« La différenciation pédagogique ; quels modes d’explication sociologique ? » de François Baluteau.

Étant un modèle réduit de la société, l’école réunit des apprenants d’origines et de cultures différentes ce qui entraine parfois des variations dans les savoirs à enseigner, les pédagogies d’enseignement et même dans les modes d’évaluation. Toutefois, un seul curriculum est censé être la référence de tout enseignement proposant les savoirs, les savoirs faire et les savoirs êtres à  développer chez les apprenants d’une société. Sans prendre en compte le facteur multiculturel omniprésent dans les écoles.

Philippe MEIRIEU reformule la problématique de l’hétérogénéité du groupe comme suit : « Comment gérer nos classes et nos établissements scolaires, comment les organiser pour que la diversité des établissements scolaires, comment les organiser pour que la diversité des itinéraires proposés y soit le gag de la réussite du plus grand nombre ? »[1].

Dans le domaine de l’éducation, les didacticiens s’accordent pour dire que la réponse la plus appropriée à ce genre de problématique est la pédagogie différenciée. En effet, face à cette diversité, l’enseignant aura comme solution l’adoption de la différenciation comme démarche pédagogique. Car, en effet, dans une telle approche pédagogique, « c’est l’élève qui apprend, à son rythme, en suivant ses propres modes de pensées. Les enseignants ne peuvent qu’aménager des situations didactiques, en espérant qu’elles seront fécondes, qu’elles se présenteront au bon moment, que l’élève voudra et pourra s’y investir »[2] tout cela dans un but essentiel qui est celui de favoriser l’apprentissage de tous les élèves.

En effet, Pour réussir sa tâche d’enseignement d’un savoir à ses élèves, l’enseignant se doit d’être un créateur d’outils ou de méthodes lui permettant de faciliter l’accès au savoir pour ses apprenants. Pour cela, l’enseignant dispose de différentes manières de faire et le choix est parfois difficile à prendre à cause de l’hétérogénéité de son public. Autrement dit, la classe réunit souvent des élèves de différents niveaux de compétences, appartenant à des cultures différentes ou encore ayant des situations  sociales distinctes.

Face à cette difficulté, les enseignants se voient contraints de procéder à des variations c’est-à-dire à faire des adaptations qui peuvent s’opérer sur plusieurs paramètres (le contenu des programmes, les  objectifs à atteindre, compétences à développer chez l’apprenant). Ces variations sont connues dans le domaine de la sociologie sous l’appellation de « différenciation pédagogique » qui se résume dans l’action de procéder différemment devant un public hétérogène auquel doit être dispensé un enseignement commun dicté par le curriculum.

Ainsi, la sociologie du curriculum oriente ses recherches vers le terrain d’application de ces textes officiels (curriculum officiel) afin de comprendre les motifs qui déterminent des variations pédagogiques opérées sur le curriculum réel.

Les facteurs favorisant la différenciation pédagogique :

  1. le facteur social :

Le milieu social auquel appartient l’élève demeure un facteur important qui oriente les choix pédagogiques de l’enseignent. Plusieurs études démontrent que les élèves qui viennent de milieux défavorisés (quartiers populaires, ZEP) ne bénéficient pas souvent d’un enseignement qui converge vers la réussite scolaire vue que ces apprenants disposent plus  d’un enseignement de valeurs et de savoir être pour les préparer à une meilleure insertion (intégration) sociale. En l’occurrence, les apprenants venant de milieux sociaux favorisés sont préparés à la réussite scolaire grâce à une meilleure préparation à la réflexivité et au savoir et savoir faire. Le développement des compétences est aussi bien structuré qu’efficace.

  1. Le facteur biographique de l’enseignant :

Les enseignants présentent tellement de caractéristiques  que l’étude des facteurs de différenciations  chez eux demeure presque impossible. Cependant, il y a certains caractéristiques qui ont été étudiés et qui ont  postulé sur une constatation selon laquelle le penchant politique de l’enseignant (gauche /droite) motive la variation pédagogique et impacte en grande partie les choix pédagogiques de l’enseignement (encadrement des apprenants, contrôle du travail écrit/ interaction..). Il est clair que la variation dépend plus de l’enseignant lui-même que des apprenants ou de la classe. C’est-à-dire que les caractéristiques intra-maitre influent sur le choix pédagogiques de ce dernier.

  1. les manuels scolaires :

Il est vrai que les manuels scolaires par leur diversité déterminent la différenciation pédagogique entre les établissements d’une région et d’une autre car le manuel reste un outil pédagogique qui facilite l’accès au savoir à travers des supports et des activités qui travaillent un objectif précis. Et par leur diversité, on assiste à une variation des objectifs et donc des compétences à installer.

Ce qui signifie que si les moyens sont différents cela veut dire qu’on risque de donner un enseignement divergeant qui ne garantit pas l’égalité dans la transmission des savoirs.

  1. Le nombre d’heures consacré à chaque discipline :

Il est important de signaler que l’importance accordée à chaque matière, expliquée par le nombre d’heure respectif à chaque matière)  reflète bien le profil de l’élève qu’on veut former. Dans les établissements favorisés, l’enseignement est axé sur les disciplines qui développent la reflexivité chez les apprenants (les maths,  sciences, physiques, chimie …), alors que  dans les établissements défavorisés, l’enseignement se focalise sur les matières qui développent les valeurs et les savoir être censés les aider à mieux se comporter dans leur société (histoire, art, musique, langues..).

Depuis longtemps, la quête d’une méthode propice et efficace pour l’enseignement a été l’objet des recherches menées par les spécialistes de l’éducation et plus précisément ceux qui se situent dans le champ d’étude de la pédagogie. Cependant, ces différentes études sur la pédagogie représentent un champ à la fois vaste et varié ce qui donne la possibilité d’une recherche à plusieurs niveaux et à chacun de faire ses choix.

[1] Philipe MEIRIEU, L’école mode d’emploi : des « méthodes actives » à la pédagogie différenciée, 2009, p.26.

[2]PERRENOUD Philippe, La pédagogie à l’école des différences, ESF, p. 126.

Référence électronique :

François Baluteau, « La différenciation pédagogique ; quels modes d’explication sociologique ? », Revue française de pédagogie [en ligne], 188/ juillet-aout-septembre 2014, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 07 aout 2015. URL: http://rfp.revues.org/4541.


FODIL Hanane

Etudiante en master 2 didactique des langues et des cultures. Spécialité 01; option: recherche. Parcours: * Diplôme de professeur d'enseignement secondaire de langue française à l'ENS d'Oran (Algérie). * Master 1 Sociolinguistique et didactique du FLE à l'université François Rabelais de Tours.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *