Catégorisation des genres littéraires : une rêverie didactique

Il y a trois genres littéraires bien différents : la poésie qui est chantée, le théâtre qui est parlé et la prose qui est écrite.

– Marcel Pagnol

 

La Bande Dessinée (BD), est-ce de la littérature ? Et le cinéma ? Le théâtre ? Oui, le théâtre en fait partie. Mais pourquoi pas les deux premiers ? Après tout, ils ont tous en commun de proposer des dialogues écrits. Certains écrivains sont d’ailleurs réputés pour avoir travaillé pour d’autres médias. L’un des cas les plus emblématique en France étant sans doute celui de Jacques Prévert, dont les dialogues pour les films de Marcel Carné  (Le Quai des brumes, Les Visiteurs du soir, Les Enfants du paradis…) sont restés célèbres. Quid de Michel Audiard ? Sur Wikipedia, il est présenté ainsi : « dialoguiste, scénariste et réalisateur français de cinéma, également écrivain et chroniqueur de presse ». Wikipedia différencie donc l’écriture de dialogues, de scénarios et de chroniques du travail de l’écrivain. Pourquoi cela, n’est-ce pas la même activité ? Le dialogusite n’écrit-il pas ? Ni le scénariste ? Les wikipédiens n’expliquent pas ces distinctions. Et René Goscinny ? Scénariste et dialoguiste de BD reconnu (Lucky Luke, Astérix, Iznogoud…) mais pas écrivain ? Si, il l’est, nous rassure Wikipedia, citant Le Petit Nicolas ou Tous les visiteurs à terre (il est même le deuxième écrivain francophone le plus lu au monde, après Jules Verne – et avec plus de 500 000 000 de titres vendus). Ouf ! Sauvé !

Mais pourquoi donc toutes ces catégorisations ? Quand devient-on écrivain ? Un vrai écrivain, pas un écrivain de genres ? La BD serait-elle un genre de littérature ? Le cinéma aussi ? Y aurait-il une écriture qui ne serait pas de genre ? J’ai l’impression que pour être vu comme un Grand Écrivain, il faudrait dépasser les genres, aborder des thèmes universels et intemporels, et faire montre d’un talent littéraire, d’une langue à nulle autre pareille (Gide, Proust, Céline…). Et les scénaristes de cinéma ou les dialoguistes de BD ? Ne font-ils pas de même ? Ou est-ce que le genre qu’ils abordent ne leur permettrait pas de telles transcendances ? De par leur nature ? Je frissonne à l’idée que BD et ciné pourraient même être regardés comme des sous-genres artistiques… Ou n’est-on pas simplement en présence de parti-pris de la part d’étiqueteurs scrupuleux ? Je me souviens qu’en mon temps, au secondaire, dans les années 80, des auteurs tels Jules Verne ou Alexandre Dumas étaient absents des programmes scolaires ; on nous en conseillait la lecture, toutefois, comme lectures récréatives, au même titre que quelques titres de romans policiers… Ça a un peu changé… Les Anglo-Saxons ne s’embarrassent pas de ce genre de classifications et d’a priori, eux qui accueillent dans leur panthéon littéraire des écrivains de l’aventure (Hermann Melville, Robert Louis Stevenson), du merveilleux (J. R. R. Tolkien), de l’horreur (Edgar Allan Poe, Mary Shelley), de la Science-Fiction (Philip K. Dick, George Orwell), du policier (Raymond Chandler, Dashiell Hammet) ou de l’espionnage (John Le Carré) Pourquoi eux et pas nous ?

Cette séparation des genres littéraires et narratifs, notable en France, a le malencontreux effet de troubler les étudiants, de remettre en question leurs goûts personnels ou de ne pas considérer d’autres visions culturelles, mais aussi tout simplement de passer à côté de grands textes, souvent plus en phase avec la langue actuelle et les préoccupations de notre société. Notre système semble apprécier s’enfermer dans ses certitudes, mais il existe heureusement des âmes aventureuses avides d’explorer de nouveaux horizons littéraires, tels le slam, la twittérature ou les littératures du jeu vidéo. Et point positif pour nous didacticiens de FLE, si l’école traditionnelle montre souvent du retard dans ses pratiques, le FLE se montre souvent assez réactif pour aborder la nouveauté, et aussi réconcilier culture populaire et culture lettrée. Dans le cadre d’un nouvel enseignement de la littérature, de recourir à des textes plus près d’une certaine oralité me semble ainsi exaltant.


Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

7 réflexions sur « Catégorisation des genres littéraires : une rêverie didactique »

  1. Article que j’ai beaucoup apprécié.
    Il m’a rappelé le cours de M. Martin sur la littérature où, selon la vision du lecteur, une oeuvre pouvait être à la fois poème, récit philosophique ou encore autobiographie, tout en ayant été enfermée dans un autre genre littéraire.

    1. Effectivement, je crois qu’il s’agissait du premier cours où nous avions dû réfléchir au genre de tel ou tel texte, pour finalement réaliser que de catégoriser était hasardeux ; j’aurais aussi pu mentionner dans mon billet les apports théoriques (d’un Walter Benjamin par exemple) qui avaient alors été étudiés.

  2. Un article très intéressant encore une fois ! Permets-moi de le mettre en lien avec mon précédent article sur l’oralité (déformation professionnelle oblige). Je crois que dans une culture de régime scriptural comme la nôtre, l’oralité des bandes dessinées et des dialogues de cinéma est un exemple de critère discriminant pour délimiter ces genres considérés comme paralittéraires. Le caractère hybride de la bande dessinée et du dialogue de cinéma, entre écriture et oralité, explique en partie leur marginalisation. Les littératures orales sont souvent associées à des sociétés « d’oralité première »moins avancées (concept de Walter J. Ong). Quelque part, je pense que cette caractérisation négative entre en jeu dans l’appréciation des dialogues de cinéma et BD comme sous-genre.
    Le rapport à l’image participe aussi à cette différenciation opérée entre cinéma, littérature et bande dessinée. A ce propos, il y aura un colloque très intéressant à la maison de la recherche sur les rapports entre littérature, cinéma et culture visuelle : « Penser le cinéma et la littérature à travers la culture visuelle  » (12 au 14 avril).

    A la notion de genre, je préfère celle de « mode littéraire « , qu’on retrouve dans la terminologie des chercheur.es anglophones. Plutôt que de classer les littératures en genre selon des critères textuels, le mode permet une plus grande intersectionnalité et complexité d’analyse. Le cinéma et la bande dessinée deviennent alors des médiums littéraires, sur le même plan que la littérature « écrite ».

    Quoi qu’il en soit, je te remercie encore pour cet article qui me permet de penser la question de l’oralité sous une autre forme.

    1. Merci d’avoir pris le temps d’écrire un si long commentaire, dont je retiens notamment le terme de mode littéraire, et la conception de la littérature qu’il révèle, et le colloque prochain sur les arts visuels, le cinéma et la littérature où j’essaierai de me rendre. Nous nous y verrons alors peut-être.

      1. Si tu parviens à t’y rendre, je serais ravie de lire un éventuel billet ?!

        Par ailleurs, je te rejoins tout à fait pour soutenir que le FLE dans ces enseignements est souvent innovant et ne caractérise pas de la même façon les « modes littéraires ».
        Il existe même des applications sur téléphones et tablettes pour enseigner le français avec la BD !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *