Différences typologiques entre le russe et le français (le cas de l’article)

Le français et le russe sont des langues typologiquement et génétiquement assez différentes. Le français est une langue romane analytique alors que le russe est une langue slave synthétique qui possède six cas et n’a pas de catégorie formelle d’articles. L’article dans la langue française exprime la détermination, catégorie sémantico-syntaxique du nom. Il joue le rôle d’actualisateur principal du nom. Il est à noter que dans beaucoup de cas, l’expression de détermination est facultative en russe. Du point de vue typologique, l’article en français possède des formes plus variées et une extension d’emploi plus large que dans d’autres langues ayant des articles. Selon V. Gak, « les discussions théoriques portant sur l’article concernent les problèmes suivants :

  1. l’inventaire des articles en français ;
  2. son statut morphologique ;
  3. ses fonctions dans la langue et ses significations » (Gak, 2000 : 110 -111).

Les linguistes distinguent traditionnellement trois formes d’articles : défini, indéfini, partitif. Il existe aussi une forme spécifique en français : l’article « zéro », non-emploi fonctionnel de l’article. De cette façon, l’article (ou un autre déterminant) en français est obligatoire pour marquer le statut d’actualisation d’un nom en discours : connu / inconnu, déterminé / indéterminé par la situation ou l’énonciation précédente.

Comme le russe ne possède pas de formes d’articles, l’actualisation en discours peut s’effectuer de manière différente :

  1. par l’ordre des mots pour marquer le thème et le rhème, le thème est toujours en début de l’énoncé ;  
  2. par l’emploi de certains pronoms / adjectifs démonstratifs ou indéfinis ;
  3. sur le plan morphologique, le russe ne marque pas la différence entre les noms comptables / non-comptables, mais cette différence peut être parfois marquée par l’emploi des cas différents (Accusatif – Génitif).   La première opposition défini – indéfini peut être résumée dans le tableau suivant :
Moyens d’expression langagiers L’article défini L’article indéfini
  1. L’ordre des mots
  2. Les pronoms et adjectifs :
Toujours avant le nom Toujours après le nom
этот – ce, celui-ci

тот – celui-là

свой – mon ; le mien

все (эти) – tous (les)

оба, трое – les deux, tous les deux

каждый – chaque

один – un

какой-то – quelque

какой-либо – quelqu’un

какой-нибудь – quelconque

кое-какой – n’importe quel

некоторый – certain

такой (как, что) – un tel

неизвестный – inconnu

целый – entier

что-то – quelque chose

чей-то – appartenant à qqn

где-то – quelque part

 

Maintenant, voyons plus en détail ces moyens d’exprimer l’opposition défini – indéfini :

  1. L’ordre des mots comme moyen d’exprimer l’opposition défini – indéfini concerne tout d’abord le sujet. Si le sujet est utilisé en français avec un article défini, le sujet en russe précède le verbe ; en revanche, si le sujet en français est employé avec un article indéfini, le sujet en russe est placé après le verbe.

 

Français : S (le) + V

Le train est arrivé à 8 heures.

Le livre était sur la table.

Russe : S + V

Поезд пришёл в 8 часов.

Книга лежала на столе.

Français : S (un) + V

Un train est arrivé à 8 heures.

Un livre était sur la table.

Russe : V + S

В 8 часов пришёл поезд.

На столе лежала книга.

 

Pourtant, la règle présentée ci-dessus n’est pas absolue, il est à noter deux cas d’exсeptions :

A.

Français : S (le) + V Russe : V + S

 

Cette exception a lieu quand toute la proposition russe exprime le rhème, toute la proposition répond à la question : qu’est-ce qui se passe ? Dans la grammaire russe, les propositions de ce type sont appelés “monorhématique”, par exemple : Le soleil brille (Светит солнце) ; Le vent souffle (Дует ветер) ; Le printemps est venu (Наступила весна). Nous voyons que le sujet français employé avec un article défini est exprimé en russe par l’ordre de mots inversé. Comparez :  

Nous étions à l’étude quand le proviseur entra, suivi d’un “nouveau” … Le proviseur nous fit signe de nous rasseoir. (G. Flaubert, Madame Bovary). Когда мы готовили уроки, к нам вошел директор, ведя за собой “новичка” … Директор нам сделал знак сесть по местам. (Notre traduction).

La première proposition “Le proviseur entra” est la réponse à la question “Que se passa-t-il quand les élèves étaient à l’étude ?” et toute cette proposition représente un rhème ; de cette façon, en russe, il faut mettre le sujet après le verbe. Dans la deuxième proposition “Le proviseur nous fit signe de nous rasseoir”, le sujet exprime le thème (cette proposition répond à la question : Que le directeur fit-il ?), ainsi, en russe, le sujet précède le verbe comme décrit dans la règle générale ci-dessus.

B. La deuxième exception :

Français : S (un) + V Russe : S + V

Dans le russe standard, un sujet indéfini peut précéder le verbe si ce sujet est employé avec des épithètes qui montrent la spécificité ou le caractère insolite de ce sujet. Comparez :

 

Une courte et chaude averse venait de laver Paris. (G. de Maupassant, Bel-Ami). Короткий теплый ливень только что омыл Париж. (Notre traduction).
Une grande effervescence régnait parmi les habitants des régions frontières. (G. de Maupassant, Bel-Ami). Сильное возбуждение царило среди жителей прифронтовых областей.

(Notre traduction).

 

Si l’on supprime l’épithète, en russe, il faudra invertir le sujet : Среди жителей прифронтовых областей царило возбуждение.

  1. Les pronoms et adjectifs.
  1. Les équivalents de l’article défini :
  • Le pronom démonstratif этот (celui-ci) précède le nom employé pour la deuxième fois :
Il a trouvé chez le bouquiniste un vieux livre grec. Mais il n’a pas pu acheter le livre faute d’argent. Он обнаружил у букиниста старую греческую книгу, но не мог купить эту книгу, так как у него не было денег.

 

  • Le pronom démonstratif тот  (celui-là) devient l’équivalent de l’article défini français devant l’antécédent de la proposition relative :

 

C’était la maison que j’avais cherchée. Это был тот дом, который я искал.

 

  • Le pronom possessif свой (мой, его и т.д.) (mon, le mien ; ton, le tien, etc.) employé devant le nom qui exprime un membre de famille de la personne déjà mentionnée avant ou devant le nom qui exprime une partie de l’objet déjà mentionné avant :

 

Elle vivait péniblement des petits appointements du mari. Она жила бедно на скромное жалование своего мужа.
La voiture n’est pas encore sortie du garage.

Les phares projettent une lumière aveuglante.

Машина ещё не вышла из гаража. Её фары отбрасывали ослепительный свет.

 

  • Les pronoms indéfinis (nous gardons la terminologie utilisée dans les grammaires russes) все эти (tous les), весь (tout le) :

 

Il y avait là plusieurs hommes. Quand je suis entré, les hommes se sont retournés. Там было несколько человек. Когда я вошёл, все эти люди обернулись.

 

  • Le pronom / adjectif каждый (chaque) devient l’équivalent de l’article défini français dans son emploi distributif :

 

Il les a payés trois roubles la pièce. Он платил три рубля за каждую штуку.

 

Mais aussi devant les jours de la semaine. Comparez :

 

Il viendra samedi. Он придёт в субботу.
Il viendra un samedi. Он придёт как-нибудь в субботу.
Il vient le samedi. Он приходит каждую субботу.

B. Les équivalents de l’article indéfini.

Parmi les équivalents de l’article indéfini en russe, on peut citer :

  • un nom de nombre один (un) ;
  • les pronoms / adjectifs : какой-то (quelque, un certain, je ne sais quel), некий, некоторый (un certain, quelque), кое-какой (certain), какой-нибудь (que ce soit, un quelconque, n’importe quel), какой-либо (n’importe quel).

Le choix de l’équivalent pertinent en russe dépend aussi d’un certain nombre de facteurs : nombre de l’objet, modalité, personne qui produit ou qui reçoit le message communicatif, temps du verbe et aspect verbal. Malgré le fait que l’opposition défini / indéfini est le plus souvent marquée dans le groupe nominal, la valeur de cette catégorie est beaucoup plus large, la valeur de cette opposition est liée à toute la structure informative de l’énoncé. Voyons plus en détails l’emploi de ces équivalents :

 

Pronom / adjectif indéfinis,

nom de nombre

Personne (1 – le premier locuteur ; 2 – le destinataire, le deuxième locuteur) Modalité Temps Nuance aspectuelle de la forme verbale Nombre
Один (un) 1 – connu,

2 – inconnu

Singulier
Какой-то (quelque) 1 – inconnu,

2 – inconnu

le passé
Какой-нибудь (un quelconque) 1 – inconnu,

2 – inconnu

le futur la répétition

(habitualis)

Кое-какой (certain) 1 – connu,

2 – inconnu

 

  • Le nom de nombre один (un) ne s’emploie qu’avec un nom au singulier. Il montre aussi que l’objet de l’énoncé est connu à celui qui parle, mais il ne veut pas le préciser :
Hier, j’ai rencontré un ami. Вчера я встретил одного друга.
Un ami m’a dit que c’est un film à voir. Один друг сказал мне, что этот фильм надо посмотреть.
  • Le pronom какой-то (quelque) implique que les deux locuteurs connaissent l’objet ; en russe, il s’emploie avec le verbe au passé :

 

Hier, il m’a apporté des livres dont je n’ai pas besoin. Вчера он принес мне какие-то книги, которые мне не нужны.
La porte s’ouvrit. Un homme entra. Дверь отворилась. Вошел какой-то человек.

 

  • Le pronom какой-нибудь (un quelconque) peut être employé en russe soit avec un verbe au futur, soit avec un verbe au conditionnel, à l’impératif ou au subjonctif. Très souvent (c’est facultatif), le verbe russe a une nuance aspectuelle de répétition. Comparez :

 

Chantez-nous une chanson. Спойте нам какую-нибудь песенку.
Si vous connaissez une chanson française, chantez-nous-la. Если вы знаете какую-нибудь французскую песенку, спойте нам её.
Il ne se passait pas un jour sans qu’il ne lui apportât un cadeau. Дня не проходило, чтоб он не принёс ему какого-нибудь подарка.

 

  • Le pronom кое-какой (certain) montre que l’objet de l’énoncé est connu à celui qui parle, mais il ne veut pas le préciser. L’élément кое – implique le choix ou une surprise.

 

Je vous ai apporté des livres français. Я вам принёс кое-какие французские книги.
Une inquiétude perçait dans son regard. Кое-какое беспокойство сквозило в его взгляде.

 

II. Les moyens d’exprimer les valeurs de l’article partitif en russe :

En russe la valeur de l’article partitif (du, de la, de l’) peut être rendue par le génitif :

 

L’eau est froide dans cette rivière. В этой реке холодная вода (Nominatif).
Apportez-moi de l’eau. Принесите мне воды (Génitif).

 

L’emploi du génitif dépend des facteurs suivants :

A. Le nom au génitif s’emploie avec le verbe perfectif. En russe avec les verbes imperfectifs, surtout quand il s’agit des actions réguliers, le nom se met à l’accusatif :

 

À midi, il mange du poisson, du riz, il boit de l’eau ou du jus de tomate. В полдень он ест (verbe imperfectif) рыбу (accusatif), рис (acc.), пьёт (verbe imperfectif) воду (acc.) или томатный сок (acc.).
Il a mangé du poisson et du riz, il a bu du jus de tomate. Он поел (verbe perfectif) рыбы (genitif) и риса (gen) и выпил (verbe perfectif) томатного сока (gen).

B. Le génitif ne s’emploie pas s’il s’agit du nom qui joue le rôle du sujet (le nom est toujours au nominatif) :

Il y a du beurre sur la table. На столе лежит масло (sujet du verbe – nominatif).

C. Après la négation, on met le nom au génitif :

Il n’a pas mangé de poisson. Он не (particule négative) поел рыбы (génitif).

 

Ainsi, l’article en français représente trois types de problèmes pour les apprenants russophones :

  1. problèmes d’ordre formel : quelle forme choisir (masculin / féminin, singulier / pluriel) ;
  2. problèmes d’ordre discursif et pragmatique : connu / inconnu, unique / représentant d’une classe, général / particulier ;
  3. problèmes d’ordre sémantique : comptable / non-comptable

Bibliographie

GAK, V., 2000, La grammaire théorique de la langue française, Moscou, Dobrosvet.

GAK, V., 2006, La grammaire contrastive du russe et du français, Moscou, URSS (4ème édition).

KOUZNÉTSOVA, I., 2010, Grammaire contrastive du russe et du français, Moscou, Nestor Academic Publishers.

VASILIÉVA, N., PITSKOVA, L., 1991, La grammaire théorique de la langue française, Moscou, Nestor Academic Publishers.


Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

2 réflexions sur « Différences typologiques entre le russe et le français (le cas de l’article) »

  1. Mikhail, merci beaucoup pour cette analyse claire et détaillée! Je suis tout à fait d’accord que l’article représente une des plus grandes difficultés pour les apprenants russophones… même pour ceux qui ont déjà un niveau de français assez élevé…

    1. Sofiya, oui, c’est vraiment très difficile pour les locuteurs de langues avec un système casuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.