conte parodié de Jean Claverie : Le Petit Chaperon rouge. Lors de mon stage (effectué dans une classe de double niveau CE2/CM1) j’ai voulu présenter une séquence sur cette version du Petit Chaperon rouge dans la finalité de leur faire découvrir la dimension burlesque de la parodie. La figure du loup est ici renversée et dédramatisée. Nous avons un loup ridiculisé par l’auteur et humilié par le personnage de la mère du Petit Chaperon rouge. Le loup est craintif, peu rusé, peu courageux, ce qui joue fortement sur la réceptivité des enfants comme j’ai pu l’observer lors de la lecture du conte mais aussi lors des exercices proposés sur la visée comique de la parodie. Ils ont préféré cette histoire au conte traditionnel car pour eux la figure du loup y était plus sympathique et moins effrayante.

  2. Pour mon mémoire sur le conte je me suis intéressée aux apports du conte et à ce qu’il entraînait, j’ai étudié le livre de Bruno Bettelheim « Psychanalyse des contes de fées » des éditions Robert Laffont, il traite des fonctions thérapeutiques sur l’enfant et le rôle des personnages. A la page 155, il parle de « la peur du fantasme » et à la page 214 à travers le Petit Chaperon rouge il évoque le personnage du loup. Chaque personnage a son utilité dans le façonnement de la personnalité d’un individu.

  3. Je trouve que la description d’ Ami-Ami ressemble beaucoup à Loulou de Solotareff.

    Le personnage du loup ne sortira-t-il donc jamais de sa première définition de « grand méchant loup » ? Les peurs enfantines sont toujours les mêmes, nourries par les adultes…

    En ce qui concerne ta question « Comment les enfants de grande section de maternelle peuvent « se mettre à la place de » ?  » j’ai une petite piste : un spectacle de théâtre. Ils ne se sont peut-être pas identifiés aux personnages complétement, mais ils ont bien analysés qui était qui.
    En effet, j’ai assisté hier après-midi à un spectacle de CP et CE autour d’un conte détourné « micmac dans les contes » où les personnages de différents contes sont convoqués à un casting par erreur. Deux enfants jouaient le rôle du grand méchant loup. Les élèves de maternelles assistaient à la représentation, et quand les « loups » ont fait leur petite danse de sortie, c’est à dire quand ils ont fait peur au public en faisant « grrrrr » et en étant déguisé, les enfants de maternelle riaient et en redemandaient encore et encore. Lorsque la maîtresse des maternelles a fait un retour sur ce qu’ils venaient de voir, ils ont répondu les personnages qu’ils avaient vus : le petit chaperon rouge, les sorcières, les loups…

  4. Je suis d’accord avec toi, les loups ont la plupart du temps une mauvaise réputation auprès des enfants de maternelle notamment, bien que les petits garçons certifient que le loup ne leur fait pas peur et que, d’ailleurs, ils sont « bien plus forts que lui! »
    Le loup a de multiples facettes, c’est un sujet très vaste, il nous faut alors sélectionner les côtés pertinents. D’ailleurs, ton évolution entre le TER et le mémoire est judicieux puisqu’en classe, je me suis aperçue que l’implication des enfants pour les histoires varie en fonction des personnages rencontrés. Ainsi, ils s’identifient aux personnages en les imitant, par conséquent en modifiant leur comportement.

  5. Ce serait très intéressant de regarder ce film et peut-être même de le considérer comme un excellent matériau d’enquête :
    http://www.lecture.org/logiciels_multimedias/multimedia/DVD_multimedias_fin_loup.html
    Un film réalisé à partir de l’album : Ami-Ami, Rascal et Stéphane Girel, Pastel, 2002. Un gentil lapin blanc, en bas de la vallée et un grand méchant loup noir, en haut de la vallée, désirent mettre fin à leur solitude. Le lapin souhaite un ami « comme lui » tandis que le loup ne met aucune condition. Un beau jour, ils se rencontrent… Deviendront- ils amis comme le laisse supposer le titre ou seront-ils victimes de leur réputation littéraire ? Des élèves de CM1 de l’école Saint Germain B. de Compiègne se sont prêtés au jeu, rejoints par Rascal. Un film réalisé par Jean-Christophe Ribot, sur une idée de Yvanne CHENOUF (film de 16 minutes).

  6. Ce sujet peut servir tout au long des cycles de l’école primaire. J’ai pu le constater dans une classe de CM2 où l’enseignante a décidé de faire une séquence spécialement dédiée au loup et aux représentations que les élèves en ont. Pour se faire, elle va leur donner à lire « L’oeil du loup » de Daniel Pennac. Après cette lecture, ils devront écrire eux-mêmes un récit et un portrait du loup où les diverses représentations seront présentes.

    Le texte original de Pennac :
    http://data0.eklablog.com/galhia/mod_article2835441_1.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.