Enquête de terrain et les obstacles rencontrés au quotidien

Il est vrai que le temps file à toute allure, il nous reste à peine deux mois pour tout boucler, le stresse monte considérablement mais bon, ne nous laissons pas abattre et faisons donc de notre mieux pour terminer ce mémoire.  J’ai tenu à rédiger ce billet pour présenter quelques difficultés que j’ai rencontrées jusqu’à présent et comment j’ai essayé tant bien que mal de les résoudre.

La première difficulté concerne mon sujet de recherche, en effet, même si dans mon esprit, je savais pertinemment sur quoi travailler, j’avais du mal à préciser mon thème,  je me suis alors recentrée sur mon objectif principal et j’ai pu ainsi structurer les choses. Pour le moment, mon sujet demeure inchangé donc, je ne sais pas à la fin s’ il évoluera ou restera le même.

La deuxième difficulté fait référence à ma problématique que j’ai eu du mal à cerner au début, je ne savais pas si je ciblais spéciquement mon sujet et si elle était pertinente, jusqu’à présent, à mon sens, elle est loin d’être bien élaborée. J’essaye donc de me recentrer sur mon sujet et sur mes enquêtes car, ces dernières sont déterminantes dans la problématisation de mon mémoire et je pense qu’au fil de la recherche, ma problématique se précisera nettement plus.

La dernière difficulté est non la moindre concerne l’organisation spatio temporelle de mon terrain de recherche, cette difficulté fait notamment allusion à mes entretiens et plus précisément à la structure dans laquelle ils vont se dérouler. Au départ, c’était loin d’être évident de trouver un organisme d’enseignement, en effet, lorsque, j’ai contacté pour la première fois le CASNAV de mon département, je n’ai pas eu la réponse souhaitée puisque à chaque fois on m’orientait vers un responsable de la formation, qui me demandais d’envoyer mon CV et ma lettre de motivation ou encore si j’avais une convention de stage.

A ce moment précis, j’étais désorientée et j’avais surtout une appréhension quant au temps, je me suis demandée si j’allais avoir une réponse positive et si j’aurais le temps de mener à terme mes entretiens et surtout est-ce que j’aurais le temps de les analyser. Ces questions m’ont vraiment freiné dans ma motivation et dans ma volonté à continuer ce mémoire. Cela étant, ma « période noire » s’est vite éclaircit et j’ai pu rebondir en songeant à mon objectif principal, j’ai alors pensé à différentes solutions : la première était de faire appel à mon directeur de mémoire qui a pu m’orienter vers une personne travaillant dans le milieu que je recherchais. Cette personne en question est une enseignante en UPE2A, elle a accepté gentiment de m’accorder un entretien, elle m’a également suggéré de contacter directement les centres de CASNAV et de leur envoyer un mail en précisant ma thématique de recherche. Ces courriels ont porté leur fruit puisque, j’ai eu quelques réponses positives.

Au départ, mon objectif était de réaliser deux entretiens avec deux professeur UPE2A du 1er degré, ensuite, après réflexion, j’ai voulu faire un entretien avec un professeur du second degré, mais malheureusement, l’enseignante ne travaillait pas avec les albums de jeunesse. J’ai alors abandonné l’idée et j’ai voulu me focaliser uniquement au premier degré. Un autre changement s’est également opéré dans ma recherche réflexive, puisqu’avant, j’étais partie sur deux entretiens et à l’état actuel, j’en ai réalisé trois et il me reste le dernier à effectuer prochainement. Ce choix n’est pas fortuit car, les quatre enseignantes utilisent les albums de jeunesse comme support d’apprentissage et en plus,  elles travaillent dans des écoles différentes et donc pas de la même manière.


TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

2 réflexions sur « Enquête de terrain et les obstacles rencontrés au quotidien »

  1. Effectivement, Jan-Mark, et surtout le plus difficile dans la recherche, c’est le sentiment de frustration que l’on éprouve, on est complètement démuni, on ne sait pas ce qu’on doit faire, quelle solution envisagée, doit-on continuer à avancer malgré tout… Autant de questions qui nous submergent et comme tu l’as dit, heureusement que l’on peut compter sur certaines personnes bienveillantes qui connaissent parfaitement ce sentiment puisqu’elles sont passées par là aussi et savent pertinemment le genre de difficultés que l’on rencontre et de ce fait, elles n’hésitent pas à nous aider dans notre recherche.

  2. Ce qui est dommage avec toutes ces complications c’est de voir que ta bonne volonté n’est pas toujours récompensée ni ton énergie épargnée… Heureusement que tu peux compter sur quelques âmes généreuses..!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.