Trois théories linguistiques russes de l’article : entre structuralisme et fonctionnalisme linguistiques

Dans ce chapitre de notre mémoire, nous voudrions présenter certaines idées des linguistes russes qui ont contribué à la description et à l’analyse du fonctionnement de l’article en français. Nous avançons l’hypothèse que certains postulats de ces théories ont été transposés dans les grammaires pédagogiques russes et, de cette façon, ils vont nous permettre de mieux analyser le discours grammatical que l’on trouve dans les manuels de grammaire et les méthodes de FLE édités en Russie.

Dans un premier temps, il est question de la théorie structurale de l’article français élaborée en URSS dans les années 60 par Youri Stépanov, docteur ès lettres, professeur de la faculté des Lettres de l’Université d’État Lomonossov de Moscou. Dans son ouvrage Structure de la langue française (1965), Y. Stépanov propose l’analyse de l’article français fondée sur deux indices différentiels :

  1. nombrabilité (n) ;
  2. sélection (s).

Ces deux indices, selon Y. Stépanov, permettent d’embrasser la totalité de combinaisons et toutes les positions de l’article dans les syntagmes nominaux :

 

(1)

S / N – un

C’est un café allongé.

(2)

S (0) / N – le

Le café est très bon. ( = Ce)

(3)

S / N (0) – du

Qu’est-ce que c’est ? – C’est du café.

(4)

S (0) / N (0) – le

Le café booste-t-il vraiment votre matin ?

  

Tout d’abord, Y. Stépanov souligne l’idée d’oppositions fonctionnelles minimales de divers articles et l’idée de choix ou de sélection qui peut servir de critère opérationnel de l’emploi de l’article qui convient (traduction de terminologie proposée par I. Kouznétsova, docteur ès Lettres, professeur émérite de l’Université Lomonossov de Moscou) :

  1. Moscou est la capitale de la Russie (il n’y a pas de “sélection” – S(0)) ;
  2. Londres, c’est une capitale européenne (comme Paris, Rome, etc.) (il y a une sélection – S) ;
  3. C’est l’oncle de Pierre (pas de sélection – S (0)) ;
  4. C’est un oncle de Pierre (il y en a plusieurs : il y a une sélection – S).

Dans un deuxième temps, il s’agit de la théorie “communicative” de G. Ochanine qui explique le choix de l’article en français à partir des fonctions communicatives de trois constituants essentiels d’un acte de parole (traduction de terminologie est à nous) :

  1. locuteur ;
  2. objet du discours ;
  3. interlocuteur (destinataire).

Dans son ouvrage Emploi de l’article en français (1973), G. Ochanine postule que le choix des articles dépend des caractéristiques des constituants communicatifs. Ainsi, elle présente trois situations différentes :

  1. Si l’objet est déterminé pour les deux actants de la communication, on emploie l’article défini : par exemple, J’ai lu le livre que vous m’avez conseillé ;
  2. Si l’objet est déterminé pour le locuteur, mais non-déterminé pour le destinataire, on emploie l’article indéfini : comme dans Je vous ai apporté un livre ;
  3. Si l’objet est indéterminé pour le locuteur et pour le destinataire, on emploie l’article indéfini : par exemple, Donnez-moi un verre, s’il vous plaît.

Ce modèle métalinguistique est basé sur des idées très simples et en même temps très importantes pour la didactique des articles en français parce qu’il donne la possibilité de formaliser une grande quantité de cas de l’emploi de l’article en français.

La troisième théorie de l’article est à notre avis la plus importante, elle a été proposée par Vladimir Gak (1924 – 2004), docteur ès lettre, membre de la Société linguistique de Paris, professeur de français et titulaire de la chaire de grammaire française à l’Université pédagogique de Moscou, un des fondateurs et un des plus grands représentants de l’école des études romanes et françaises russes. Sa conception de l’article français est présentée dans La grammaire théorique de la langue française (2004) où V. Gak envisage les articles français selon cinq oppositions fonctionnelles :

  1. substantif / non-substantif (présence / absence de l’article) ;
  2. détermination qualitative (le / un) ;
  3. détermination quantitative (le / du) ;
  4. expression du nombre d’un nom français (le / les, un / des) ;
  5. expression du genre d’un nom français (le / la, un / une).

La première opposition fonctionnelle (S / non-S), selon V. Gak, est liée à la fonction syntaxique de l’article, sa capacité d’actualiser un nom dans une phrase. De cette manière, l’article marque le phénomène de substantivation : le / un dîner, le / un passé, le / un je ne sais quoi (Il y a un petit je ne sais quoi qui ne me plaît pas). Il s’ensuit que l’article devient inutile quand  chaque fois qu’un nom perd sa nature de substantif et passe dans une autre catégorie grammaticale : cette transposition / transplantation grammaticale s’exprime en l’absence de l’article. Le passage sémantico-formel du non-substantif au substantif peut être illustré par des exemples des constructions minimales :

 

Verbe : ⇒

avoir faim

Nom :

avoir une faim de loup

Adjectif (de point de vue syntaxique) : ⇒

il est médecin

Nom :

c’est un bon médecin

Adverbe : ⇒

avec ardeur

Nom :

avec une grande ardeur

 

Cette fonction d’actualisation et l’opposition substantif / non-substantif se manifeste aussi dans la négation : là où l’on nie l’objet sémantique, où l’on nie la notion même de substance, la nécessité de déterminant – article disparaît de même. Comparez :

J’ai un manuel de grammaire. Je n’ai pas de manuel de grammaire.
J’ai des méthodes de FLE. Je n’ai pas de méthodes de FLE.
Je mange des chocolats. Je ne mange pas de chocolats.
J’achète du café. Je n’achète pas de café.
Je bois du champagne. Je ne bois pas de champagne.
J’ai du vin, de l’amour. Je n’ai pas de vin, d’amour.

 

En revanche, l’article est gardé dans tous les cas où la notion d’objet, de substance ou de personne se maintient :

  1. opposition à la négation : Je n’ai pas un oncle, mais j’ai une tante ;
  2. “présentation négative” :
C’est un manuel. Ce n’est pas un manuel.
Ce sont des méthodes. Ce ne sont pas des méthodes.

 

Dans les exemples de ce type, on ne nie pas l’objet, on le remplace par un autre de manière explicite ou implicite.

L’opposition quantitative des articles un / du est basé sur le fait que dans la langue française, il y a deux classes sémantiques de noms : noms dénombrables et noms indénombrables. Comparez :

J’apprends une leçon. J’apprends de la grammaire.
Je bois un café. Je bois du café.
Il y a un ours dans ce zoo. Il y a du loup dans cette forêt.
Ce professeur a un élève. Ce professeur a du talent.
Le pianiste joue une sonate de Tchaïkovsky. Le pianiste joue du Tchaïkovsky.

Bibliographie

GAK, V., 2000, La grammaire théorique de la langue française, Moscou, Dobrosvet.

OCHANINE, G., 1973, Emploi de l’article en français, Saint-Pétersbourg, Yazykoznaniyé.

STÉPANOV, Y., S., 1965, Structure de la langue française, Moscou, Prosvétchéniyé.


Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.