La lecture d’albums sans texte au cycle 1 : une forme de pré-lecture?

Charlotte NOBLET 

Peut – on considérer la lecture d’images, dans les albums sans texte, comme une pré lecture  en cycle 1 ? En quoi la lecture d’albums sans texte participe à la construction des compétences de lecture ?

Tel sera l’objet de ma recherche pour mon mémoire. Pour cela j’ai décidé de m’appuyer sur L’Album D’Adèle de Claude Ponti pour rester dans la continuité de mon TER tout en essayant d’apporter de nouveaux éléments de réflexion. J’ai par exemple découvert la collection d’albums sans texte « Histoire sans paroles » ainsi que les albums sans texte : Zoom de Banyai Itsvan, Les aventures d’une petite bulle rouge de Lela Mari, Ce jour là d’Anno Mitsumasa ainsi que Loup Noir d’Antoine Guillopé. Je songe à en sélectionner un ou deux en complément de L’Album D’Adèle pour avoir plusieurs angles de réflexion après avoir établi mes critères de sélection.

Il s’agira alors de comprendre comment un album sans texte peut être lu et voir en quoi les mécanismes de lecture utilisés pour les images peuvent êtres considérés comme des éléments de pré-lecture en cycle 1. Dans les différents ouvrages que j’ai consulté (notamment des guides pédagogiques) , la pré-lecture est définie comme ce qui constitue l’avant apprentissage formel de la lecture (en CP) et donc elle peut se définir comme un acte culturel (rencontre avec l’objet livre …). Il s’agira donc de tenter de définir précisement ce qu’est la pré lecture en lien avec mon sujet. Je suis donc à la recherche d’ouvrages qui abordent ce thème, je n’en ai pas encore trouvé.

J’ai commencé mes recherches en lisant l’ouvrage de Jacqueline Danset-Léger: L’enfant et les images de la littérature enfantine, qui sous un angle psychologique, traite de la réception des images par les jeunes enfants et de leur fonctionnement interne. Pour mon sujet cet ouvrage est particulièrement intéressant puisqu’il traite du déchiffrement des images et se rattache donc à l’idée de pré-lecture.  Il contient aussi d’intéressantes expérimentations qui pourront me servir d’appui lors de mes recherches. J’ai ensuite lu un article de Denise Escarpit : « La lecture de l’image : Moyen de communication et d’expression du jeune enfant » dans la revue Communication et langage qui reprend également la notion de pré-lecture et qui insiste sur la liberté que procure la lecture d’image (liberté d’interprétation) en comparaison avec la lecture de texte. Enfin de la même manière que le fait Sophie Van Der Linden, il s’agira dans cette recherche, de réfléchir à la spécificité des albums sans texte et au type de lecture particulier qu’ils proposent en s’appuyant sur les albums sans texte que j’aurai choisi de regrouper dans un petit corpus. 


4 réflexions sur « La lecture d’albums sans texte au cycle 1 : une forme de pré-lecture? »

  1. Je trouve ton sujet très intéressant d’autant plus que je travaille sur le livre à l’école maternelle et particulièrement au cycle 1. Je dois dire que je me suis posée beaucoup de questions sur la présence du coin lecture en maternelle alors que les enfants ne savent pas lire. Je fais référence à “L’Album d’Adèle” dans mon mémoire en évoquant ses dimensions extravagantes, ses images sans dessus dessous, les multiples détails, et, malgré tout, une certaine continuité à mesure qu’on tourne les pages. Je pense que ce livre est construit sur la symbolique. En effet, cela permet d’occuper totalement l’esprit de l’enfant lorsqu’il ouvre la première page de l’album. Il y a davantage de détails à chaque fois que l’on découvre une nouvelle double-page. L’enfant doit nécessairement manipuler le livre afin de percevoir les images dans le bon sens, et il doit s’allonger dessus, le prendre, le poser, le manier de plusieurs façons à cause de ses dimensions, tout comme le fait Adèle sur la couverture et la page de garde. De ce fait, l’enfant fait lui-même un spectacle avec son corps en manipulant le livre, il est le personnage d’Adèle, d’où le fait que ce même personnage fasse des remerciements à la fin de l’album. Les albums sans textes ont une fonction, ici je pense que c’est la manipulation et l’occupation de l’enfant. Derrière ce genre d’album, il y a toujours une intention de l’auteur qu’il faut savoir déceler, décoder.

  2. Concernant la lecture d’images je te conseille cette référence : Bourguignon J-C “L’album pour enfant. Pourquoi? Comment?”, Armand Colin, Paris, 1985.

  3. Sur la question de la “prélecture”, je vous conseille cette référence :Le Manchec C. (2004), « L’album : un enjeu pour la littéracie précoce ? », in Barré de Miniac Ch., Brissaud C. et Rispail M. (2004), La Littéracie : conceptions théoriques et pratiques d’enseignement de la lecture-écriture, Paris, L’Harmattan, p. 83-100.

  4. Il faut se méfier des “albums sans texte” car on ne peut pas les affecter d’emblée au cycle 1 même si tout livre peut être lu par n’importe quel lecteur ! Je pense, par exemple, que la dimension historique de l’album de Anno ne peut concerner les élèves du cycle 1 alors même qu’ils peuvent être passionnés par la déambulation des petits personnages… Par ailleurs, il y a certainement de très nombreux albums dont la valeur documentaire et esthétique des seules illustrations peuvent être lus comme des albums “sans texte” alors même qu’ils ont un texte typographié: ce qui fait rebondir sur le fait qu’on peut dire que l’absence apparente de texte ne préjuge pas d’un sous-texte…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.