Le capital linguistique des Taïwanais

Depuis des siècles, Taiwan est en proie à de nombreuses luttes linguistiques, souvent liées à une histoire coloniale des plus complexe. Chaque nation l’ayant occupé lui a imposé sa langue nationale comme langue officielle. Aussi, au fil des siècles, l’île a changé plusieurs fois de langue officielle. Le mandarin est désormais la langue nationale de l’île depuis les années 1945-1950. Cependant, ce dernier a peu à peu dévié des standards pékinois jusqu’à devenir une langue propre à l’île.

Sandel (2003 ; 527)

Les dialectes aborigènes

Bien avant que les premiers colons et migrants ne s’installent à Taiwan, de nombreux aborigènes peuplaient déjà l’île. Leur arrivée remonterait à environ 5 000 ans. De la fin du XIIIe siècle et jusqu’au XIVe siècle, les habitants de Taiwan sont principalement des aborigènes. On dénombrait à l’origine 26 langues aborigènes présentes sur l’île. Cependant, au cours des deux derniers siècles, dix langues austronésiennes ont disparu tandis que seize autres continuent d’être parlées par les descendants des aborigènes. Selon Sandel (2003), seuls 2 % de la population taiwanaise actuelle descendent des tribus aborigènes. Aussi, les dialectes de ces dernières sont désormais principalement parlés par les personnes âgées et non enseignés à la jeune génération. Elles sont à leur tour menacées d’extinction. Pour pallier cela, le ministre de l’Éducation instaure l’apprentissage des cultures locales au programme des primaires et des collèges dès 1999. Plus récemment, le 26 mai 2017, une loi a été adoptée afin de promouvoir les dialectes aborigènes et leur conférer désormais le statut de langues officielles.

L’influence japonaise

Taiwan fut sous administration japonaise de 1895 à 1945 par le biais d’un traité imposé par le Japon au gouvernement chinois[1]. Cette période va fortement influencer Taiwan d’un point de vue économique, politique, mais également culturel. Le traité de Shimonoseki est signé en avril 1895 par Li Hong Zhang[2] et l’île devient dès lors colonie japonaise. Durant cette administration, la langue nationale est devenue le japonais. Le gouvernement japonais va alors lancer un large projet afin de développer et modernisé l’île, s’attaquant ainsi au système éducatif. Dès juillet 1895, des écoles vont être ouvertes à Taipei puis dans les principales villes de l’île. Des écoles, publiques, étaient ouvertes aux jeunes Taiwanais, mais les jeunes Japonais suivaient des cours dans des établissements différents. Puisque les Japonais prennent possession d’une île où l’on ne parle pas leur langue, la priorité est de l’apprendre aux enfants taïwanais. On privilégie donc l’apprentissage de la langue nipponne. On veut transformer les Taïwanais en bons Japonais. Ainsi, il est normal de constater que les personnes nées dans les années 1930-1940 possèdent le japonais comme langue maternelle (en plus, généralement, d’une langue aborigène). On peut également retrouver aujourd’hui, dans le mandarin parlé à Taiwan, des mots ayant subi l’influence phonétique de la langue japonaise. C’est le cas, par exemple, du terme 便當 (biàn dāng) qui tire son influence du terme japonais 弁当 (bentō) et qui signifie boîte-repas, panier-repas. En mandarin standard, si l’on veut parler de boîte-repas, on utilisera le terme 盒饭 (hé fàn).

Introduction du mandarin à Taiwan

Le mandarin n’est la langue officielle de Formose que depuis les années 1945-1950. En décembre 1949, après l’édification de la République populaire de Chine le 1er octobre 1949, Chiang Kai Chek, dirigeant de la République de Chine et anticommuniste, va fuir à Taiwan et y transférer ses institutions politiques. Il emmène près de deux millions de continentaux souhaitant fuir le régime de Mao Zedong. Sur place, les Taiwanais maîtrisent peu ou bien mal la langue nationale chinoise. Une politique linguistique est menée afin d’imposer le mandarin en tant que langue nationale et remplacer ainsi les nombreuses langues locales de l’île. Ainsi, le chinois standard, assimilé au chinois parlé à Pékin, devient la langue dominante tandis que les langues aborigènes sont principalement utilisées pour un usage local et familial. Pourtant, la politique linguistique tolérante à l’arrivée des nationalistes envers les langues de l’île s’est vite transformée en politique plus hostile et drastique. L’usage de toute autre langue que le mandarin pouvait dès lors être puni par la loi.

La répression des langues régionales faisait suite à une série de lois et de décrets sur les langues entrée en vigueur de 1950 à 1980. Par exemple, en 1956, le gouvernement KMT a officiellement interdit l’usage de tout dialecte dans les écoles. Celles-ci ont mis en place des patrouilles disciplinaires (jiucha dui) chargées de s’assurer que la loi était respectée. Un an plus tard, un décret officiel stipulait que les missionnaires n’étaient plus autorisés à prêcher en dialecte. De même, la Loi sur la radiodiffusion et la télévision de 1976 limitait l’usage des langues autres que le mandarin dans les émissions de télévision et de radio. (Klöter, 2004 : 3)

Aussi, il est tout à fait normal, de nos jours, de rencontrer des jeunes parlant couramment le mandarin et le Taiwanais. Cependant, à l’inverse, on trouvera de nombreuses personnes âgées ne parlant pas la langue de la Chine et la comprenant peu, voire pas du tout. Cette dernière situation est surtout visible dans les milieux ruraux où l’influence des étrangers parlant le mandarin est moindre (on ne ressent donc pas la nécessité de s’exprimer dans un mandarin « correct » pour se faire comprendre d’eaux) et où chaque personne parle la même langue locale.

Revaloriser les langues locales

Ce n’est qu’à partir de 1970 que la politique des langues connaît un grand tournant. Au même moment, sur la scène politique, de plus en plus de Taiwanais souhaitent une séparation politique entre la Chine et Formose. En 1990, le parti politique opposé au parti nationaliste, le D.P.P.[3], arrive au pouvoir. Les changements suivent. Des cours de Taiwanais sont proposés aux élèves des écoles primaires et des collèges. Les années suivantes, ces cours sont instaurés dans d’autres districts et les langues proposées comprennent le hakka et les autres langues austronésiennes de l’île. De nos jours, l’étude d’une langue taiwanaise est obligatoire dans les primaires et les collèges de l’île. Cependant, ce cours de langue devient optionnel dès l’entrée à l’université. De plus, ces langues locales sont souvent parlées à l’intérieur des foyers taiwanais et le mandarin ne sert que de langue de socialisation. Certains ont même recours à l’alternance codique[4] lorsqu’ils s’expriment dans un contexte familial ou entre amis.

Aujourd’hui, le mandarin garde toujours sa position de langue privilégiée et officielle à Taiwan, malgré des efforts fournis par le gouvernement afin de promouvoir les autres langues parlées sur l’île.

 

Bibliographie

BOURDIEU (P.), BOLTANSKI (L.). « Le fétichisme de la langue », dans Actes de la recherche en sciences sociales, volume 1, n° 4, juillet 1975, p. 2-32. [URL : http://www.persee.fr/docAsPDF/arss_0335-5322_1975_num_1_4_3417.pdf ; consulté en janvier 2018]

DAVY (G.). Eléments de sociologie, Paris, Vrin, 1950.

KLÖTER (H.). « Vers une société multilingue ? », dans Perspective chinoise, n° 85, octobre 2004. [URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/685 ; consulté en novembre 2017]

ROUX (A.). Chiang Kai Shek : le grand rival de Mao, Paris, Payot, 2016.

SANDEL (T. L.). “Linguistic Capital in Taiwan: The KMT’s Mandarin Language Policy and Its Perceived Impact on Language Practices of Bilingual Mandarin and Tai-gi Speakers”, in Language in Society, n° 4, September 2003, p. 523-551. [URL : http://www.jstor.org.ezproxy.univ-paris3.fr/stable/pdf/4169285.pdf ; consulté en décembre 2017]

REDOUANE (D.). « Théorie de la “rectification des dénominations” et réflexion linguistique chez Xunzi », dans Extrême-Occident, n° 15, 1993, p. 54-74. [URL : http://www.persee.fr/doc/oroc_0754-5010_1993_num_15_15_975 ; consulté en janvier 2018]

Sitographie

Musée virtuel des peuples indigènes de Taiwan. [URL : http://www.dmtip.gov.tw/ ; consulté en janvier 2018]

 

Notes

[1] Taiwan fut sous administration chinoise de 1662 à 1895, durant la dynastie Qing.

[2] Li Hong Zhang (李鴻章 ; Lǐ Hóngzhāng) est un militaire et homme politique chinois ayant occupé une place influente sous la dynastie Qing (1644-1912).

[3] Le Parti démocrate progressif.

[4] L’alternance codique, ou encore code-switching, est le passage d’une langue à une autre réalisé par un locuteur au sein d’une même communication.


Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

2 réflexions sur « Le capital linguistique des Taïwanais »

  1. Bravo pour cette introduction à l’histoire des langues parlées à Taiwan. J’avais entendu parler par une amie anthropologue de cette population autochtone d’avant la sinisation de l’île, et elle me faisait remarquer que les Chinois (communistes et nationalistes) se disputaient sur la question du rattachement de l’île au continent ou pas, mais n’incluaient jamais dans leurs considérations le point de vue de ses premiers habitants…
    Par ailleurs, pour quel type de romanisation vas-tu opter dans ton mémoire : à l’anglaise (Chiang Kai-shek), à la française (Tchang Kaï-chek, Mao Tsé-Toung), à la pékinoise (Jiǎng Jieshi, Mao Zedong) ?

    1. Ah, la question de la romanisation.
      J’avoue que j’hésite encore, même si je pense opter pour la version pékinoise. C’est celle que nous utilisions en licence pour les cours d’histoire de la Chine et c’est celle que je trouve visuellement plus jolie. J’ai l’impression que la romanisation anglaise et française essayent de me forcer à prononcer les noms d’une manière qui n’est pas celle que j’utilise habituellement.
      Pourtant, pour ce qui est des villes taïwanaises et établissements dont je parle dans le mémoire, j’utilise la transcription anglaise que l’on retrouve sur la plupart des cartes et documents officiels…
      Du coup, je suis en train de me demander si je peux utiliser la romanisation pékinoise pour les noms de personnes et la transcription anglaise pour les villes… Mais deux transcriptions dans un même document seraient étranges… Je vais surement devoir n’en choisir qu’une…
      Question compliquée, donc, mais merci de l’avoir posée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.