Regard historique sur la description des articles en français

Les grammairiens français empruntent la notion d’article et le mot même au modèle métalinguistique gréco-latin. “Article” est la traduction littérale du mot latin articulus (il signifiait “jointure”) qui lui-même vient du grec. Depuis Aristote, la notion d’articulus regroupait tous les mots qui servent à relier entre eux les mots plus importants, c’est-à-dire qui les “articulent”. Cette classe comprenait des mots qui sont répertoriés maintenant comme articles, adjectifs, pronoms relatifs et prépositions.

Ce modèle métalinguistique décrivait les langues où il y avait des cas, c’est-à-dire selon leur fonction syntaxique dans la proposition, la forme morphologique des noms changeait (la terminaison des noms). Les grammairiens à un certain moment ont remarqué que ce type de modification morphologique n’était pas présent en français. En revanche, très souvent les noms étaient précédés de petits mots qui désignent leur fonction syntaxique. De cette façon, le, la, les sont généralement placés devant les noms qui, d’après la grammaire latine, sont au nominatif (la fonction syntaxique du sujet de la proposition) ou à l’accusatif (la fonction syntaxique de l’objet direct) ; à, au, et aux se trouvent devant les noms qui s’employeraient en latin au datif ; du, de la et des se rencontrent devant les noms qui seraient en latin au génitif ou à l’ablatif. À cause de l’homonymie grammaticale des formes nominales en latin, on utilisait des mots spéciaux pronomina articularia ou simplement articulari : hic (masculin), haec (féminin), hoc (neutre). Ces petits mots (ou particules) donnaient la possibilité de distinguer plus clairement le genre et le cas des noms. Selon H. Besse et R. Porquier, “il suffisait donc de considérer que les petits mots qui précédaient les noms français étaient eux aussi, des articulari, c’est-à-dire les articles du français, et que, comme leur équivalents latins, ils marquaient et le genre et le cas” (Besse et Porquier, 1991 : 34). Ainsi, les premiers grammairiens français ont essayé de décrire le français sur les mêmes principes que le latin et même trouvé des éléments qui n’existaient pas en français.

J. C. Chevalier cite le Traicté de la Grammaire françoise (1557) de R. Estienne qui détermine les articles “comme des petits mots d’une syllabe, faisans ung mot, desquels on se sert pour donner a cognoistre les cas des Latins” (Chevalier, 1968 : 232). De cette manière, R. Estienne établit la classification suivante :

 

Masculin Féminin Pluriel
Nominatif

Accusatif

le Maistre la femme les Maistres

les femmes

Génitif

Ablatif

de, du Maistre de femme de, des Maistres

de, des femmes

Datif a, au Maistre a femme a, aux Maistres

a, aux femmes

 

Dans ses articles, H. Yvon (Yvon, 1955, 1956) montre bien qu’en décrivant le français à travers le prisme du modèle métalinguistique gréco-latin, les grammairiens retrouvaient en français des paradigmes casuels. Le fait que le système casuel français était plus réduit qu’en latin montrait que la “langue françoise” ne possédait pas la “perfection” du latin.

Selon H. Besse et R. Porquier, “cette description casuelle du français copiée sur la description traditionnelle du latin présentait un avantage didactique intéressant : l’élève qui avait appris à repérer les cas dans des phrases françaises les reconnaissaient plus aisément dans des phrases latines dont il avait peine de saisir le sens. Des générations d’écoliers ont appris, comme dans Molière, qu’en français le nominatif est semblable à l’accusatif et le génitif à l’ablatif” (Besse et Porquier, 1991 : 35). Pourtant, les éléments de cette description sont toujours présents dans la pratique pédagogique d’enseignement / apprentissage du FLE en Russie afin de faciliter l’explication des formes des articles contractés (au, à la, aux ; du, de la, des) : ces formes sont souvent présentées comme marqueurs du datif et génitif.

Bibliographie

BESSE, H., PORQUIER, R., 1991, Grammaires et didactique des langues, Paris, Hatier / Didier.

CHEVALIER, J., C., 1968, Histoire de la Syntaxe. Naissance de la notion de complément dans la grammaire française (1530 – 1750), Genève, Droz.

YVON, H., 1955, « La notion d’article chez nos grammairiens », in Le Français Moderne, t. 23.

YVON, H., 1956, « La notion d’article chez nos grammairiens », in Le Français Moderne, t. 24.


Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

4 réflexions sur « Regard historique sur la description des articles en français »

  1. Caroline merci pour ce commentaire !
    Votre enseignante avait raison : en latin, il n’y avait pas d’articles, ils apparaissent dans le vieux français.
    Ces petits mots s’employaient seulement quand il y avait une confusion, à cause de l’homonymie, donc, par excellence, c’était un cas périphérique en latin.

  2. Merci beaucoup pour cet article passionnant.
    Je l’ai lu par curiosité après avoir rendu un devoir de licence concernant les articles de la langue médiévale à la langue classique.
    Je trouve intéressant d’apprendre que les termes « hic » (masculin), « haec » (féminin), et « hoc » (neutre) utilisés en latin soient considérés comme des articles.
    En effet, dans mon cours l’enseignante nous annonçait que les articles sont en quelque sorte une « invention » lié au français car non présents dans la langue latine. Pour elle, l’article défini proviendrait du démonstratif latin « ille », et l’article indéfini du numéral latin « unus ».
    Je crois que je vais aller me documenter sur tout ça avant les partiels de fin de semestre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.