Les trois articles du français. La façon de présenter les formes des articles dans les grammaires françaises pédagogiques

Il s’agit de voir ce que le domaine des articles est devenu dans les descriptions successives proposées par les linguistes. Selon H. Besse et R. Porquier, “toutes ces descriptions, sauf les plus récentes, s’inscrivent dans le modèle métalinguistique gréco-latin, mais en raison du fait que le grec n’avait qu’un seul article et que le latin n’en possédait pas, l’application de ce modèle au domaine plus complexe de l’article français a posé et pose des problèmes délicats aux grammairiens” (Besse et Porquier, 1991 : 31). Nous observerons les descriptions différentes que proposent les linguistes en fonction des interprétations différentes qu’ils se font du modèle métalinguistique traditionnel, ou de modèles moins traditionnels.

Dans un premier temps, essayons de rappeler la façon dont est posé le problème de l’article dans presque toutes les descriptions grammaticales accessibles maintenant aux enseignants et enseigné du français, langue maternelle ou langue étrangère.

En général, les grammairiens utilisent trois critères pour définir l’article :

  1. un critère de place (mot placé devant le nom ou devant l’adjectif antéposé) ;
  2. un critère morphologique (l’article montre le genre et le nombre du nom qui suit) ;
  3. un critère sémantique (l’article montre le degré de détermination du nom qui suit).

Dans un deuxième temps, l’article est catégorisé sous différentes espèces au nombre de trois. Ce qui donne le plus souvent le tableau suivant (à quelques variantes de disposition et de formes près) :

 

Singulier Pluriel
Masculin Féminin
Articles définis le (l’) la (l’) les
Articles indéfinis un une des
Articles partitifs du (de l’) de la (de l’) (des) Certains linguistes contestent l’existence d’un partitif pluriel.

 

La forme “classique” de ce tableau est quelque peu dérangée par la présence des formes dites “contractées”, pour les articles définis employés après les prépositions à et de :

 

(à + le) = au (de + le) = du
(à + les) = aux (de + les) = des

Les formes contractées sont le plus souvent présentées à part et ne font pas partie du tableau ternaire présenté ci-dessus. De cette façon, à cause de l’homonymie grammaticale des formes, du et des peuvent apparaître soit dans les articles définis contractés, soit dans les articles partitifs selon leur sens. Par exemple, du dans : Le matin, je prends du café sera catégorisé comme partitif, mais sera défini contracté dans : J’habite dans la maison du père ou Je déteste le goût du café. De même, des sera supposé indéfini pluriel dans : Dessine-moi des moutons, mais partitif pluriel dans : Achète-moi des chocolats, et défini contracté dans : Parlez-moi des articles de N. Chomsky (de ses articles).

Parfois, il y a des cas d’homonymie plus difficiles où nous devons analyser et / ou imaginer un contexte plus global afin de pouvoir déterminer correctement l’espèce de l’article. Il s’ensuit que la phrase seule ne permet pas de décider à quelle espèce d’article on a affaire : des dans Je prends des pommes de terre est partitif pluriel s’il s’agit d’exprimer une intention d’achat ; défini contracté s’il s’agit d’indiquer une préférence entre plusieurs propositions de garnitures présentées dans un buffet : Qu’est-ce que vous prendrez ? Nous avons des pommes de terre, du riz et des pâtes. – Je prendrai des pommes de terre ( = “les pommes de terre que vous avez”).

Il est à noter une autre difficulté liée à l’homonymie des formes grammaticales et / ou lexicales en français, ce qui représente parfois un obstacle dans l’apprentissage du FLE. Les articles définis ont les mêmes formes que les pronoms personnels conjoints (ou atones) qui jouent le rôle syntaxique de compléments d’objet direct (le, la, les) ; deux articles indéfinis ont les mêmes formes que certains adjectifs numéraux (un, une) ou certains pronoms indéfinis (un, une ; l’un, l’une). Selon H. Yvon, il s’agit de la polyvalence grammaticale : il est parfois difficile de savoir si le est article ou s’il est pronom, comme dans Lequel choisissez-vous, le noir ou le vert ? (Yvon, 1950).

Malgré tous ces problèmes d’ordre théorique, “cette description est présentée presque toujours comme un discours de vérité incontestable” (Besse et Porquier, 1991 : 33). Ainsi, nous trouvons dans différents manuels de grammaire et méthodes de FLE : “L’article est masculin ou féminin, singulier ou pluriel, indéfini ou défini” (Grégoire, 2015 : 28), “Avec le nom, on utilise un article défini ou indéfini. Il se place toujours avant le nom. Il est au masculin ou au féminin, au singulier ou au pluriel comme le nom” (Baglieto, 2014 : 178) ou “Il y a en français trois espèces d’articles : articles définis, indéfinis et partitifs” (Brillant, 2017 : 123).

Dans les méthodes de FLE, les formes de l’article ne sont pas introduites à la fois, mais l’ordre d’introduction des articles suit l’ordre de présentation de trois espèces. Par exemple, dans Le nouveau Taxi A1 de G. Capelle et R. Menand, 2014 : d’abord les définis, p. 16, puis les indéfinis, p. 18, enfin beaucoup plus tardivement les partitifs, p. 56 (Capelle, 2013). H. Besse et R. Porquier notent que “La catégorie d’article et ses sous-catégories traditionnelles sont ainsi données comme si elles constituaient des choses directement et naïvement observables dans les manifestations de la grammaire intériorisée française. Jamais ne sont explicitées ou justifiées ces catégorisations, jamais n’est exhibé le modèle métalinguistique qui les construit et qui les fonde, comme si les grammairiens cherchaient à effacer soigneusement toutes les traces du travail qui leur a permis de les élaborer, un peu à la manière des dessinateurs qui gomment soigneusement les traits de leur canevas primitif de composition” (Besse et Porquier, 1991 : 33). De cette façon, les explications et les exemples que nous trouvons dans les méthodes et manuels de grammaires de FLE apparaissent aux apprenants comme des faits non raisonnables ou justifiés.

Bibliographie

BAGLIETO, D., GIRARDEAU, B., MISTICHELLI, M., 2014, Agenda 1. Méthode de français, Paris, Hachette FLE.

BESSE, H., PORQUIER, R., 1991, Grammaires et didactique des langues, Paris, Hatier / Didier.

BRILLANT, C., ERLICH, S., HIMBER, C., 2017, Adomania 1. Méthode de français, Paris, Hachette FLE.

CAPELLE, G., MENAND, R., 2013, Le Nouveau Taxi 1. Méthode de français, Paris, Hachette.

GRÉGOIRE, M., THIÉVENAZ, O., 2015, Grammaire progressive du français. Nouvelle édition. Niveau intermédiaire, Paris, CLÉ Internationale.

YVON, H., 1950, « Le, la, les, articles ou pronoms », in Le Français Moderne, t. 18.


Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *