Rêveries d’un promeneur parisien : ou de l’art de rendre le dilettantisme productif

Errer est humain, flâner est parisien.

– Victor Hugo

 

Suite à mon billet sur l’infra-ordinaire et l’événementiel, dans lequel je discutais notamment du plaisir de flâner dans des espaces muséaux oubliés des visiteurs, l’envie de présenter une liste de musées gratuits (pour les collections permanentes) dans et autour de Paris s’est faite jour, à laquelle j’ajouterai des sites naturels et des déambulations culturelles. Mais ne nous y trompons pas, si ces sorties ont des airs de récréations, elles n’en présentent pas moins le mérite de régénérer corps et esprit, séduisante perspective face au risque de saturation physique et intellectuelle.

 

Pourquoi un tel billet sur Arlap, blog consacré à des étudiants de master de didactique des langues ? Parce que si l’acronyme « Arlap » reprend en effet les notions de langage (« la ») et d’apprentissage (« ap »), il commence par « ar », pour « art » ; parce que je suis persuadé qu’il faut être capable d’enrichir son mémoire de références culturelles autres que celles de notre champ de recherche ; parce que certains des thèmes de ces musées se rapportent peut-être au sujet de votre mémoire ; et qu’enfin parce qu’une idée éclairant d’un jour nouveau notre réflexion peut surgir n’importe où et n’importe quand. En ce sens, quoi de mieux qu’un peu de culture ou de nature (opposition chère aux philosophes que je vais ici reprendre littéralement) pour nous aider à prendre un peu de recul ?

Tout d’abord, sachez que la plupart des musées de la Ville de Paris proposent un accès libre à leur collection permanente. Ainsi, si vous souhaitez admirer la monumentale et étincelante Fée électricité de Raoul Dufy ou différentes versions de la célèbre Danse de Matisse, rendez-vous au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, si vous désirez en savoir plus sur la culture chinoise – en cette semaine de célébrations du Nouvel An Chinois -, le Musée Cernuschi dédié aux arts de l’Asie vous ouvre ses portes et, enfin, si ce sont les écrivains qui ont votre préférence, les demeures dans lesquelles certains d’entre eux, et non des moindres, ont écrit leurs plus belles pages sont accessibles, comme les maisons de Balzac et d’Hugo.

Par ailleurs, d’autres établissements, dont des musées nationaux offrent la gratuité aux moins de 26 ans (et aux enseignants), n’hésitez pas à vérifier les politiques tarifaires de tous ces lieux sur leur page web ou ici. Enfin, si l’art contemporain vous motive plus que toutes ces « vieilleries », les galeries d’art sont ouvertes à tous et sont de surcroit souvent nichées dans de beaux quartiers (liste non exhaustive ici).

Quant à la nature parisienne et francilienne, elle est omniprésente et multiple, de minuscules squares en parcs majuscules, de canaux en rivières ou de buttes en montagnes (nom quelque peu surfait toutefois quand on sait que la seule hauteur de Paris bénéficiant de cette appellation est en fait la montagne… Sainte-Geneviève, culminant à 61 m). Voici ici un choix de sites naturels insolites dans les environs. Les balades à vélo ou en rollers sont très à la mode, mais randonner à pied en Ile-de-France et même à Paris est possible, ainsi des sentiers de Grande Randonnée y passent, dont le GR 1 – aussi nommé « Tour de Paris » – , premier chemin balisé de France et qui fait… 541 km (les itinéraires proposés étant assez longs, les randonneurs préfèrent parcourir ces GR par tronçons). La particularité de ces sentiers est de guider le randonneur sur des  voies écartées des artères bitumées, c’est ainsi une autre façon de découvrir Paris et ses environs. Voici ici une sélection de balades sur Paris. Profitez-donc de ces vertes opportunités franciliennes et imitez Rousseau en ses rêveries de promeneur solitaire (1782).

Il est possible aussi de suivre les traces de certains écrivains ou personnages de romans, dont quelques adresses sont notées ici. J’apprécie pour ma part, quand le temps des lectures académiques est fini des lectures récréatives comme un bon polar à la française et, à ce sujet, je vous recommande Les Nouveaux Mystères de Paris, de Léo Malet (1954-59). Ce surréaliste devenu écrivain de romans policiers pour « gagner sa croûte » circonscrit l’action de chacun des romans de son cycle en un arrondissement de Paris. Ainsi, en se procurant un des volumes, en en lisant la carte en exergue, l’on est en mesure de suivre les pérégrinations de son (anti-)héros Nestor Burma ; et si vous aimez la bande dessinée, des adaptations par Jacques Tardi existent, dont le génialissime Brouillard au pont de Tolbiac (1982) qui vous emmènera dans un 13° arrondissement (malheureusement ?) métamorphosé. Quant à ce terme de « pérégrination », justement, il apparaît transformé dans une œuvre posthume de Georges Perec intitulée : Perec/rinations (1997). Dans ce recueil, l’auteur de Tentative d’épuisement d’un lieu parisien (1975) propose une visite de Paris sous la forme d’un jeu de piste, incluant devinettes, énigmes, quizz, mots croisés ou suggestions de promenades (ludiques comme il se doit) afin de (re)découvrir la capitale, arrondissement par arrondissement.

 

En fait, pour qui connaît Paris, les possibilités de profiter de sa richesse culturelle à moindre coût sont innombrables, comme de se promener dans les jardins et d’en découvrir les sculptures, de se balader dans Paris et d’en observer les détails architecturaux et mobilier urbain ou enfin d’assister à des événements et spectacles divers. Si, à la lecture de ce billet, d’autres idées de découvertes vous viennent à l’esprit, profitez de l’espace réservé aux commentaires pour partager. Sur ce, bons voyages dans l’espace et le temps, à Paname et en banlieue, et pensez le monde pensez vos recherches par des chemins de traverse.

 

 

Bibliographie

Malet, L. (1954-59). Les Nouveaux Mystères de Paris (15volumes). Paris. Laffont.

Perec, G. (1997). Perec/rinations. Paris. Zulma.

Perec, G. (1975). Tentative d’épuisement d’un lieu parisien. Paris. Christian Bourgois.

Rousseau, J.-J. (1782). Les Rêveries du promeneur solitaire. Lausanne. Rousseau.

Tardi, J. (1982). Brouillard au pont de Tolbiac. Paris. Casterman.

Sitographie

https://www.paris.fr/musees (site officiel de la Ville de Paris ; page consacrée aux musées)

https://www.parisinfo.com (site officiel de l’Office du Tourisme et des Congrès de la Ville de Paris)

http://www.parismusees.paris.fr/ (site de l’établissement public « Paris Musées »)

 

Pour en savoir plus

https://ver.hypotheses.org/477 (sur Jacques Tardi : article de Serge Martin sur son album « Moi rené Tardi prisonnier de guerre au Stalag II B »)


Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

3 réflexions sur « Rêveries d’un promeneur parisien : ou de l’art de rendre le dilettantisme productif »

  1. Je pense que vous voulez parler de l’entrée gratuite pour les collections permanentes car les temporaires sont payantes… Mais surtout un grand merci pour ce guide du flâneur très proche de Baudelaire et Walter Benjamin qui sont pour moi les deux grands éclaireurs de Paris – évidemment il faudrait ajouter Perec !

    1. Je viens justement d’ajouter Perec (avant-dernier paragraphe – et je me demande encore comment j’avais pu l’oublier…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.