Écritures de la modernité : le jeu de go et l’Oulipo

Écritures de la modernité (séminaire d’équipe organisé par les doctorants de THALIM) ; séance du jeudi 15 mars 2018

 

Le jeu de go et l’Oulipo

Jacques Roubaud, Georges Perec et Pierre Lusson

 

Par Peter Consenstein, professeur à la City University of New York (CUNY)

 

Compte-rendu

 

Peter Consenstein, grand spécialiste de l’Oulipo et particulièrement de Jacques Roubaud, prévoyait comme titre original pour sa communication : « engagement désengagé, désengagement engagé ». Pourquoi ce choix ? Parce que ce qui a attiré Consentein vers l’Oulipo était justement la façon que ses membres avaient de concevoir l’engagement autour de 1968, celle-ci s’opposant à l’approche révolutionnaire de nombreux intellectuels de l’époque, comme Simone de Beauvoir.

Source : http://robindesjeux.com/produit/jeu-de-go-subtilites-et-richesse-venues-de-chine-il-y-a-bien-longtemps/

Jacques Roubaud, Georges Perec et Pierre Lusson, à cette époque, se sont intéressés au jeu de go et ont ainsi produit un texte collectif : Petit traité invitant à la découverte de l’art subtile du go (1969), premier ouvrage publié en France sur ce sujet. Mais au-delà du contenu du livre et de la nature collaborative de son élaboration, ce que Consenstein retient, c’est une façon pour les trois auteurs de considérer les stratégies du jeu pour repenser leurs stratégies d’écriture.

1° et 4° de couverture du Petit traité invitant à la découverte de l’art subtile du go (1969) ; Source : http://susauvieuxmonde.canalblog.com/archives/2012/09/14/25103513.html (+ composition personnelle).

Dans les années 1960, le mathématicien Claude Chevalley, du groupe Bourbaki, initie Jacques Roubaud au jeu de go – alors peu connu en France – qui, à son tour, en apprend les règles à ses amis Perec et Lusson. Perec est alors installé au Moulin d’Andé où, pendant 5 il écrira,  notamment son roman La disparition (1969) (il demande même aux autres occupants de s’essayer à cette écriture lipogrammatique). Ce moulin est alors un repaire d’artistes que Consenstein voit comme un lieu de désengagement, loin des événements de Mai 68. Alors qu’au même même moment, à Paris, des écrivains prennent d’assaut l’hôtel de Massa qui abrite la Société des Gens De Lettres, afin de faire entendre leurs revendications concernant le statut d’auteur dans la société, au Moulin d’Andé, on joue au go. Mais pour Consenstein, jouer à ce jeu n’est pas anodin : en effet, s’adonner à ce jeu importé du Japon[1] correspond à un rejet des jeux traditionnels français, comme les échecs. Ainsi, aux échecs, une hiérarchie est établie (roi, reine, tours…), alors qu’au go, l’on est dans un esprit démocratique puisque seule l’opposition entre pierres blanches et noires vient signaler les différences. Enfin, avec le go, ce sont aussi de nouvelles stratégies qui sont pensées, et l’Oulipo dont font partie les trois amis est justement un groupe où l’on recherche, l’on expérimente, l’on joue, tout comme avec le go, mais avec la langue. De jouer au go revient donc à dire que l’on questionne les traditionnelles conceptions de la culture française, ce qui, in fine, engage les participants. Voici un exemple d’un travail pensé en parallèle avec les stratégies employées au go : Jacques Roubaud, souhaitant écrire un recueil de sonnets sans qu’il y ait obligation de les lire dans l’ordre, réfléchit à des combinaisons inspirées des oppositions présentes dans le jeu de go et imagine des agencements considérant l’alternance jour/nuit, la notion de frontières, etc.  Cette approche est révolutionnaire car elle conteste, entre autres, les prérogatives de l’éditeur sur la question de la pagination.

Perec et Roubaud jouant au go. Source : https://textualites.files.wordpress.com/2015/11/perec_roubaud_go.jpg

Que disent les autres oulipiens (ou oulipotes comme ils aiment à s’appeler entre eux) pour confirmer les thèses de Consenstein sur l’apport des jeux et sur cet engagement désengagé ? François Le Lionnais, cofondateur du groupe l’Oulipo avec Raymond Queneau, est attiré pour sa part par l’esthétique des jeux. Ainsi a-t-il écrit sur les ouvertures, montrant par là un intérêt pour d’autres aspects du jeu que sa seule nature compétitive. Des jeux de société tels le go font aussi  écho  aux jeux de l’esprit qui proposent de nouvelles stratégies d’écriture : écrire un syntagme se lisant aussi bien à l’envers qu’à l’endroit (palindrome) ; créer une grille de mots croisés sans case noire (carré magique) ; écrire un poème dont les premières lettres de chaque vers composent un mot (acrostiche) ; etc. Jacques Bens, auteur du Guide des jeux d’esprit (1967) attire aussi notre attention sur le fait que les jeux font naître la surprise, des émotions et une incitation à aller de l’avant et qu’ainsi, même le perdant peut être gagnant : autre façon de s’engager dans la voix de la démocratisation, sans combattre. S’engager passe ainsi par le désengagement, en changeant les codes. Par exemple, on change de genres littéraires, combattant ainsi des valeurs établies de la culture bourgeoise. Italo Calvino, lui, dit que l’histoire est collective, qu’il n’y a pas de mythe originel, pas de premier auteur. L’histoire est en fait combinatoire. De même, l’écriture ne naît pas du génie ou de l’inspiration mais de la combinaison de toutes les histoires. Consenstein apprécie ainsi la notion d’échange inhérente à ces théories. Cette combinatoire n’est pas faite pour vaincre, mais pour apprendre : « dis-moi à quoi tu joues, je te dirai qui tu es ». C’est la méthode qui compte et qui détermine le résultat. Le fait d’avoir une nouvelle stratégie ouvre la voie à de nouveaux possibles. Chez Calvino, la notion d’agencement est donc centrale (il reprendra justement un jour un texte de Barthes en l’agençant à sa façon). Quand on est doué pour un jeu, une forme, une activité, on arrive à un autre stade de la conscience. Perdre l’intention, c’est un peu ça : voir qui l’on est, quelles sont nos idées cachées.

Parmi les autres bénéfices que nos auteurs ont tiré de l’apprentissage du go se trouve la réflexion sur la théorie du rythme. Il ne s’agit pas du rythme meschonnicien, où le sujet s’exprime, mais du ryhtme abstrait (il y eut un débat houleux sur cette question dans les années 90). Pour Lusson (et Roubaud), le rythme doit s’affranchir de la métrique pour explorer d’autres chemins, comme la répétition de voyelles ou de termes sémantiques. Cette question du rythme, c’est encore le noir et le blanc du go, les stratégies du jeu servant à créer des rythmes. Ici, ce qui intéresse Lusson, c’est de savoir comment se construit le rythme. Et c’est justement en utilisant la théorie du rythme lussonien que Roubaud va écrire son récit de mémoire, Le grand incendie de Londres (1989). Grâce à des moyens divers tels l’intégration ou l’évitement de digressions, le recours à des genres littéraires variés ou l’emploi de jeux de couleurs, Roubaud va proposer des parcours de lecture variés et générer ainsi une dynamique toute particulière à son hypertexte. Par cette approche, il prouve ainsi que l’écriture peut se révéler extrêmement ludique.

Saul Steinberg, Doubling Up, (1946) (une des influences de Georges Perec). Source : http://www.theplanjournal.com/

La vie mode d’emploi (1978), le roman de Perec qui lui a valu le prix Médicis en 1978 regorge de contraintes en tous genres. Cet ouvrage chapitré en 99 parties qui décrivent les pièces d’un immeuble et les vies qui se cachent derrière ressemble à un gigantesque puzzle. Sa lisibilité est possible dès lors que toutes les pièces en sont rassemblées, et la question de qui se cache derrière telle ou telle fenêtre est alors résolue  même s’il n’y a pas de vérité absolue. Mais au-delà des histoires (qui concernent 2000 personnages), c’est plutôt la mise en place du roman et sa dynamique qui impressionnent, cette dernière étant assurée selon un principe mathématique : le polygraphe du cavalier (les détails du cahier des charges se trouvent ici). Perec avait lu Robert Antelme et sa restitution des camps et avait aimé sa façon de rendre compte, sa mise en jeu des événements étant vue comme une impossibilité de dire les événements. Perec reprend cette idée en ne disant pas les choses mais en nous invitant à les découvrir par nous-mêmes. Le roman de Perec propose ainsi une autre géométrie, une autre mise en jeu des artefacts qui représentent notre société, l’idée dissimulée étant de nous inciter à construire notre propre roman. La notion de trompe-l’œil que Perec appréciait beaucoup est aussi présente dans le livre avec tous ces secrets et faux-semblants, comme s’il y avait une sorte de gêne à se dévoiler. Les histoires du roman peuvent  ainsi servir de fil directeur pour un parcours de lecture de l’ouvrage, leur liste à la fin permettant de les (re)lire dans l’ordre que l’on veut. Consenstein l’Américain remarque alors que l’idée d’empowerment – c’est-à-dire « c’est à vous de jouer maintenant ! » – est justement à l’œuvre ici.

Source : https://www.flickr.com/photos/48751345@N06/5016272093

La modernité – ou casser les formes traditionnelles, les refabriquer – intéresse fortement Consenstein mais au-delà, ce qui l’interpelle est de voir que les stratégies du jeu interrogent sur l’importance qu’il y a à repenser le monde : peut-on voir les choses différemment ? Et comment faire ?

Ce que je retiens aussi de cette communication est l’intérêt de jouer et de répéter ses gammes sans cesse afin d’acquérir des automatismes et de restituer ainsi ce que l’on a appris sans y faire même attention. Consenstein nous a ainsi révélé que le traducteur américain de La vie mode d’emploi, David Bellos, avait travaillé la contrainte du bicarré latin jusqu’à ce qu’elle lui devienne évidente et lui facilite son travail de traduction (cette contrainte prévaut à la composition du livre).

Pour clore ce compte-rendu, je reviens à la question de l’engagement des oulipiens. Ce groupe qui se voulait anticonformiste, grâce à une manière de concevoir la littérature autrement, a finalement été pris au piège de la célébrité. Son institutionnalisation, des difficultés à se réinventer (le groupe a 58 ans !) ou une représentativité de la société discutable (membres issus de classes sociales moyenne à élevée, faible nombre de femmes…) qualifierait ce groupe d’assez conformiste au final, contrairement aux souhaits des débuts. Le risque d’embourgeoisement guette donc, même si les idées continuent de foisonner.

 

Notes

[1] Initialement, ce jeu a été inventé en Chine, mais sa version moderne a été créée au Japon.

 

Bibliographie

Bens, J. (1967). Guide des jeux d’esprit. Paris. Albin Michel.

Bens, J. et Ledoux, A. (1980). Entretien avec Georges Perec. Jeux & Stratégie, n°1. Repéré sur http://fr.1001mags.com/parution/jeux-strategie/numero-1-jan-fev-mar-1980/page-32-33-texte-integral.

Lusson, P., Perec, G. et Roubaud, J. (1969). Petit traité invitant à la découverte de l’art subtile du go. Paris. Bourgois.

Perec, G. (1978). La vie mode d’emploi. Paris. Hachette.

Roubaud, J. (1989). Le grand incendie de Londres, récit avec incises et bifurcations (branche 1). Paris. Seuil.

Sitographie

oulipo.net (site officiel du groupe)

http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc98168h (fonds Oulipo sur Gallica)

http://www.revue-texto.net/Inedits/Lusson/Lusson_Application.html (théorie du rythme vue par Lusson)

http://escarbille.free.fr/vme/?map (cahier des charges de La vie mode d’emploi, de Perec)

 


Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.