Notes de lecture: Enquête sociologique. Serge Paugam.

Pour ceux et celles qui ont besoin de faire des questionnaires ou des entretiens mais qui ne savent pas comment rédiger les questions, je voudrais partager une oeuvre de Serge Paugam (2012) :  Enquête sociologique. Bien qu’il n’ait pas fourni des « recettes » à appliquer immédiatement, mais on y trouvera des principes généraux pouvant guider l’élaboration du questionnaire et préparer les entretiens.  Le livre est accessible sur le site Cairn via le Bis de la Sorbonne.

Voici le lien: https://www-cairn-info.janus.biu.sorbonne.fr/l-enquete-sociologique–9782130608738.htm#?

Lien pour le chapitre 5: l’enquête par questionnaire: https://www-cairn-info.janus.biu.sorbonne.fr/l-enquete-sociologique–9782130608738-page-93.htm

Pour le chapitre 6: Mener un entretien de face à face: https://www-cairn-info.janus.biu.sorbonne.fr/l-enquete-sociologique–9782130608738-page-115.htm

Si vous n’avez pas le temps de parcourir le livre, je vous mets mes notes de lecture du chapitre 5:  l’enquête par questionnaire.

 Les problèmes fréquents d’un questionnaire :

  • Les questions induisent fortement les réponses
  • Les personnes ne répondaient pas de façon sincère ou déformeraient plus ou moins volontairement la vérité.

2 types d’enquêtes :

  • Le questionnaire et administré par un enquêteur
  • Le questionnaire auto-administré.

Une préenquête qualitative afin de préciser ce qu’on souhaite interroger et comment le faire.

La construction du questionnaire 

  • La recherche d’indicateur

Rédiger un questionnaire consiste à traduire les questions de recherche en indicateurs puis, dans un second temps, en questions qui seront posées aux enquêtés.

  • Les formes de questions 
  • Les questions fermées, qui demandent à l’enquêté de donner sa réponse en choisissant parmi les modalités prédéfinies
  • Les questions ouvertes, où aucune réponse n’est prévue a priori et laissent l’enquêté libre de répondre ce qu’il souhaite.
  • Le choix des mots
  • Les mots et les expressions n’ont pas toujours le même sens ni les mêmes connotations, dans tous les groupes sociaux.
  • Privilégier un vocabulaire accessible au plus grand nombre. Lorsque l’emploi de termes techniques est inévitable, ceux-ci seront accompagnés d’une brève définition.
  • Il s’agira de supprimer tout terme potentiellement ambigu, et d’adopter la formulation la plus claire, concise et précise possible.
  • Il n’est jamais possible que les questions ont le même sens pour tous les enquêtés, et ce risque est encore accentué lors d’enquêtes comparant des groupes sociaux ou culturels très différents. Ceci nous oblige à nous interroger systématiquement, au moment de la rédaction du questionnaire comme au moment de l’analyse, sur les éventuelles différences d’interprétation des questions.
  • Ne poser qu’une seule question à la fois. L’ajout des adjectifs ou des termes risquerait de brouiller la question.
  • Minimiser l’effet de suggestion, privilégier les mots neutres que les mots trop connotés
  • L’ordre des questions
  • Il s’agit de mettre les enquêtés en confiance et à l’aise. Pour cela, les questions sensibles ou difficiles, celle dont on pense qu’elles susciteront quelques réticences, ne seront pas posées au début de l’entretien. On commence plutôt par des thèmes qui à la fois intéressent les enquêtés et ne les impliquent de façon trop intime ou personnelle.
  • Il est parfois préférable d’écarter deux questions lorsque la première risquera d’induire fortement la réponse à la seconde.
  • Préserver une logique dans le questionnement. D’une manière générale en effet, le questionnaire sera d’autant mieux accepté que les personnes verront dans son déroulement une continuité ou une cohérence, qu’elles n’auront pas le sentiment de « sauter du coq à l’âne » ou de revenir sans cesse sur les thèmes déjà abordés.
  • La formulation des questions
  • Les déformations involontaires :
  • Biais de désirabilité sociale: soucieux d’apparaître comme normal, voire de se valoriser, les enquêtés tendraient de minimiser certaines caractéristiques discréditées ou embarrassantes.
  • Bisais d’acquiescement: à la tendance à répondre souvent par l’affirmative que par la négative et à être plus souvent en accord plus qu’en désaccord avec les propositions soumises.
  • Dans ces conditions, la formulation tendra d’une part à n’indiquer aucune attente particulière et d’autre part, à ne laisser transparaître aucune hiérarchie des réponses. Aucune réponse proposée n’apparaîtra comme discréditée ou favorisée.
  • La liste des réponses doivent reflètent autant d’opinions favorables que défavorables à la question posée, autant d’items positifs que négatifs, autant de modalités en accord qu’en désaccord avec la proposition.
  • Il est souvent opportun de proposer des réponses nuancées. En termes d’intensité, « plutôt, tout à fait », en termes de fréquence, « toujours, souvent, de temps en temps, rarement ou jamais », en termes de degré d’accord, « tout à fait d’accord, plutôt d’accord, plutôt pas d’accord, pas d’accord du tout. »
  • Le degré d’efforts demandé aux répondants :
  • Ne demander pas plus de précisions que ce que les personnes peuvent donner, prévoyer une réponse « ne sait pas » pour celles qui ne sauraient vraiment pas répondre.
  • Pour les questions rétrospectives, le risque d’erreurs de mémoire est d’autant plus grand que la période de référence est étendue.
  • Décomposer les calculs à réaliser. Par exemple, concernant les revenus du ménage, il sera plus efficace de ne pas poser une seule question globale mais d’interroger séparément chaque source de revenus potentielle puis d’en faire la somme.
  • Proposer des tranches de réponses plutôt que d’attendre des chiffres précis peut également faciliter le recueil de données.

Bibliographie:

Paugam, Serge. L’enquête sociologique. Presses Universitaires de France, 2012.


Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l'Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *