Théâtre et propagande

Ce billet est un compte-rendu de la première moitié de l’article de Lo concernant l’enseignement du théâtre à Taiwan. Ce qui m’a principalement intéressé ici, c’est le lien très fort entre théâtre et propagande dans l’histoire de cet enseignement. 

Dès lors que des immigrés chinois arrivent du continent, le théâtre classique chinois commence peu à peu à prendre racine sur l’île. Il s’agit principalement du théâtre issu des provinces du Fujian et du Canton. La première école visant à former des acteurs de l’opéra de Pékin ouvre ses portes en 1955 au sein de l’Armée de l’air taïwanaise. Plus tard, deux autres écoles sont créées au sein de l’Armée de terre et de la Marine. Ce théâtre continue de poursuivre son petit bout de chemin et c’est principalement le développement du théâtre moderne dans l’île qui est intéressant d’un point de vue social et humain.

Au début du XXe siècle, le théâtre enseigné à Taiwan est principalement dominé par la contrainte idéologique des nations et partis politiques au pouvoir. Deux dates sont importantes si l’on désire se pencher sur l’histoire de l’enseignement du théâtre à Taiwan : le début de l’occupation japonaise de l’île en 1895, et la fin de cette dernière en 1945. Aussi, lorsque les artistes tentent de faire émerger un théâtre moderne sur le modèle occidental au début du XXe siècle, Taiwan est toujours sous occupation japonaise. Leur volonté à ce moment-là est de créer un théâtre proprement taïwanais, un théâtre qui éveille l’appartenance identitaire taïwanaise et « par lequel se manifeste un esprit colonial contre la colonisation japonaise » (Lo ; 2016 : 200). Cependant, dès 1941, les activités théâtrales sont étroitement surveillées par le gouvernement japonais qui désire utiliser ces dernières comme des outils de propagande. Le théâtre taïwanais se fait donc discret jusqu’à la levée de la loi martiale. Il laisse place à un théâtre et à des pièces de propagande que l’on enseigne et joue dans les établissements scolaires et qui véhicule les idéologies japonaises.

À la fin de l’occupation japonaise, et bien que cela ne soit plus le cas aujourd’hui, l’enseignement du théâtre est rattaché au ministère de la Défense nationale. Là encore, il s’agit d’un théâtre de propagande visant à diffuser l’idéologie du gouvernement. On enseigne en mettant principalement l’accent sur la pratique théâtrale afin que les élèves puissent le plus rapidement possible développer les pièces théâtrales de propagande. Les pièces de théâtre et les opéras locaux en langue aborigène sont cependant marginalisés par le gouvernement nationaliste et ne commenceront à se faire leur place qu’à partir de 1990.

De nos jours, de nombreuses universités d’art proposent des cursus d’art théâtral. Ces derniers sont principalement destinés à élèves souhaitant faire une carrière artistique et se rapprochent ainsi des conservatoires français. De plus, depuis quelques années et en particulier depuis 1990, des enseignements du théâtre commencent à être dispensés par les universités générales. La seule différence importante ne semble plus qu’être l’environnement du campus. Les étudiants des universités d’art côtoient des étudiants passionnés eux aussi par les arts, tandis que les étudiants des universités générales fréquentent des étudiants issus de cursus divers souvent bien éloignés de leur passion pour les arts.

Bibliographie :

LO (S.L.). « L’Enseignement du théâtre à Taiwan » dans Des Formations en Arts du spectacle : Amériques, Asie, Europe, textes réunis par Quillet (F.), Besançon, Presse Universitaire de Franche-Comté, 2016, p.199-216. [URL : http://nthu.academia.edu/LoShihLung ; consulté en novembre 2017]


Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *