Les stéréotypes perçus dans la littérature de jeunesse

Les stéréotypes appelés encore « clichés » font partie de la société auxquels nous sommes confrontés quotidiennement car, ils représentent les opinions ou les expressions des individus sur la vie de tous les jours et qui peuvent concerner différents thèmes tels que la politique, la religion, la sexualité ou encore l’apparence physique. En ce sens, Fischer définit le stéréotype comme : « une manière de penser par clichés, c’est-à-dire l’ensemble des catégories descriptives simplifiées basées sur des croyances et par lesquelles nous qualifions d’autres personnes ou d’autres groupes sociaux. » (Fischer,1996, p. 113)

Dans son ouvrage intitulé : « Comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre »,  Brugeilles et Cromer soulignent que : « la littérature de jeunesse n’est pas anodine, comme le laissent croire le chatoiement de graphismes recherchés et la variété du peuple des personnages. Elle contribue à la reproduction et à l’intériorisation de normes de genre. » (Brugeilles, Cromer, 2002, p. 289)

Dans cette perspective, les recherches effectuées par Anne Dafflon Novelle à l’université de Genève ont mis en évidence un certain nombre de représentations sur la littérature de jeunesse et le constat de leur enquête porte sur la théorie du genre et plus exactement sur les clichés sexistes, entre autres celui du genre féminin. Ces stéréotypes ne sont pas sans conséquences, ils ont un enjeu important au sein de la société, notamment par les rôles attribués à la gent masculine et féminine ainsi que sur le développement des apprenants.

Le postulat de ces recherches universitaires mettent l’accent sur les livres francophones pour la jeunesse publiés en 1997, elles ont démontré une irrégularité entre les deux genres humains : le masculin et le féminin, leur constat est que les livres pour enfants présentent un héros plutôt qu’une héroïne. Cette enquête a permis de relever que « Les asymétries les plus évidentes apparaissent avec des personnages animaux et des personnages adultes pour lesquels un rapport supérieur peut être observé entre les deux sexes. L’asymétrie entre les deux sexes est à son apogée dans les histoires anthropomorphiques s’adressant aux tout jeunes enfants (0-3 ans), avec alors dix fois plus de héros que d’héroïnes. » (Dafflon Novelle, 2003, p. 2)

En effet, les analyses de cette étude citée ci-dessus, démontrent clairement que les images des personnages figurant sur les albums étaient pour la plus part masculines et plus nombreuses que les personnages féminins et occupent plus souvent le rôle de « héros ». Par ailleurs, cette différence concerne aussi bien les personnages d’enfants que d’adultes. L’autre dimension stéréotype concerne le physique des personnages qui montrent expressément une différence d’ordre esthétique, en effet, les femmes ont une silhouette parfaitement identifiable contrairement aux personnages masculins, mais ce constat est sans équivoque péjoratif car les femmes sont présentées comme des ménagères confinées au statut de femme au foyer, elles ont donc un rôle familial alors que les illustrations des personnages masculins tiennent d’avantage le rôle de professionnels.

Les résultats de ces recherches admettent les conclusions suivantes : « Les filles sont représentées plus passivement, à l’intérieur et dans des lieux privés, le plus souvent dans leur propre maison, davantage en compagnie familiale, notamment avec de jeunes frères ou sœurs, avec lesquels elles effectuent des activités maternantes ou domestiques, lesquelles sont aussi repérées par le type d’habits portés. A l’opposé, les garçons sont représentés de manière plus active, avec des copains, à l’extérieur et dans des lieux publics (parcs, forêts, et autres terrains de jeux), dans des tenues vestimentaires adaptées, en train d’exercer des activités sportives ou de faire des bêtises. Par ailleurs, le type d’animaux choisis pour incarner chaque sexe est également vecteur de valeur différentielle. Les héros de sexe masculin sont beaucoup plus fréquemment imaginés dans la peau d’animaux puissants ou alors plus présents dans l’imaginaire collectif des enfants, comme les ours, animaux de la savane, loups ou lapins. A l’opposé, les héroïnes sont davantage représentées sous les traits de petits animaux ou d’insectes, comme les souris ou les guêpes. » (Dafflon Novelle, 2003, p. 2-3)

Bibliographie

FISCHER G-N. (1996), Les Concepts fondamentaux de la psychologie sociale, Paris : Dunod.

BRUGEILLES  C. CROMER I. CROMER  S. (2002), Les représentations du masculin et du féminin dans les albums illustrés ou Comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre, Population, 57 (2), 2002, p. 261-292.

DAFFLON NOVELLE A. (2003), Sexisme dans la littérature enfantine, quels effets pour le développement des enfants ? [en ligne], disponible sur : http://www.cemea.asso.fr/aquoijouestu/fr/textesref/SexismeLitteratEnfants.htm : consulté le 15/12/2017.


TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

8 réflexions sur « Les stéréotypes perçus dans la littérature de jeunesse »

    1. Merci Monsieur pour cette référence très intéressante, je viens justement de lire l’article d’Anne Larue sur Nelly Chabrol Gagne : « Filles d’albums. Les représentations du féminin dans l’album », j’ai trouvé pas mal de comptes rendus sur cet ouvrage et je pense qu’il me serait encore plus utile de puiser les informations directement à la source et rédiger mon propre compte rendu.

  1. Ton billet m’a fait penser à de nombreux articles que j’avais lus il y a un petit moment concernant les couvertures de romans issus de la littérature jeunesse. Des « héros » noirs dans les récits avaient été blanchisés sur la couverture et ça avait créé toute une polémique. Malheureusement, je n’arrive plus à retrouver tout ça sur internet…
    Heureusement que de moins en moins de stéréotypes se retrouvent dans la littérature jeunesse, même s’ils ne sont pas prêts de disparaître…
    D’ailleurs, que comprends-tu dans la littérature jeunesse ? Il y a tellement de livres catalogués « pour la jeunesse » de nos jours qu’on a du mal à savoir où s’arrêter (quoi qu’il n’y a pas d’âge pour lire ce que l’on désire lire).

    1. Effectivement Caroline, la littérature de jeunesse est devenue aujourd’hui une discipline en plein expansion, de nombreux ouvrages pour la jeunesse continuent à être édités et attisent de plus en plus la curiosités des jeunes, mais pas uniquement puisqu’on parle également de littérature de jeunesse pour les adultes, donc, il y a bien une différence. Cela étant, son champ disciplinaire s’accroît de façon considérable et pour le plus grand plaisir des lecteurs adeptes de ce genre littéraire. Pour ma part, je m’intéresse spécifiquement à la littérature de jeunesse destinée aux jeunes (enfants et adolescents) et plus précisément à l’un de ses genres, à savoir : l’album de jeunesse.

      1. Et il y a beaucoup à faire rien qu’avec les albums jeunesses.
        Ce semestre, j’ai eu un énorme coup de cœur pour l’album « Escales » de Rascal et Louis Joos. Si tu as un moment, je te conseille d’aller le lire. Les dessins et le texte sont sublimes !

        1. Oui, tu as raison, l’album de jeunesse est à la fois fascinant et complexe, c’est un outil multidimensionnel qui regorge de thèmes divers attelés à des situations socioculturelles expressément prégnantes. Et je te remercie de m’avoir indiqué cet album, je te dirai prochainement ce que j’en pense !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.