L’atelier d’écriture comme nouvel espace d’apprentissage

Pour mon mémoire, parmi d’innombrables questions, je m’interroge sur la question de l’espace. Cette notion est à prendre en considération lorsqu’on pense l’enseignement. Que doivent  être les lieux de transmission des connaissances ? Quels  sont les publics concernés, les objectifs poursuivis ? Pourquoi l’école ou la salle de classe comme espaces dédiés à l’apprentissage ? Pourrait-il y avoir de nouveaux lieux pour un passage de savoirs ? Pourrait-on inscrire l’atelier d’écriture dans cette réflexion, et notamment ceux in situ ?

 

Les lieux dédiés à l’enseignement correspondent en quelque sorte à des zones tampon entre sphère privée et sphère publique et permettent à l’enfant de s’initier aux pratiques sociales avant que d’affronter la vie réelle ou, dans le cas des adultes, leur offrir un moment privilégié pour suivre une formation. Ainsi, l’école a un rôle triple : elle est école de l’éducation (l’on y enseigne à apprendre par soi-même) ; elle est école de socialisation (l’on y instille le sentiment d’appartenance à une communauté) ; elle est école d’utilité (l’on y acquiert un savoir et des techniques ultérieurement exploitables dans le monde réel) (Grootaers, 2014).

En psychanalyse, l’école peut être conçue comme un espace transitionnel, espace permettant à l’enfant d’expérimenter le monde. Pour le pédiatre américain Donald E. Winnicott, à l’origine de ce concept (1971), d’éprouver un tel phénomène aide l’enfant à s’extirper du giron de sa mère et à aller vers autrui. Il s’agit d’un espace potentiel, car virtuel, mais qui peut revêtir une forme matérielle, comme dans le cas du doudou, bout de tissu doux qui représente la mère en son absence et qui apporte réconfort à l’enfant au moment d’affronter l’inconnu. Winnicott (et Freud avant lui)  avait aussi bien perçu l’importance du jeu pour apprendre « à faire comme si », comme une projection dans le monde des adultes. L’école peut donc être pensée comme un autre lieu de transition, affectif et social.

Ces données n’informent pourtant pas sur le choix des murs choisis pour héberger cette activité. Pourquoi l’école ? Pourquoi presque toujours les mêmes configurations ? Par souci pratique ? Par souci de préserver l’intégrité physique et morale de l’enfant ? Par souci de contrôle ? Cette vénérable institution a soulevé un certain nombre d’interrogations et a été remise en cause par des penseurs de différents champs : sociologues lui reprochant une forme d’endoctrinement (Bourdieu et Passeron, 1970), psychologues évoquant la frustration de l’enfant (Miller, 1985), pédagogues (Dewey, Montessori…), etc. De ces critiques sont nées de nouvelles réflexions pour repenser l’école. Le point sur lequel je veux ici m’arrêter concerne particulièrement les espaces eux-mêmes.

L’exercice de l’instruction ne s’est pas toujours fait dans une école et, aux touts débuts de cette pratique, une remise ou la maison du maître pouvaient faire office de lieu d’enseignement. Au Moyen-Âge, ce sont les édifices religieux qui accueillaient les élèves, mais il ne s’agissait toujours pas de lieux expressément consacrés à l’apprentissage. Ce n’est qu’à partir de la Révolution Française que s’est réellement développée la construction d’espaces scolaires  (Demnard, Fourment et Chagneau, 1981). Par ailleurs, des Rabelais ou des Rousseau ont pensé un enseignement in situ (Rabelais, 1534 ; Rousseau, 1782) avant que les tenants de l’éducation nouvelle, dont Célestin Freinet, ne concrétisent cette idée en promouvant les sorties scolaires ou que des activités périscolaires ne fleurissent de-ci de-là, tels les ateliers sportifs ou de conversation. On le voit, les tentatives de créer un enseignement hors les murs sont multiples et il faudrait rédiger une thèse pour ne serait-ce qu’en effleurer la variété. Pour ma part, je n’aborderai ici que le seul atelier d’écriture comme autre espace d’enseignement, et sa variante in situ.

L’atelier d’écriture propose un format rompant avec les habitudes scolaires. Issu de la société civile, il dessine une autre façon d’enseigner. Ainsi, l’écriture sous contrainte souvent convoquée apparait comme un jeu pour le scripteur, plus qu’un devoir. De plus, l’animateur remplace l’enseignant, qui ne se fait ainsi plus instructeur mais plutôt accompagnateur, l’apprenant étant ainsi replacé au centre de l’apprentissage. Enfin, cet apprentissage se fait de manière collaborative, les uns échangeant avec les autres, afin de faire émerger les idées, de provoquer une certaine émulation et de tenter de désinhiber les participants. Sous ce dernier angle, l’atelier apporte une valeur thérapeutique, chère aux psychanalystes comme Winnicott. L’enseignement de la littérature est aussi revisité en ce sens où le rapport au texte ne se fait plus uniquement par la lecture et les commentaires critiques – méthode traditionnelle -, mais aussi par l’écriture. L’apprenant peut ainsi « toucher au texte » (Houdart-Merot, 2013 : 8), en saisir la matière et le sens, et en quelque sorte s’approprier les procédés créatifs de l’auteur, en en prolongeant la réflexion.

L’atelier d’écriture est comme une nouvelle interface entre l’acquisition des savoirs et leur restitution, mais on peut aller plus loin et changer réellement d’espace en proposant des ateliers d’écriture hors les murs de l’école. Cette écriture in situ est une pratique d’écrivains, écrivains voyageurs en tête, mais que des casaniers invitent aussi dans leurs processus créatifs. Il ne s’agit pas simplement de trouver un substitut à l’espace traditionnel d’étude (comme Sartre et Beauvoir rédigeant aux 2 Magots) mais de produire du texte en fonction de ce lieu. L’idée de ces ateliers in situ est là encore de changer la pédagogie habituelle – intéressant pour les apprenants mal à l’aise avec le format scolaire -, de générer un regain d’intérêt pour cet exercice d’écriture ou de permettre à l’apprenant de choisir lui-même son lieu de travail, plus en lien avec sa propre histoire. Dans Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, de Perec (1982), le lieu d’écriture est l’objet sur lequel l’auteur écrit : ainsi, du 18 au 20 octobre 1974, Perec va s’installer Place Saint-Sulpice à Paris et, depuis la terrasse du Café de la Mairie,  décrire ce qu’il voit. Raymond Bozier ne procède pas autrement pour Fenêtres sur le monde (2008) : lui choisit un certain nombre de fenêtres pour rendre compte de perceptions de la ville.

 

Les ateliers d’écriture ne constituent qu’un exemple de ce que de nouveaux formats d’enseignement apportent. Sortir du cadre scolaire comme se proposent de le faire pédagogues ou animateurs d’ateliers est ainsi source de nouvelles motivations. Enfin, l’idée de permettre à l’apprenant de se retrouver dans un environnement moins impersonnel que l’école est intéressant, cela pouvant susciter une forme de libération. Ces possibilités ne sont malheureusement pas faciles à mettre en place face à la force des habitudes et aux éventuels problèmes logistiques. Et il faudrait aussi se pencher sur l’efficacité de ces approches face aux méthodes scolaires qui, malgré tout,  apportent des résultats, et ce depuis bien longtemps. Enfin, n’hésitez pas à partager dans vos commentaires vos connaissances ou expériences sur ce sujet !

 

 

Bibliographie

Bourdieu, P.  et Passeron, J.-C. (1970). La reproduction. Paris. Minuit.

Bozier, R. (2008). Fenêtres sur le monde. Paris. Fayard.

Demnard, D., Fourment, D., et Chagneau, F. (1981). Dictionnaire d’histoire de l’enseignement. Paris. Delarge.

Grootaers, D. (2014). Les trois rôles sociaux de l’institution scolaire, un imaginaire commun. Le Grain, Atelier de pédagogie sociale. Repéré le 28/02/2018 sur https://www.legrainasbl.org/index.php?option=com_content&view=article&id=466:les-trois-roles-sociaux-de-l-institution-scolaire-un-imaginaire-commun&catid=9&Itemid=103.

Houdart-Merot, V.  & Mongenot, C. (2013). Pratiques d’écriture littéraire à l’université. Paris. Honoré Champion.

Miller, A. (1980, trad. 1985). C’est pour ton bien. Paris. Aubier.

Perec, G. (1982). Tentative d’épuisement d’un lieu parisien. Paris. Bourgois.

Rabelais, F. (1534, éd. 2009). Gargantua. Paris. Pocket.

Rousseau, J.-J. (1782, éd. 1997). Les rêveries du promeneur solitaire. Paris. Flammarion.

Winnicott, D. E. (1971, trad. 1975). Jeu et réalité : l’espace potentiel. Paris. Gallimard.


Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

6 réflexions sur « L’atelier d’écriture comme nouvel espace d’apprentissage »

  1. La question de l’espace que vous abordez m’intéresse beaucoup, et en fait certaines de votre réflexion se sont croisées avec une partie de mon mémoire. D’abord, en ce qui concerne l’école, j’aime beaucoup votre réflexion sur le rôle et les fonctions de l’école. Et il est vrai qu’en générale parmi tous les espaces dédiés à l’apprentissage, l’école semble être ce qui arrive le premier. On est habitué à considérer l’école comme un choix naturel qui va de soi, et on ne le remet pas en cause. Comme vous avez mentionné, ce problème a été remarqué par des penseurs de différents champs. Leurs réflexions sur l’école nous rappellent qu’il faut vraiment se méfier de l’école. Je pense aux réflexions de Foucault et Deleuze. Quand Foucault a présenté sa réflexion sur les sociétés disciplinaires, il a mentionné les milieux d’enfermement tels que la famille, l’école, l’usine, la caserne et l’hôpital, etc. Aujourd’hui, nous ne sommes plus dans les sociétés dont Foucault parle, cependant selon Deleuze, « Nous entrons dans des sociétés de contrôle » et nous ne nous débrasons pas de la crise de tous les milieux d’enfermement. « Les enfermements sont des moules », écrit Deleuze, « des moulages distincts, mais les contrôles sont une modulation, comme un moulage auto-déformant qui changerait continûment, d’un instant à l’autre, ou comme un tamis dont les mailles changeraient d’un point à un autre ». Il semble vrai que, dans un certain sens, la nature de l’école détermine que c’est un espace où nous sommes formés en apprenant à respecter les normes qu’on nous donne explicitement ou implicitement.
    Je trouve que l’atelier d’écriture est un bon choix d’un enseignement hors les murs de l’école qui permet de nous libérer dans certains aspects, et je pense aussi à un nouvel espace qui va peut-être plus loin, soit un espace virtuel sur internet. Aujourd’hui, nous sommes à l’ère numérique, on a la possibilité d’avoir l’accès à toutes les informations et de créer les liens avec les autres en utilisant seulement un appareil comme portable à tout moment, n’importe où grâce à l’internet sans déplacement. Je pense qu’on peut bien profiter de la nouvelle technologie pour développer un enseignement hors les murs. De nos jours, nombreux sont des livres qui sont numérisés, et la lecture de livres électroniques devient publique et collective. Avec Public Notes, le célèbre Kindle permet aux ses utilisateurs de partager les avis de lecteurs sur ses livres qu’ils lisent. Et certains espaces virtuels ont été créés pour que les lecteurs puissent communiquer directement avec certains auteurs publiquement. Je pense qu’un espace virtuel construit avec des méthodes scientifiques pourrait contribuer à l’enseignement de la littérature en FLE, et ça vaut la peine, même si ce n’est pas facile à mettre en œuvre. Par exemple, en Chine, le nombre d’œuvres littéraires en français en papier est très limité, par conséquent, il est très difficile pour les étudiants chinois d’acheter des œuvres originales qui leur intéressent ou même connaître les nouveaux livres qui viennent de sortir. Et dans le cours de la littérature française, comme les manuels de la littérature se renouvellent très lentement, ce qui est enseigné est toujours les grands classiques, les étudiants ne sont souvent pas motivés. Mais si on crée par exemple un espace virtuel où les étudiants chinois peuvent savoir la tendance de la littérature française, lire les œuvres originales qu’ils aiment et discutent avec les lecteurs étrangers du monde entier leur avis sur les œuvres en français, je pense que cela pourrait les motiver et les aider à apprendre la littérature française, etc. En plus, les étudiants chinois ont de très rares possibilités de rencontrer les étrangers avec qui ils peuvent communiquer en français dans leur vie réelle, mais avec cet espace virtuel, ils peuvent communiquer avec les étrangers en français facilement sans déplacement. Je ne peux pas trop développer cette idée de la création d’espace virtuel ici, mais on peut se communiquer sur ce point-là si cela vous intéresse.

    Références :
    Gilles Deleuze, « Post-scriptum sur les sociétés de contrôle » in Pourparlers, Minuit, 1990
    Anthony Grafton, La Page de l’Antiquité à l’ère du numérique, Louvre Éditions, Bibliothèque Hazan, janvier 2015

  2. Je trouve ton article très percutant, ces références du domaine de la psychanalyse éclairent encore mieux cette vision apportée aux ateliers d’écriture, si, je peux me permettre, mon expérience en tant qu’animatrice dans les centres de loisirs me permet de dire que la création d’ateliers d’écriture serait plus avantageux et plus productif dans un espace autre que scolaire. En effet, de par cette expérience, en mettant en place quelques ateliers d’écriture ludiques, j’ai pu constater l’enthousiasme des enfants à se prêter au jeu et à communiquer entre eux sans contraintes et sans le stress d’être évalué à la fin de l’activité. L’objectif étant d’apprendre des choses et des valeurs tout en s’amusant. Alors, je pense qu’un atelier d’écriture créatif et « atypique » serait plus stimulant et plus constructif pour les apprenants. Il y a également le principe de L’OULIPO dont d’ailleurs fait parti Perec et que tu peux explorer, si ce n’est déjà fait ! Je le trouve très intéressant car, on retrouve ce côté ludique mêlé au jeu de l’écriture. A voir aussi, les ateliers d’écriture de Daniel Blanc avec cette citation expressément significative :
    « L’écriture est un jeu où l’on devient rapidement le « je » de l’écriture. Jouer avec les mots, jouer avec ses mots et trouver les mots pour le dire. Rire, prendre du plaisir et le partager avec d’autres. Ne plus avoir peur de laisser paraître ce que les mots racontent. Apporter un cahier, un stylo et de la bonne humeur. » (https://www.espace110.org/activites-loisirs/activites/atelier-decriture-ludique)

    1. Merci Taous d’avoir pris le temps de répondre si longuement à mon billet. Je ne connaissais pas Daniel Blanc mais vais m’empresser de remédier à cette lacune. Quant à sortir les apprenants du cadre scolaire, c’est en effet un chemin que je trouve attirant et sur lequel mon mémoire invitera à réfléchir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.