Compte rendu de l’expérience de la pré-soutenance

Dans notre exposé intitulé « Comment construit-on le discours grammatical pédagogique ? », nous avons décidé de présenter nos recherches menées pour le mémoire de M2. Notre recherche s’intéresse à la construction du discours grammatical que l’on trouve dans des grammaires pédagogiques éditées hors de France et rédigées par des spécialistes non-francophones. Pour notre exposé, nous avons choisi l’exemple du Cours pratique de grammaire française de Popova I. et Kazakova J. C’est une grammaire pédagogique destinée en premier lieu aux étudiants des facultés des Lettres et des facultés des langues étrangères. C’est le seul manuel de grammaire française recommandé par le Ministère de l’Éducation national de la Fédération de Russie ce qui le rend obligatoire pour tous les étudiants apprenant le français comme objet de leur futur métier. Cette grammaire analysée est rédigée principalement en français, pourtant il y a parfois des commentaires en russe qui concernent surtout les problèmes de traduction du français en russe et vice versa. Cet ouvrage pédagogique voit son discours grammatical modifié par rapport à des grammaires du français produites en France. Nous avons choisi ce sujet parce que nous pensons que la réflexion sur les moyens de la construction du discours grammatical est une des question centrales dans la didactique de la grammaire.

En faisant de l’allemand nous avons trouvé une citation de Johann Wolfgang von Goethe qui nous a profondément marqué (Goethe, 1795) :

« Die Summe unserer Existenz, durch Vernunft dividiert, niemals rein aufgehe, sondern dass immer ein wunderlicher Bruch übrigbleibe ».

Notre traduction :

« La somme de notre existence divisée par la raison ne tombe jamais juste, il reste toujours une fraction bizarre ».

Elle représente une forme idéale et aphoristique pour une idée très simple et élégante au sens mathématique de ce terme. De cette façon, nous avons décidé d’introduire la problématique de nos recherches à travers cette citation en en proposant des interprétations possibles.

Dans un deuxième temps, nous avons essayé de synthétiser différents ouvrages et articles sur les deux notions fondamentales de notre mémoire : la transposition didactique et la contextualisation du discours grammatical. Derrière tout manuel de grammaire, même le plus modeste, il y a une certaine quantité de théorie(s) linguistique(s), par exemple les noms de parties de discours : substantif, verbe, adjectif, etc. Il est question donc d’un processus de transformation de savoirs savants et de savoirs d’expertise professionnelle dont les enseignants et concepteurs d’ouvrages de FLE sont détenteurs et qu’ils modifient pour les adapter aux besoins du public et au contexte concernés. Le plus difficile était de trier les informations, c’est-à-dire de trouver les informations les plus pertinentes et de les présenter en 10 minutes. De cette manière, la contrainte de temps est devenu l’obstacle le plus difficile. Afin d’éviter la simple présentation des deux concepts, nous avons tâché de mettre en évidence que la transposition didactique fait partie du processus plus large qui est la contextualisation.

Dans son article « Sciences du langage et didactique des langues : une relation privilégiée », J.-L. Chiss écrit que « […] comme aujourd’hui et dans le fil d’une tradition qui connaît ses temps forts et faibles depuis l’Antiquité gréco-latine, le développement des connaissances sur le langage et les langues interfère largement avec l’intérêt théorique et méthodologique pour l’enseignement des langues (grammaires, communication, textes), les deux se confondant parfois, s’éloignant aussi, se structurant dans des relations de dépendance, d’interdépendance, à géométrie forcément variable […] » (Chiss, 2009 : 127). De cette façon, il nous semble très important de montrer cette « relation privilégiée » qu’entretient la didactique et la linguistique générale et française « savante ».

Dans la troisième partie de notre exposé, nous avons présenté des exemples concrets de la contextualisation du discours grammatical. Nous nous sommes demandé dans quelle mesure le contexte d’enseignement / apprentissage pouvait transparaître dans la description grammaticale du français et sous quelle forme. D’après les recherches déjà réalisées dans le cadre de cette méthodologie (Bruley, 2013, 2014 ; Kalmbach, 2014 ; Starosciak, 2013), les contextualisations se présentent sous un nombre limité de formes : la terminologie grammaticale, la définition des termes, la description morpho-syntaxique.

Dans notre exposé, les contextualisations repérées sont regroupées autour de cinq éléments suivants :

  • Formes de l’article (aspect morphologique) ;
  • Aspect syntaxique ;
  • Aspect sémantique ;
  • Entre morphosyntaxe et sémantique ;
  • Contextualisation par équivalences avec la langue maternelle.

En guise de conclusion, nous avons comparé le système grammatical du russe et du français dans le domaine de l’article. Ainsi, nous avons essayé de mettre en relief que l’appropriation de l’article et ses valeurs est une des plus grandes difficultés pour les apprenants russophones dans la grammaire française. Il nous semble crucial de continuer ce type de recherches afin de pouvoir encore mieux adapter le discours grammatical aux besoins de ce public concret.

 

Bibliographie

BALLY, C., 1932, Linguistique générale et linguistique française, Paris, Librairie Ernest Leroux.

BEACCO, J.-C., 2010, La didactique de la grammaire dans l’enseignement du français et des langues, Paris, Didier.

BEACCO, J.-C., KALMBACH, J.-M., LOPEZ, J., 2014, « Les contextualisations de la description du français dans les grammaires étrangères : présentation », in Langue Française, № 181, pp. 3 – 17, Paris, Larousse.

BESSE, H., PORQUIER, R., 1984, Grammaires et didactique des langues. Paris, Crédif- Hatier (chapitre 2 : « L’article français et ses descriptions », pp. 1 – 48).

BRULEY, C. et al., 2013, » Grammaire du français et discours grammaticaux contextualisés », in Actes du colloque DILTEC (20 – 22 juin 2012), Université Sorbonne – Nouvelle, Paris 3, Paris, Riveneuve.

BRULEY, C., STAROSCIAK, K., 2014, « L’aspect accompli en français et dans les langues slaves : quels rapprochements dans les grammaires du français éditées en Pologne et en Slovaquie ? », in Langue Française, № 181, Paris, Larousse.

CHEVALLARD, Y., 1991, La transposition didactique. Du savoir savant au savoir enseigné, Grenoble, La pensée sauvage éditions.

CHISS, J. – L., 2009, « Sciences du langage et didactique des langues : une relation privilégiée », in Synergies Roumanie № 4, pp. 129 – 139.

DAMOURETTE, J., PICHON, E., 1968 – 1971, Des mots à la pensée. Essai de Grammaire de la Langue Française, Paris, Éditions d’Artrey.

DE SALINS, G.-D., 1996, Grammaire pour l’enseignement / apprentissage du FLE, Paris, Didier / Hatier.

GAK, V., 2000, La grammaire théorique de la langue française, Moscou, Dobrosvet.

GOETHE, W, J, 1795, Wilhelm Meisters Lehrjahre, Wien, Ullstein Verlag Wien (1985).

GUILLAUME, G., 1919, Le problème de l’article et sa solution dans la langue française, Paris, Lambert-Lucas.

KALMBACH, J.-M., 2014, « Le système composite du pronom de troisième personne en français », in Langue Française, № 181, Paris, Larousse.

NARCY-COMBES, J.-P., 2002, « Comment percevoir la modélisation en didactique des langues », in ASp № 35 – 36, pp. 219 – 230.

PEYTARD, J., 1984, « Problématique de l’altération des discours : reformulation et transcodage », in Langue Française, № 64, pp. 17 – 28, Paris, Larousse.

POPOVA, I., KAZAKOVA, J., 2010, Cours pratique de grammaire française, Moscou, Nestor Academic Publishers (12ème édition).

STAROSCIAK, K., 2013, Les valeurs du passé composé et de l’imparfait français dans la culture métalinguistique des polonophones, Thèse de l’Université Sorbonne – Nouvelle.

VERRET, M., 1975, Le temps des études, Paris, Honoré Champion.


Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.