Confucianisme et enseignement en Asie

Tout en rédigeant ma partie sur le système éducatif taïwanais, j’en suis venue à me demander pourquoi les études avaient autant d’importance dans de nombreuses cultures asiatiques. Je pense en avoir trouvé l’origine dans la pensée confucéenne. 

L’enseignement occupe une place importante dans la pensée confucéenne. Confucius lui-même était le maître de plusieurs disciples. Pour lui, tout le monde peut s’élever à force d’efforts et de travail, c’est pourquoi son enseignement est ouvert à tous. Cette importance de l’effort et de l’enseignement persiste toujours aujourd’hui en Chine et à Taiwan.

Confucius désire permettre à chacun de devenir un Junzi (君子 ; Jūnzǐ), un « homme de bien » comme le traduit Anne Cheng (1997). Ce concept existait bien avant le penseur chinois et signifiait alors « fils du seigneur ». Cependant, à l’époque de Confucius, le terme de Junzi désignait surtout les membres d’une élite aristocratique aux droits et privilèges acquis par la naissance. On gouverne alors les autres par droit de sang. Confucius s’oppose à cela. Pour lui, on ne devient pas Junzi par la naissance, mais par l’apprentissage. On le devient grâce à la pratique de la vertu, à notre perfectionnement spirituel et surtout à notre éducation. À partir de là, le Junzi confucéen peut être considéré comme un sage, un homme noble d’âme et quelqu’un d’exemplaire.

Ainsi, naissance et richesse ne peuvent pas à elles seules faire de nous quelqu’un. Les efforts priment. Une bonne éducation et de bons résultats scolaires peuvent, aux yeux de certaines sociétés asiatiques, changer le destin d’un homme. C’est pourquoi les études sont très importantes notamment à Taiwan où, comme le souligne Iris Chiang (2005), l’examen d’entrée à l’université peut être perçu comme « l’examen qui détermine toute la vie ».

 

Bibliographie

CHENG (A.). Histoire de la pensée chinoise, Paris, Seuil, 1997.

CHIANG (I.). « La réforme de l’entrée à l’université à Taïwan », dans Revue internationale d’éducation de Sèvres, n° 38, avril 2005, p. 53-66. [URL : http://ries.revues.org/1499 ; consulté en janvier 2018]


Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

2 réflexions sur « Confucianisme et enseignement en Asie »

  1. Je ne connais pas bien la situation de Taiwan, mais en ce qui concerne la Chine continentale, l’importance accordée à l’examen d’entrée à l’université est énorme et conditionne grandement la suite des études. Les deuxièmes chances existent mais sont difficiles à saisir dans un pays où l’individu a du mal à faire entendre sa voix, faute au nombre et à l’absence de démocratie sans doute. Ainsi, la pression sous laquelle se trouvent les lycéens est très forte, et les attentes parentales trop élevées sans doute. J’ajoute à cela un système d’évaluation basé sur le « par cœur », marginalisant les esprits créatifs et rebelles dont la société chinoise aurait pourtant grand besoin. Alors, dis-moi : qu’en est-il de Taiwan concernant la créativité et la démocratie à l’école ?

    1. Je viens justement de poster un billet concernant l’examen d’entrée à l’université pour ce qui est de Taiwan.
      La place de la créativité a, je trouve, beaucoup d’importance dans certaines universités. Cependant, elle est quelque peu réprimée au lycée où l’accent est mis sur l’examen d’entrée à l’université…
      Et ce système du « par cœur » est quelque chose de terrible qui nous suit jusqu’en France dans les cours de chinois (ça a été mon cas tout du moins)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *