Conduire un entretien

Pour la seconde fois, j’ai conduit un entretien pour des raisons universitaires. Dans les deux cas, j’échangeais avec une seule personne et pourtant l’expérience a été plutôt différente. Je reviens donc sur ce second entretien au regard de mon expérience et de l’analyse que j’en avais faite pour Madame Molinié.

J’ai décidé d’avoir une discussion avec la mère d’une amie sur sa démarche enseignante en classe alors qu’elle aborde avec des classes de lycée le théâtre, les réécritures et les transpositions.

Le choix de l’interviewé étant clé, je craignais que l’entretien soit une suite d’instants inconfortables puisque je connaissais déjà mon interlocutrice, Véronique, mais sans en être proche et que nous avions déjà discuté de sa profession, mais cela sans enregistreur. Finalement, la solution est venue naturellement, mon amie proche et fille de Véronique, Constance, s’est installée à nos côtés et l’entretien a débuté.

Avec un peu de recul, la participation indirecte de Constance à l’entretien a facilité mon travail et à calmer mes nerfs : elle était l’agent-double idéal connaissant mon sujet de mémoire et les cours et préparations de sa mère de ces dix dernières années. De plus l’entretien se tenant un dimanche, sa présence renforçait l’aspect informel de notre rencontre.

Pendant l’heure qui a suivi, Véronique a échangé de nombreuses expériences de prises en charge de classe, d’accompagnement au théâtre, de médiation lors de scènes théâtrales recrées dans l’espace de la classe. J’ai pu recueillir ses opinions concernant l’étude d’extraits ou d’œuvres complètes, le rôle de l’enseignant lors de l’introduction de performances à des étudiants et l’intérêt des œuvres authentiques en classe.

Dans l’ensemble, cet entretien a été une réussite et surtout il m’a mise en confiance pour des entretiens à mener prochainement auprès d’interlocuteurs qui me sont moins familiers.

***

Je partage ci-dessus des techniques et des aides que nous avions discutés au cours de Madame Molinié au premier semestre. Evidemment ce n’est pas exhaustif, je retranscris selon mes souvenirs et les techniques qui m’ont aidée.

  • Préparer son entretien
  • Il faut que l’on arrive à l’entretien en ayant des objectifs clairs et une direction établie : ce cadremet l’interlocuteur à l’aise puisqu’il n’est pas seul dans un océan d’expériences à partager ;
  • Les questions écrites à l’avance ne sont pas trop nombreuses (la première fois je me suis perdue dans mes notes et mes questions qui exploraient trop de problématiques à la fois) et surtout les questions préparées sont des questions dont la formulation est précise, concrète et ouverte afin de diriger l’interlocuteur et de le laisser libre d’exprimer son opinion ou d’illustrer par une expérience. La question de lancement, la première, est clé.
  • Techniques de relance
  • Relancer par le dernier mot de la phrase (si un silence se fait long mais que l’on sent l’envie de l’interlocuteur de poursuivre) ;
  • Eclairer, ouvrir le mot valise employé (ennui, joie, découverte, bien, mauvais, etc.) = verbaliser une expérience qui n’est pour l’instant qu’à moitié là ;
  • Reformulation : a). reflet : reformulation de ce que j’ai compris / b). clarification : je pointe des éléments de contradiction /c). rapport inverse : « j’ai le sentiment que quand tu évoques ça, tes yeux pétillent » = Tendre une perche en verbalisant des choses que l’on voit l’autre exprimer par le langage corporel (colère, gêne, joie) et revenir dessus.
  • Inviter à développer des mots déjà employés, accompagner vers la verbalisation de souvenirs et d’anecdotes.
  • Laisser régner les silences. Cela peut sembler contradictoire mais dans bien des cas la discussion, comme la musique, se poursuit dans les silences. Un complément, une transition ou même un contre-argument naît d’un silence. Pas de précipitation – lors de mes premières relances à Véronique, je me rendais compte que je coupais sa réflexion et parfois même lui coupait la parole par peur du silence.

Un meneur d’entretien cherche à comprendre, à approfondir. Il va à la rencontre de l’interviewé et sur son territoire et n’essaie pas de tirer l’interviewé vers lui.

 

Pour aller plus loin :

Muriel Molinié. La méthode biographique : de l’écoute de l’apprenant de langues à l’herméneutique du sujet plurilingue. Agence Universitaire de la Francophonie. Guide pour la recherche en Didactique des langues. Approches contextualisées, Editions des Archives Contemporaines, p. 144-154, 2011. <hal-01448684>

https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/hal-01448684/document


Eugénie BLAISE

Etudiante en M2 de FLE, particulièrement intéressée par les arts graphiques.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Une réflexion sur « Conduire un entretien »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *