Théorie de détermination (notion “d’assiette” introduite par J. Damourette et E. Pichon)

Il est à noter que la théorie de détermination est une des théorie les plus populaires du point de vue de la grammaire pratique parce qu’elle cherche à définir les critères de l’emploi de l’article. Dans la tradition française, c’est dans les travaux de Jacques Damourette et Édouard Pichon (Des mots à la pensée. Essai de Grammaire de la Langue Française, 1968 – 1971) que nous trouvons la présentation détaillée de cette conception. La catégorie grammaticale exprimée par les articles est appelé “assiette” : “l’assiette est le répartitoire par lequel sont définies le conditions plus ou moins étroites que le quantum substantiel, dont l’espèce et la quantitude sont déjà déterminées, doit encore remplir pour jouer le rôle que la pensée lui assigne” (Damourette et Pichon, 1968 : 468). “L’assiette” montre de quelle portion de notion (“quantum de substance”) il s’agit dans un moment donné du discours. Le concret et l’abstrait peuvent être exprimés par des articles définis et indéfinis. Selon Damourette et Pichon, il y a seulement deux articles (le et un) en français, l’article partitif n’est qu’une variante combinatoire de un. Pourtant, ils ajoutent le démonstratif ce à la liste des articles en français. De cette façon, les chercheurs affirment l’existence de quatre degrés de détermination :

  1. “L’assiette illusoire” implique l’absence de l’article ou la présence de la préposition de. La notion se présente comme générale dans l’esprit du sujet parlant (Je n’ai pas de manuel) ;
  2. “L’assiette transitoire” se traduit par les articles un, du. Un élément comme représentant d’une classe (ou une partie de la matière) peut être choisi dans une situation donnée (J’ai un livre) ; la notion d’ “assiette transitoire” souligne que ce “quantum de substance” peut être indéfini seulement une fois, “car dès sa seconde apparition, il sera soit absolument déterminé, soit au moins repéré par le fait qu’on en ait déjà parlé” (Damourette et Pichon, 1968 : 469) ; il s’ensuit que l’article partitif n’est qu’une variante combinatoire de l’article indéfini, mais avec des noms continus (Il a un livre – Il a du pain) ;
  3. “L’assiette présentatoire” exige l’emploi de ce ; l’élément est choisi par le biais de la démonstration directe (J’ai ce manuel) : “un quantum de substance est présentatoire chaque fois qu’il s’agit de le repérer dans un nouvel ensemble où on veut le déterminer” (Damourette et Pichon, 1968 : 470) ;
  4. “L’assiette notoire” entraîne l’emploi de l’article le ; cette assiette reflète la détermination complète de l’objet quand le choix n’est pas possible (J’ai le livre), “c’est cette définitude parfaite que que nous appelons la notoriété” (Damourette et Pichon, 1968 : 471). Les auteurs font un examen complet de différents facteurs de détermination.

Certains linguistes critiquent la notion même de “notoriété” (voir Gak, 2000 : 230) chez J. Damourette et É. Pichon, V. Gak propose d’utiliser la notion de “familiarité” (ibid.). La théorie de “notoriété” n’explique pas tous les cas de l’emploi de l’article. Comparez :

 

  1. J’ai un bon appartement.
2. Avez-vous un bon appartement ?

Dans les deux exemples, nous avons l’article indéfini un : pourtant, dans la première phrase, il s’agit de l’objet connu au sujet parlant (c’est son appartement à lui) ; dans le deuxième exemple, la personne ne connaît l’objet dont elle parle. D’autre part, nous sommes obligés de constater l’emploi de l’article défini le quand nous mentionnons un objet ou une personne que nous ne connaissons pas : Tu connais l’auteur de ce roman ? Cette contradiction logique peut être surmontée dans le cadre de la théorie quantitative, comme nous le verrons ci-dessous.

Bibliographie

DAMOURETTE, J., PICHON, E., 1968 – 1971, Des mots à la pensée. Essai de Grammaire de la Langue Française, Paris, Éditions d’Artrey.

GAK, V., 2000, La grammaire théorique de la langue française, Moscou, Dobrosvet.


Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.