Les jeudis de l’Oulipo : parcelle de terrain

Dans le cadre de mon mémoire qui se propose de réfléchir à la mise en place d’une écriture singulière en FLE, et ce par le biais d’ateliers d’écriture reposant sur les écrits de Perec, je me suis dit que d’assister à l’un des Jeudis de l’Oulipo, groupe littéraire dont l’écrivain était membre, pourrait être enrichissant. Cette expérience constitue en quelque sorte un bout de mon terrain d’investigation, entre lectures, rencontres et séminaires.

Ainsi me suis-je rendu, ce jeudi 12 avril, entre 19h00 et 20h00, dans le grand auditorium de la Bibliothèque Nationale de France (site François Mitterrand), assister à l’un de leurs rendez-vous mensuels (entrée libre !). Titre du programme du jour : Fugues, valses et concertos !

 

Le groupe, né en 1960 et comptant ou ayant compté des membres éminents tels Raymond Queneau son fondateur, Marcel Duchamp le plasticien ou Italo Calvino l’italien, se propose d’explorer les possibilités qu’offre la langue dans une perspective littéraire, conviant la contrainte linguistique ou mathématique pour ce faire. Ces Jeudis de l’Oulipo sont l’occasion pour cette bande de copains (car l’amitié et l’humour sont aussi de mise) de présenter lectures et créations originales.

Olivier Salon, mathématicien et membre du groupe, anime la soirée et en dévoile le programme : préludes, fugues et valses alterneront avant de laisser la place au concerto final. L’orchestre phonétique oulipien est sis derrière lui. Certains auteurs des textes sont présents et réciteront leur texte (dont Paul Fournel et Olivier Salon), d’autres sont acteurs/rices (dont Jehanne Carillon). Chaque interprète va lire un texte dont la contrainte est phonétique : placer le plus souvent possible un certain son, que les participants ont écrit sur une feuille verte tenue devant eux (et cachant leur(s) texte(s) – qu’ils lisent, ne le(s) connaissant pas par cœur). Le concert débute, les performances se succèdent ; je retranscris le tout dans l’ordre d’apparition des interprètes, avec des extraits des textes et une remarque ou deux à l’occasion.

 

  1. Prélude en d;
  2. Prélude en é;
  3. Prélude en cha; de et par Paul Fournel ; certains des mots utilisés (« datcha », « chartreuse », « charabia », « chatte », « charlatan », « cha-cha-cha », « cucaracha ») créent une atmosphère assez sudaméricaine ;
  1. Fugue 1 intitulée offrande musicale. Lecture à deux, avec une voix féminine et une voix masculine : la voix féminine répète dans un premier temps, puis des variations apparaissent, tel un dialogue ;
  1. Prélude en k ; parmi les vers retenus figure « le cliquetis du cloaque cyclique » ;
  2. Prélude en f ; parmi les vers retenus figure « Sisyphe s’était infiltré au château des six ifs »
  3. Prélude en a ;
  1. Fugue 2 ; le thème en est la création ; deux voix masculines se répondent, se contredisent, se suivent où se devancent ; cette lecture permet d’entendre des voix discordantes, des pensées contraires ; parmi les termes retenus figurent des jeux paronymiques, telle l’utilisation des mots « chiffre », « friche » et « fichtre ».
  2. Fugue 3 ; lecture à 2 voix féminines ; correspondance fuguée d’inspiration baudelairienne ;
  1. Valse 1 ; voix féminine chantant sur fond de valse (de type bal musette) ;
  2. Valse 2 ; voix féminine chantant a capella (Jehanne Carillon) sur un texte de Paul Fournel ;
  3. Valse 3 ; voix masculine (Olivier Salon) chantant sur fond de valse (toujours la même version) ;
  1. Prélude en p ; parmi les vers retenus figurent « peur de parler sans pouffer » et « plutôt peloter les paletoquets » ;
  2. Prélude en b ; une contrainte supplémentaire est ajoutée, chaque mot employé doit comprendre au moins deux b ; parmi les vers retenus figure « une ribambelle de barbares s’embourbait dans les barbelés » ;
  3. Prélude en ou ; parmi les vers retenus figure « les toutous bouffent ses doudous » ;
  1. Fugue 4 ; 2 voix féminines et une voix masculine ;
  1. Prélude en s ; parmi les vers retenus figurent « son insouciante enfance en Suisse » et « sacrée Suzanne si souvent cernée par les scrupules » ;
  2. Prélude en en ; parmi les vers retenus figure « le pan pan des enfants jouant à la pétanque » (lu par une anglaise pour qui le son en en n’est pas aisé) ;
  3. Prélude en u ; parmi les vers retenus figurent « Ubu du cul, Ubu fut en rut », « Ubu pue du cul » et « Ubu fut venu, a vu et fut vaincu » ;
  1. Fugue 5 ; 2 voix masculines et une voix féminine ; parmi les vers retenus figurent « se chauffer avec des poètes », « auto-dafé pour se chauffer » et « brûler des poètes » (thème étrange et comique) ;
  1. Prélude en gn ; parmi les vers retenus figurent « une agnelle niaise se baigne dans le magnifique canyon » et « sa tanière à l’hargneuse bannière » ;
  2. Prélude en oin ; parmi les vers retenus figure « un baragouin sans embonpoint » ;
  1. Valse 4 ; voix féminine chantant sur fond de valse (toujours la même version) ;
  2. Valse 5 ; valse à 3 voix chantant sur fond de valse (toujours la même version) ;
  1. Concerto pour phonèmes ; tout l’orchestre se lève et joue sa partition, qui est une reprise des préludes. Le chef d’orchestre, Olivier Salon, dirige et coordonne le tout, les lectures se succédant, se répondant, s’enchevêtrant, les voix s’abaissant ou s’amplifiant, le rythme décélérant ou accélérant au gré de la baguette du chef d’orchestre ; en résulte harmonie et disharmonie, cris et chuchotements, dans une polyphonie cacophonique des plus étonnante et drôlatique.

 

Ce concert oulipien, en plus d’avoir donné l’occasion d’entendre de la poésie rythmée (au sens roubaldien et non meschonnicien) et amusante, a été aussi une expérience intéressante d’un point de vue littéraire et didactique.

En ce qui concerne la littérature, cette approche permet de voir de nombreuses possibilités scripturales, cette fois liées à la musique – la voix étant vue comme un instrument -, et aux sonorités, et comment en jouer pour allier forme et fond (même si je n’ai pas toujours perçu le sens de certains chants quelque peu abstraits). Cela m’a aussi donné des idées pour des ateliers d’écriture, pour aider les scripteurs à travailler le lexique mais aussi la sonorité des textes, et l’atmosphère s’en dégageant.

Didactiquement parlant, cette représentation m’a rappelé l’importance de la lecture dans l’enseignement, du FLE ou d’autres champs ; en littérature, elle permet de mieux saisir un texte, ses subtilités, ses intonations ; en phonétique, elle alloue l’apprenant à répéter et assimiler certains sons difficiles pour lui (comme cette anglaise lisant un texte en en).

 

Je ne saurais que trop vous conseiller d’assister à l’une de ces séances mensuelles, dont vous pouvez trouver le programme dans la rubrique pour en savoir plus, ci-dessous. Elles sont gratuites, pas besoin de réserver, juste y aller, l’auditorium est vaste, l’acoustique est bonne, l’ambiance conviviale. Prochain rendez-vous le 14 mai, le thème en sera les jouets et la soirée intitulée Majorettes et Dinky toys.

 

 

 

Pour en savoir plus :

http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/conferences_toutes/i.conferences_theme/s.conferences_oulipo.html?first_Art=non&first_Rub=non (pour revoir les Jeudis de l’Oulipo)

http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/conferences_toutes/i.conferences_intervenant/s.conferences_intervenant_A.html (pour revoir les conférences de la BNF)

http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/auditoriums.html (programme des conférences à venir de la BNF)

http://oulipo.net/fr/ (site de l’Oulipo)

Jehanne Carillon (chant) et Olivier Salon (piano) à la BNF én 2012 pour une représentation de Chant’Oulipo, pièce oulipienne :

 


Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.