Globes. Architecture & sciences explorent le monde… Et si elles repensaient la salle de classe ?

L’exposition que la Cité de l’architecture et du patrimoine consacre aux globes m’a inspiré de nouvelles réflexions concernant l’espace dans l’enseignement, réflexions faisant suite à mon billet précédent où j’évoquais notamment l’idée de sortir de ces espaces.

 

Cette exposition encore ouverte jusqu’au 26 mars, et dont le titre complet est Globes. Architecture & sciences explorent le monde, pose un regard sur l’importance de la sphère dans l’architecture depuis l’antiquité jusqu’à nos jours. Symboliquement, la sphère représente l’infini et la perfection, en cela qu’elle se suffit à elle-même ; ainsi, les constructions en reprenant la forme ont souvent accueilli des divinités (coupole du Panthéon romain) ou  des grands hommes (coupole du Panthéon de Paris), témoigné des ambitions politiques des nations (pavillon américain pour l’exposition universelle de Montréal en 1967) ou assouvi les désirs de grandeur de mégalomanes en tous genres (Cenatio rotunda). Cette perfection représente pourtant l’inconvénient de placer la sphère à part dans l’univers des géométries, rendant ainsi difficiles son mariage avec les autres formes et son utilisation au quotidien.

Maquette du Monument Lumineux de la Révolution (1926-27). Source : http://prometheus.kai.ru/gidoni_e.htm.

L’exposition s’intéresse surtout à la sphère sous un angle scientifique ; ainsi, outre le fait que la réalisation d’œuvres architecturales sphériques est extrêmement délicate (en témoigne l’innombrable quantité de projets avortés ou de structures effondrées), l’on apprend que les sphères ou demi-sphères ont souvent permis à représenter le cosmos ou la terre elle-même (Gottorfer Globus) et, conséquemment, les constructions sphériques ont parfois été créées dans un but éducatif (Babson Globe). Mais au-delà de l’aspect scientifique, je me suis aussi émerveillé devant les multiples maquettes, « bleus » d’architectes ou ébauches divers attestant de la folle imagination et de l’incroyable audace des hommes derrière ces projets. Hommes parmi lesquels on trouve des architectes et des scientifiques, mais aussi des graphistes (Mucha), des écrivains – de science-fiction – (Gernsback), des cinéastes (Lucas) ou encore des compositeurs (Stockhausen). Cette polyphonie de talents a produit des résultats admirables, les scientifiques apportant leur savoir technique et les artistes leur génie créatif. Quid des pédagogues ? me suis-je alors enquis. Et je me suis mis à rêver à ce que des esprits visionnaires pourraient concevoir comme nouveaux lieux d’apprentissage pour remplacer les sempiternels et œcuméniques rectangles et carrés tenant lieu de salles de classes ou d’écoles. Repenser les formes, l’espace, le vide et le plein, l’extérieur et l’intérieur, l’aération, le mouvement, la lumière, la couleur, la nature, les parfums, la sonorité, la matière, les équipements, etc. à la manière de ces « Géo Trouvetou » serait à coup sûr exaltant.

The Mapparium (1930-35). Source : https://www.marybakereddylibrary.org/project/mapparium/

En effet, de nouvelles géométries entraîneraient certainement d’autres rapports à l’humain et ouvriraient ainsi de nouvelles perspectives d’apprentissage. La relation enseignant-apprenant serait-elle la même dans un lieu d’une rotondité parfaite ? L’enseignant ne se trouverait plus à l’un des deux bouts de ladite salle, ni le cancre à l’opposé (et de l’envoyer au coin n’aurait plus aucun sens) : être au centre impliquerait de devoir se tourner constamment pour faire face à son auditoire, être en bas de subir, être en haut de dominer. Dès lors, où placer les uns et les autres ? Ou pourquoi ne pas plutôt penser le déplacement ? L’immobilisme qui règne dans la plupart des classes ne devrait-il pas être débattu, voire combattu ? Aussi, le principe de circulation cher aux architectes ne se manifestant que rarement dans les salles de cours, comment y remédier ? En fait, la notion même de cours pourrait être interrogée… Et pour revenir au globe et à la notion de mouvement inhérente à cette forme, j’ai soudain eu une illumination : une telle structure serait le lieu idéal pour un atelier d’écriture où personne n’aurait de place privilégiée, où l’animateur – voire les scripteurs – pourrait circuler aisément, cette forme correspondant à l’idée même de l’atelier : un espace protecteur (comme le ventre de la mère ?) où l’on peut explorer et se livrer à sa guise.

Maquette de géorama (XIXe s.). Source : https://www.citedelarchitecture.fr/fr/exposition/globes-architectures-sciences-explorent-le-monde.

 

Les interrogations sur de nouveaux espaces d’apprentissage existent depuis longtemps et moult projets voient le jour de-ci de-là, comme les quelques liens proposés en sitographie le prouvent. Cela dit, m’aventurer plus loin sur ce sujet dépasserait le cadre de ce billet, qui était voué avant tout à présenter cette exposition – et inciter à s’y rendre – et vous faire part de mes réflexions concernant les espaces d’apprentissage, mais libre à vous d’aller plus loin et, pourquoi pas, de rendre compte sur Arlap de vos trouvailles en la matière.

 

 

Pour en savoir plus…

Bibliographie

Perec, G. (1974). Espèces d’espaces. Paris. Galilée. (sur la notion d’espace vu par un littéraire)

Rocher Y. (dir.) (2017). Globes. Architectures et sciences explorent le monde. Paris. Cité de l’Architecture & du Patrimoine / Norma. (catalogue de l’exposition)

Sitographie

https://www.citedelarchitecture.fr/sites/default/files/documents/2017-10/cp_globes._architecture_et_sciences_explorent_le_monde.pdf (Communiqué de presse)

http://www.dane.ac-versailles.fr/IMG/documents/Repenser_une_salle_de_classe.html#collapse5

http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/universite-le-top-10-des-pedagogies-innovantes.html

http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/universites-cinq-lieux-qui-boostent-la-vie-de-campus.html

sydologie.com/2015/02/5-initiatives-repenser-lespace-dapprentissage/


Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.