La nostalgie en classe de langue (séminaire de Simon Coffey 13/03/18)

« Maintenant, on va jouer et vous allez prendre un cours d’anglais »

Le professeur divise la classe en quatre groupes de quatre à cinq étudiants puis distribue à chaque groupe le premier couplet d’une chanson scindé en quatre étiquettes. Il manque un mot sur chacune d’entre elles, ce qui rend la tâche bien plus complexe qu’il n’y parait. La consigne, très vague à la vue des bouts de papiers et de leurs trous  « mettez-les dans l’ordre », sème le trouble.

sure they ________________ sow potatoes, nor barley, nor wheat

Oh Mary, this London’s a wonderful ________________

with people all _____________ by day and by night

but there’s gangs of them ______________ for gold in the street

Réponse :

Oh Mary, this London’s a wonderful ________________

 with people all _____________ by day and by night

sure they ________________ sow potatoes, nor barley, nor wheat

but there’s gangs of them ______________ for gold in the street

Il demande ensuite de compléter les trous, puis d’imaginer qui sont les personnages de la chanson et ce qui pourrait être l’objet du deuxième couplet. Pour cela il faut bien sûr d’abord saisir les subtilités de ce premier couplet de Mountains of Mourne par l’artiste irlandais Don McLean (l’homme qui écrit à Mary est Irlandais, il s’est rendu à Londres dans l’espoir de mieux gagner sa vie, ce n’est pas le cas, il lui raconte sa déception).

Réponse :

Oh Mary, this London’s a wonderful sight

 with people all working by day and by night

sure they don’t sow potatoes, nor barley, nor wheat

 but there’s gangs of them digging for gold in the street

Pourquoi cet exercice ?

Pour créer une discussion autour de symboles, autour de la nostalgie. Parfois, on se rattache à un lieu (comme l’homme qui écrit à Mary dans le deuxième couplet), parfois à quelqu’un, parfois à quelque chose, un détail, ne serait-ce qu’une odeur… Il nous demande alors de discuter au sein des groupes de nos symboles à nous, de ce qui nous manque de l’endroit d’où l’on vient. Étrangement nous étions nombreux à affirmer que nous étions bien contents de vivre à Paris… D’autres par ailleurs regrettaient le soleil ou les montagnes de leur enfance.

La tâche suivante consiste à compléter la phrase ‘Home is ___________’ sur un petit bout de papier, mais finalement l’exercice se perd un peu : il est plus prétexte à nous montrer les possibilités qui s’ouvrent à nous lorsque l’on enseigne, que réellement exercice.

Cette chanson est pour Simon Coffey, un bon moyen de parler de soi. ‘What we did today was non bulge language’. Il ne donne pas de traduction pour ‘non bulge language’ mais écrit au tableau ce qu’est le ‘bulge language’ « les interactions quotidiennes du langage expurgé d’émotion ». C’est la langue que l’on utilise lorsque l’on veut acheter un billet de train, lorsque l’on se présente, lorsque l’on demande son chemin, etc. C’est aussi précisément la langue que l’on retrouve le plus fréquemment dans la classe de langue étrangère, elle est utile mais plate et sans émotions. « Non bulge c’est les jeux de mots, la poésie, la littérature… ». Pour lui, la langue peut (/doit) être enseignée dans une dimension plus esthétique. C’est pour cette raison qu’il nous a proposé de travailler avec une chanson.

Il conclut le séminaire en comparant la classe de langue à un film. Il interroge alors quelques étudiants sur leur dernière séance de cinéma et très vite on remarque que la même structure revient souvent : 1) titre, 2) genre, 3) synopsis. J’ai parlé de Call Me By Your Name, que j’avais vu tout récemment, et il m’avait tellement émue que je me sentais incapable de le résumer, j’étais si l’on veut l’exception de l’expérience ‘your exemple is a bit different’. Après tout,  est-ce vraiment l’histoire du film qui fait qu’il nous plait ? Ou n’est-ce pas aussi (surtout) les plans, la photographie, les lumières, les acteurs, les émotions que l’on ressent, l’expérience que l’on vit ?

Pour Simon la langue est comme le cinéma, si l’on aime un mot, ce n’est pas forcément parce qu’on en a besoin mais plus simplement parce qu’il nous plait ‘barley‘, nous fait ressentir quelque chose. Les émotions ‘operates’ à plusieurs niveaux.


Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

2 réflexions sur « La nostalgie en classe de langue (séminaire de Simon Coffey 13/03/18) »

  1. Merci beaucoup Pauline pour ce compte rendu très vivant. Je ne pense pas qu’on puisse ainsi couper le langage en deux (émotif/non émotif) dans la tradition d’ailleurs qui oppose langage ordinaire/langage esthétique ! Quand j’achète un billet de train au guichet de la gare, il y a forcément de l’émotion pour mille raisons : ma destination, l’interlocuteur, la file d’attente, la météo… Je pense qu’il faut concevoir le langage comme un continu et non comme une addition (ou soustraction) de fonctions, domaines, lieux… Bref, redécouvrir la tradition de Humboldt, Benveniste et quelques autres, trop souvent ignorée, au profit des Austin and co. Mais c’est un point de vue (de voix?) et je le partage !!! Encore merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.