Genèse des textes, genèse des scripteurs : regards sur la langue dans l’écriture 

Le compte-rendu de cet article pourrait être utile à ceux et celles qui s’intéressent à l’écriture et aux aspects linguistiques de la rédaction des textes.

Présentation générale de l’article

L’article de Claire Doquet-Lacoste intitulé « Genèse des textes, genèse des scripteurs : regards sur la langue dans l’écriture  » est paru en 2004 dans l’ouvrage Écriture et sciences cognitives dirigé par Annie Piolat. Cet article présente de manière claire et précise le regard sur l’écriture « qui sort des cadres strictement communicationnels qui servent de balises dans bien des analyses de productions d’élèves  » (Doquet-Lacoste, 2004), l’auteur s’identifie clairement comme promotrice de cette vision de l’écriture. En utilisant des acquis de la linguistique énonciative (Fuchs, 1984), la chercheuse se focalise sur les formes langagières de l’énonciation et sur le sujet en tant qu’il énonce du langage. Dans son article, C. Doquet-Lacoste nous présente des tentatives d’analyser « l’activité de l’écriture, à partir des traces graphiques qu’elle laisse sur le papier ou sur l’écran d’un ordinateur  » (Doquet-Lacoste, 2004). L’auteur s’intéresse surtout à l’activité d’écriture en acte et non à son résultat, le texte final.  

De cette façon, Claire Doquet-Lacoste s’interroge sur l’existence de points communs dans l’activité de production de textes littéraires et scolaires, la possibilité de parler de l’écriture comme d’une activité globale, la présence d’étanchéité entre les pratiques littéraires et les pratiques scolaires et la possibilité d’analyser le sujet scripteur à partir des traces de la constitution du texte. Comme le précise l’auteur de l’article, ces questions ne reçoivent pas de réponse définitive, mais elles sont présentées dans le cadre de trois approches génétiques :      l’étude de manuscrits littéraires, de brouillons d’écoliers et de “films” d’écriture sur traitement de texte .

  1. Ancrage théorique et méthodologique : la génétique textuelle

Élaborée en France à partir des années 1970, la génétique textuelle s’occupe du processus de l’écriture de chefs-d’oeuvres de la littérature (Hay, 1993), elle représente un mode nouveau d’analyse des oeuvres littéraires. Elle propose une nouvelle méthode qui essaie de                   « reconstituer, non le meilleur texte possible, mais les possibles du texte  » (Doquet-Lacoste, 2004), ainsi qu’elle utilise des procédés de la linguistique énonciative dans l’approche de la littérature.

La critique littéraire traditionnelle a toujours analysé l’écriture, mais le but de cette analyse était le plus souvent de trouver le texte le plus abouti possible. Le philologue essaie d’établir le « vrai  » texte, le texte originel, le meilleur texte possible, « celui que l’auteur a remis à l’éditeur, celui qui est vierge de toute intervention extérieure  » (Doquet-Lacoste, 2004). De cette façon, la philologie s’intéresse plutôt au résultat qu’au processus de la création de textes. En revanche, la critique génétique montre que « les diverses étapes de retours sur du déjà écrit ne s’inscrivent pas sur une ligne droite qui conduirait sans faille vers l’idéal du texte définitif  » (Grésillon, 1990 : 32) : il s’agit d’appréhender et / ou expliquer une oeuvre littéraire à travers l’histoire de sa création.

D’après la génétique textuelle, le texte final n’est qu’une variante possible que son auteur a accepté de publier ; en analysant toutes les tentatives de l’écrivain, l’analyse génétique postule l’importance de la variation et du processus de l’écriture, alors que les approches traditionnelles se focalisaient plutôt sur le figement et le résultat final. Pour autant, les généticiens ne nient pas l’importance du texte final. Ainsi, l’intérêt de la recherche se porte aussi sur l’auteur au travail : l’analyse approfondie de toutes les traces des opérations d’écriture donnent la possibilité de « décrire précisément le processus qui a conduit à l’élaboration d’un texte  » (Doquet-Lacoste, 2004). Il est également à noter que la critique génétique postule la non-clôture de l’écriture : la non-clôture spatiale (un manuscrit n’est potentiellement jamais fini) et la non-clôture temporelle (les traces de l’écriture sont parfois séparées par des mois et des années).

La génétique textuelle a essayé de formuler les mécanismes généraux de l’écriture, ses constantes. De cette manière, elle a produit des outils d’investigation applicables à toute écriture :

  • quatre substitutions générales : des ajouts, des suppressions, des remplacements et des déplacements ;
  • ces substitutions sont déterminées à l’aide de leurs traces graphiques : ratures, ajouts en marge, en interligne, etc.

Les substitutions permettent de repérer les constantes linguistiques à travers lesquelles est caractérisé le travail d’un auteur. Les acquis de la théorie linguistique de l’énonciation donnent la possibilité de « traiter ensemble les différents niveaux sur lesquels portent les variantes. Il est ainsi possible de les envisager les unes par rapport aux autres et de donner du sens à leurs enchaînements  » (Doquet-Lacoste, 2004).

  1.  Le langage en apprentissage : études génétiques de manuscrits d’écoliers

La méthodologie développée dans le cadre de la génétique textuelle a été utilisée pour les recherches sur l’écriture d’élèves et a enrichi certains principes réglants de nos jours la didactique de l’écriture. La première grande recherche sur les traces de l’écriture des élèves a été réalisée par C. Fabre (1987). Cette auteur a lié l’activité de création d’un texte  à une réflexion sur la langue : pour C. Fabre, toute rature est métalinguistique. De cette façon, son étude a croisé les différentes opérations d’écriture (ajouts, suppressions, remplacements et déplacements) avec les éléments que concernent les opérations (graphie, mot, syntagme, proposition, phrase). Par exemple, elle a montré que le remplacement est surtout associé aux hésitations d’ordre linguistique (orthographe, syntaxe). Ainsi, C. Fabre émet l’hypothèse que « la conscience du texte bute ou prend appui sur la mise en graphie  » (Fabre, 1987 : 579), ce qui permet de constater le caractère primordial des variantes du niveau orthographique dans le métalangage d’élèves.

Fabre a réussi à montrer la possibilité d’appliquer les méthodes d’analyse habituellement réservées aux écrits littéraires au corpus de manuscrits d’écoliers. Il en ressort assez clairement qu’il y a des points communs entre brouillons ordinaires et manuscrits littéraires : quelle que soit la nature de la correction, les écoliers et les écrivains reviennent sur le « déjà là  » pour le corriger.

3. L’observation on line de l’écriture : une approche linguistique

Dans le cadre des recherches présentées plus haut, C. Doquet-Lacoste a analysé à l’aide du logiciel Genèse du texte (édité par l’association Française pour la Lecture ; site internet : lecture.org) le corpus d’élèves de Cours Moyen 2 qui écrivaient directement à l’ordinateur. Ce logiciel lui a permis de reconstituer exactement l’ordre et le rythme des opérations d’écriture, ce qui n’est pas possible avec les brouillons papier. Elle a pu montrer que le processus d’écriture en acte, à la suite de l’opposition saussurienne « langue – parole », « est une confrontation sans cesse réitérée à l’écart en la langue et le réel, les mots et ce qu’ils désignent » (Doquet-Lacoste, 2004).

Doquet-Lacoste a dégagé deux modes d’écritures :

  • « mode de l’accumulation », le scripteur accumule du texte pratiquement sans retour en arrière, ensuite, il se relit et effectue des modifications (surtout orthographique, mais pas seulement) ;
  • « mode de la récurrence », le scripteur se relit constamment pendant la rédaction, ce mode est moins fréquent que le premier.

De cette façon, il est à noter que le premier mode anticipe plutôt le texte à venir tandis que le second mode se focalise plutôt sur l’écrit déjà là. La présence de ces deux types de scripteurs pourrait être expliquée par deux paramètres :

  • consignes d’écritures : par exemple, tous les récits de souvenirs ont été écrits sur le mode de l’accumulation ;
  • distribution individuelle  : ce facteur a besoin de plus de recherches précises parce qu’en fonction des tâches différentes, le même scripteur choisissait des modes d’écriture différents.

En tant qu’élève d’abord et enseignant de FLE après, depuis longtemps, nous avons compris de manière tout à fait intuitive que nous rédigeons nos textes sur le mode de l’accumulation. Pourtant, nous pensons que le mode d’écriture pourrait être influencé par des facteurs extralinguistiques comme, par exemple, la fatigue ou le degré d’expertise dans le sujet. De cette manière, il nous semble que ces concepts pourraient devenir sujets de recherches interdisciplinaires afin de mieux comprendre leur nature.   

Le dernier élément abordé dans l’article est celui des pauses d’écriture : le logiciel Genèse du Texte montre toutes les pauses ayant lieu pendant la rédaction de textes. L’auteur de l’article donne une classification des fonctions de pauses :

  • la pause pour prévoir / planifier la suite du texte, sans relecture globale ou partielle du déjà écrit ;
  • la pause qui sert au scripteur à relire ce qu’il a écrit, cette relecture aide au scripteur à continuer de rédiger sans modifier son projet initial ;
  • la pause pour relire le déjà écrit afin de modifier le projet initial.

Il est important de souligner que les pauses sont toujours des indices de la réflexion métadiscursive des scripteurs, « tandis que les modifications du déjà écrit en sont des marques » (Doquet-Lacoste, 2004). Ces observations autour des pauses et leurs fonctions permettent de nuancer la distinction des modes d’écriture : « ce constat sur la répartition des pauses laisse penser que la réflexion métadiscursive, manifeste dès le début de l’écriture dans le mode de la récurrence, n’est pas absente de la première phase d’écriture dans le mode de l’accumulation. Malgré la linéarité de leur trajet scriptural, ce n’est pas sans contrôle que les scripteurs accumulent du texte » (Doquet-Lacoste, 2004).

 

Conclusion

Claire Doquet-Lacoste a réussi à bien montrer dans son article la filiation entre les recherches réalisées dans le cadre de la génétique littéraire et les analyses de brouillons d’écoliers, manuscrits ou à l’ordinateur. De cette façon, nous pouvons / devons admettre que les méthodologies et les outils élaborés pour l’analyse textuelle de grands écrivains sont tout à fait applicables aux rédactions d’écoliers. Les élèves commes des scripteurs « experts » sont confrontés aux mêmes problèmes, problèmes d’ordre métadiscursif. Les scripteurs novices utilisent les mêmes opérations d’écriture que les écrivains plus expérimentés : des ajouts, des suppressions, des remplacements et des déplacements. Tout cela est devenu possible grâce aux apports de la linguistique énonciative, tandis que la philologie classique essayait de protéger le côté élitiste du processus d’écriture.

L’écriture n’est pas un simple « habillage » d’une pensée préexistante, le processus d’écriture est le moment d’exprimer son originalité, son propre rapport à la langue. Nous pensons que le rôle du professeur est crucial dans l’épanouissement de ses élèves : l’absence de la bienveillance de la part du professeur peut empêcher voire arrêter le développement des compétences langagières à l’écrit chez des élèves. Les acquis de la linguistique énonciatives nous donnent la possibilité de revoir complètement notre attitude envers les écrits de nos étudiants et  ainsi, revisiter nos conceptions pédagogiques dans le domaine de la production écrite et d’évaluation de copies.

 

Bibliographie

DOQUET-LACOSTE, C., 2004, « Genèse des textes, genèse des scripteurs : regards sur la langue dans l’écriture  », in PIOLAT, A. (éd), Écriture et sciences cognitives, Aix-en-Provence, Presses de l’Université de Provence.

FABRE, C., 1987, Les Activités métalinguistiques dans les écrits scolaires, Thèse de Doctorat d’Etat ès Lettres, Université Descartes Paris V.

FUCHS, C., 1981, « Les Problématiques énonciatives : esquisse d’une présentation historique et critique  », in DRLAV Revue de linguistique, 25, pp. 35 – 60.

GRÉSILLON, A., 1990, « Les manuscrits littéraires : le texte dans tous ses états  », in GRÉSILLON, A., LEBRAVE, J.-L., VIOLLET, C. (éds), Proust à la lettre. Les intermittences de l’écriture, pp. 15 – 42, Paris, Du Lérot.   

HAY, L., 1993, Les Manuscrits des écrivains, Paris, Hachette / CNRS.


Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

3 réflexions sur « Genèse des textes, genèse des scripteurs : regards sur la langue dans l’écriture  »

  1. Oui, un très grand merci, Mikhail, pour ce compte rendu très éclairant sur les recherches de Claire Doquet-Lacoste et, j’en suis persuadé, utile pour tous.
    Il y a peut-être un petit problème avec la numérotation vers la fin (un 1 qui n’est pas suivi d’un 2…).

  2. Merci pour ce compte-rendu, le message que véhicule cet article me conforte dans mes positions, et je le citerai volontiers dans mon mémoire qui porte justement sur le travail vers une écriture « littéraire » chez l’apprenant.
    Par ailleurs, je me « vois » effectivement raturer, revenir en arrière, chercher la bonne formule (même dans ce petit commentaire)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.