Nouvelles formes littéraires en ateliers d’écriture

 

Ce texte fait suite à mon billet précédent sur les catégorisations (hasardeuses) en littérature. J’y suggérais que la littérature pouvait se trouver partout, et pas uniquement dans les genres canoniques que sont le roman, le théâtre ou la poésie et, dans le sillage d’un Walter Benjamin (1991), j’essayais de reconsidérer l’art populaire, de donner des lettres de noblesse à  des genres regardés comme mineurs : Bande Dessinée (BD) et Cinématographe (ciné(ma)) ; dans la continuité de ces pérégrinations de l’esprit, voici quelques autres réflexions…

 

Pour qui aime lire, le plaisir de la littérature peut être comblé partout, sur tout type de support : livre, écran, affiche, étiquette… Un slogan syndicaliste peut se révéler être une véritable chanson, une étiquette de boîte de conserves un trésor linguistique, une liste de courses un poème dadaïste, les annotations sur un livre d’occasion un commentaire critique des plus pertinents… Des conceptions de la littérature assez proches ont en fait été pensées dès le début du 20ème siècle par des  Cendrars (« Publicité = Poésie ») ou des Apollinaire (« Tu lis les prospectus les catalogues les affiches qui chantent tout haut / Voilà la poésie ce matin ») (cités par Boucharenc, 2016), et même si un brin de provocation a dû être à l’origine de ces phrases choc, l’idée sous-jacente était déjà bien celle de combattre les a priori de l’époque, dans une approche moderniste de la poésie et de la littérature. Ce débat reste d’ailleurs d’actualité, comme on le voit aujourd’hui avec le rejet de pratiques artistiques trop contemporaines pour être embrassées par notre intellegentsia (littérateurs que Cendrars qualifiait du reste de « gens les plus conventionnels du monde » (cité par Boucharenc, n.d.)) et notre technocratie

Dans le cadre de l’approche communicative et de la perspective actionnelle en FLE (Français Langue Etrangère), les témoignages d’oralité contemporaine que sont les fiches techniques, les publicités ou les petites annonces servent souvent de supports authentiques lors de la mise en place de séquences pédagogiques. Mais ces bribes de véritable poésie ne pourraient-elles pas être utilisées pour explorer de nouveaux possibles d’écriture littéraire ? Par exemple par le biais d’ateliers d’écriture ? J’ai cité le cinéma et la BD, j’ai mentionné la publicité et les slogans, je pense désormais à la poésie sauvage, ou « poésie d’utilité publique » (Combes, n.d.). Ces poèmes affichés dans des espaces publics par des anonymes ou tout du moins des amateurs (au sens où ils ne vivent pas du métier d’écrivain) sont des supports vers lesquels on pourrait se pencher pour s’exercer à l’écrit. Un atelier d’écriture à partir de ces productions pourrait même se conjuguer dans une perspective actionnelle : le mot d’ordre serait de composer son message poétique, puis de l’imprimer et de l’afficher dans un espace public, à la manière des artistes urbains (artistes graffiti, Ernest Pignon-Ernest, etc.) afin de sensibiliser les chalands (au fond ou à la forme de leur déclaration… ou aux deux).

Grâce au cinéma, l’exercice du doublage pourrait aussi se révéler une riche expérience : exercice de réécriture ou de traduction (jouer du plurilinguisme), le nouveau message peut dévoiler d’autres réalités, d’autres sensibilités, d’autres styles. Pourquoi ne pas penser aussi les sous-titres, imaginer un film muet et lui adjoindre un texte, des dialogues ? L’idée aussi de coupler différents médias, voire d’inviter des intervenants de divers champs disciplinaires (arts plastiques, études théâtrales, voire des acteurs des sciences dures, à l’image de ce qu’ont fait les Oulipiens en invitant les mathématiques dans l’élaboration de leur écriture), déboucherait certainement sur de nombreux et originaux résultats.

En BD, réécrire les textes des phylactères (les bulles) est souvent proposé à l’école, mais l’exercice est toujours porteur, car les images sont assez parlantes et ce support est souvent le bienvenu en classe de FLE. Reprendre des dialogues de BD, les théâtraliser, les réécrire sous forme de poèmes, les adapter pour réaliser un petit film vidéo, les augmenter ou les transformer (passer du discours direct à l’indirect), en changer le registre de langue… Que de possibilités ! Une autre idée me passe par la tête : dessiner sous forme de calligrammes l’intérieur des cases, et peindre l’intérieur des bulles…

Et la publicité ? Cette écriture fragmentaire se prête assez bien à des activités de réécriture ; l’on pourrait ainsi reprendre un slogan publicitaire, le poétiser (encore plus), ou inverser la problématique et adapter un poème à une affiche, ou trouver une formule choc… Avec la publicité, l’on peut aussi revisiter le passé et s’intéresser à ces réclames rétro, en choisir une, en échanger le message avec celui d’un produit contemporain, ou faire l’inverse. Les possibilités sont si nombreuses pour repenser, et la littérature, et son approche en terme d’écriture ! L’idée générale étant de redonner le goût de la littérature sous toutes ses formes, d’inciter à la créativité et de travailler une nouvelle écriture, non plus scolaire, mais bel et bien littéraire, qui ferait la part belle à l’oralité de la langue française, dans une vision assurément contemporaine (et esthétique) de la langue.

Source : http://www.asterix.com/asterix-de-a-a-z/les-personnages/courdetenis.html

En ce qui concerne le plurilinguisme à la mode aujourd’hui, notamment en FLE, les possibilités sont riches là aussi : prenez une publicité étrangère, une recette de cuisine, une BD d’Astérix avec son latin et sa typographie étrangère (gothique, cunéiforme, pictographique…), et imaginez une réécriture, une mise en dialogue, une augmentation avec reprise de termes étrangers, ou ajout de nouveaux. Les possibilités de jouer du graphisme de ces écritures ou avec l’intonation de ces langues donneraient certainement l’occasion aux apprenants de libérer leur génie créatif et de les motiver.

 

Ces nouvelles rêveries didactiques ne sauraient être complètes sans vos contributions, commentaires, ajouts, suggestions, références… Et la place ne manque pas dans la partie commentaires pour ces brefs écrits, alors, à vos claviers !

 

 

Bibliographie

Benjamin, W. (1991). Le narrateur. Réflexions à propos de l’œuvre de Nicolas Leskov. Dans Écrits français (Introduction et notices de Jean-Maurice Monnoyer), pp. 249-298. Paris. Gallimard.

Boucharenc, M. (2016). Publicité  =  Poésie : retour  sur  un  lieu  commun  moderniste. Les   Poètes   et   la   publicité.   Dans Berranger, M.-P. et  Guellec, L. (2017). Actes   des   journées   d’études   des   15   et   16   janvier   2016, p.  253-264. Paris. Université  Sorbonne  Nouvelle-Paris  3. Consulté le 05/04/2018 sur http://littepub.net/publication/je-poetes-publicite/m-boucharenc.pdf.

Combes, F. (n.d.). Poésie d’utilité publique. Consulté le 05/04/2018 sur http://franciscombes.unblog.fr/poemes-affiches/.


Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.