A la découverte de la génétique des textes

Pour mon mémoire qui porte sur l’amélioration des  compétences écrites chez les étudiants britanniques en première année université de français, j’adopte la méthode d’analyse proposée par mon directeur de mémoire qui en est spécialiste: La génétique des textes et de la réécriture. Je vous fais donc part ici d’une brève synthèse du premier article que j’ai lu sur la question:  « Contribution des brouillons à la connaissance de l’écriture scolaire » de Catherine Boré, paru en 2004 dans la revue Le Français Aujourd’hui.

Le titre est assez transparent et l’objet du texte porte en effet sur l’intégration du brouillon dans l’analyse, l’enseignement et l’évaluation des écrits en milieu scolaire. La recherche de Catherine Boré se fonde  sur un corpus de brouillons d’apprenants, certains composés d’une seule version, d’autres de deux, pour montrer que ceux-ci sont révélateurs de processus cognitifs, de stratégies mentales et du positionnement énonciatif du scripteur. Ceci permet donc aux enseignants d’avoir un aperçu plus approfondi et plus complet de ce qui se passe dans le cerveau de l’étudiant au moment d’écrire.

L’objectif du texte est de montrer que l’analyse des brouillons apporte beaucoup à la lecture de l’enseignant en cours d’écriture car ils dévoilent toute une face cachée du processus cognitif et linguistique des apprenants qui est invisible dans la version finale de leurs écrits. Ainsi, les activités de réécriture devraient être promues et encouragées au bénéfice des apprenants et des enseignants.

L’intégration des brouillons dans la conception des méthodes d’analyse, d’évaluation et d’enseignement de l’écriture est très récente et a débuté dans les années 90. Bien qu’elle ait été témoin d’une didactisation progressive du brouillon, la chercheuse met en exergue les besoins criants d’autres recherches dans le domaine, notamment dans la description de la  langue, des genres et des styles scolaires. Cette description tiendrait compte des contextes, des situations et des contraintes du cadre scolaire.

Ma conclusion: l’étude des brouillons scolaires est une discipline qui fait ses premiers pas dans la sphère scientifique, même si elle s’est considérablement étoffée depuis la date de sortie de cet article en 2004 mais de nombreuses recherches sur le sujet sont encore nécessaires. Pour autant, il faut considérer les progrès déjà faits en la matière qui ont permis bien des avancées en recherche principalement didactique. Mais ces études ne mesurent pas encore l’importance de la variété des contextes, des consignes scolaires et de la nouvelle technologie dans l’écriture et la réécriture. Une description de la langue, des genres et des styles prenant forme dans les brouillons est donc nécessaire, tout comme une théorisation du sujet scolaire qui joue le rôle d’énonciateur et d’élève faisant partie d’une classe qui l’influence. Il est donc essentiel de repenser la façon dont les enseignants lisent et interprètent les écrits scolaires ainsi que de réfléchir à la finalité de leur propre lecture de ces textes.

 


Laure-Lise

Etudiante en M2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris III

More Posts

3 réflexions sur « A la découverte de la génétique des textes »

  1. Bonjour, ton sujet de mémoire m’intéresse beaucoup. Franchement dit, auparavant, je ne voyais pas l’intérêt d’étudier la génétique des textes ou des brouillons. Mais après avoir assisté au séminaire de Génétique textuelle et didactique des grands corpus : nouveaux regards sur la genèse des textes à l’ère des données massives, je me suis beaucoup inspirée de ce séminaire et j’ai changé mon avis. J’aimerais bien partager mes réflexions sur ce sujet avec toi, et j’espère que ce serait utile pour toi. Selon moi, au lieu de porter seulement l’attention sur l’état final de l’écrit, mais aussi sur la génétique des textes peut éviter une sorte de déterminisme et aide à découvrir des possibilités.

    Souvent dans le cadre scolaire, ce qu’on demande aux apprenants est toujours la version finale de l’écrit. On donne tous sorts de cadres, et on demande aux apprenants de nous donner des productions sans jamais les dépasser, mais on ne porte presque aucune attention au processus de leur production. Cependant, les apprenants qui ont peur de faire des erreurs ont tendance de supprimer ce dont ils ne sont pas sûrs au cours de leurs créations, ce qui les empêche de développer leur créativité. Mais avec les brouillons, l’enseignant peut suivre le processus de créations des apprenants et il a la possibilité de découvrir le talent de certains apprenants pour l’écriture. En plus, à mon avis, si l’enseignant et les apprenants peuvent faire une lecture créatrice de brouillons des apprenants en discutant et analysant ensemble ces brouillons avec l’esprit ouvert, ce serait un grand encouragement pour les apprenants, et les apprenants peuvent faire beaucoup de progrès à l’écrit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.