Les examens d’entrée à l’université taiwanaise

Comme le souligne Iris Chang (2005), le système éducatif taïwanais comporte trois étapes. La première correspond à l’enseignement préscolaire et aux neuf années d’enseignement obligatoire. La seconde coïncide avec l’enseignement secondaire, et enfin, la dernière correspond à l’enseignement supérieur. Si les élèves désirent atteindre cette troisième et dernière étape, ils doivent passer un examen d’entrée à l’université, pour le moins éprouvant. 

L’ « examen commun d’entrée à l’université »

Jusqu’en 2002, les étudiants taïwanais désirant entrer à l’université devaient passer ce que l’on appelle l’ « examen commun d’entrée à l’université ». Ce dernier n’était en vigueur que dans les universités dirigées par l’Education nationale dans un premier temps, mais fut étendu aux universités privées dès 1956. Les élèves devaient alors passer plusieurs épreuves : agriculture, droit et commerce, médecine, sciences naturelles et appliquées, et sciences humaines. Chaque année, l’Education nationale établissait un nombre total d’élèves pouvant être reçu à l’examen et admis à l’université. Dès 1984, les élèves ont la possibilité de formuler des vœux d’affectation et de choisir le département universitaire où ils aimeraient entrer. Cependant, le choix final de l’affectation semblait revenir au Comité désigné par l’Education nationale.

Les faiblesses de ce système sont énormes, bien que la transparence de l’examen protège des manipulations politiques et locales (corruption). Il faut savoir qu’à Taiwan, comme dans bien d’autres pays d’Asie, l’accession à l’université ainsi que le diplôme universitaire représente l’avenir de l’élève dans le système éducatif et culturel élitiste de Taiwan. Celui qui réussit à aller à l’université réussira sa vie. Ainsi, comme le souligne Iris Chang (2005), l’examen d’entrée à l’université peut être perçu comme « l’examen qui détermine toute la vie ». Le stress et la pression font dès lors partie intégrante de la vie des apprenants. L’ « examen commun d’entrée à l’université » est un véritable challenge qu’on imagine difficilement pouvoir se dérouler en France.

Les étudiants devaient passer sept à huit épreuves dans différentes matières en deux jours seulement. Seules dix à quinze minutes de pause étaient prévues entre chaque épreuve. Les sujets portaient sur l’ensemble des trois années d’enseignement secondaire supérieur. En d’autres termes, l’étudiant était jugé en deux jours sur l’ensemble des connaissances acquises en trois ans. Le résultat de ces deux jours d’examen déterminait s’il pouvait ou non intégrer une université et dans quel département il étudierait durant quatre années. Si l’étudiant échouait à l’examen ou n’était pas satisfait du résultat obtenu, il pouvait se présenter à nouveau, mais à condition d’attendre un an. (Chang ; 2005 : 57)

Afin de tenter de garantir le succès de leurs enfants aux examens d’entrée à l’université, de nombreuses familles les envoient étudier dans des établissements spécialement conçus pour préparer ces derniers : les buxiban (補習班 ; Bǔxí bān). Des « boites à bachotage » ou encore des « écoles de l’ombre » comme les surnomme Chou (2014). Malheureusement, beaucoup d’élèves ne résistent pas à la pression exercée par la société taiwanaise et leur famille. Certains en arrivent à se suicider. Les professeurs ressentent également cette pression et décident généralement de focaliser leur enseignement sur les matières au programme de l’examen, quitte à délaisser les autres.

La réforme de l’entrée à l’université

Aussi, en 2002, le ministère de l’Education taiwanais décide de réformer le système d’entrée à l’enseignement supérieur. Il est décidé de diviser la méthode d’entrée à l’université en deux possibilités : les examens et l’admission. L’Education nationale souhaite donner plus de pouvoir aux universités (qui s’effaçaient jusqu’à lors face au Comité en ce qui concerne les décisions d’affectation). En 2003, le nouveau programme d’entrée à l’université propose donc deux modes d’entrée et trois types de tests au choix des étudiants.

Chang (2005 : 60)
  • L’ « admission par nomination et candidature »

L’ « admission par nomination et candidature » a un quota fixé par l’Education nationale qui ne doit pas excéder 30 % de l’ensemble des étudiants voulant s’inscrire en première année d’université. Ce premier mode se subdivise ensuite en deux catégories : l’admission par nomination et ce qui ressemble à une candidature spontanée. Grâce à cette admission, un établissement scolaire peut recommander deux ou trois de ses étudiants par département universitaire. Cela permet à ceux qui excellent dans une discipline de se démarquer et d’avoir une chance d’entrer à l’université. L’étudiant doué en athlétisme et n’ayant pas forcément de bons résultats dans les autres matières enseignées aura une chance d’entrer dans un département universitaire lui permettant de développer ses capacités. La candidature spontanée, quant à elle, permet à l’étudiant de postuler à un nombre maximum de cinq départements universitaires. Ces deux méthodes de candidature ne sont pas cumulables. L’étudiant doit choisir l’une des deux. Il doit ensuite se présenter au « test de compréhension de la discipline » puis se rendre à un entretien. C’est d’ailleurs sur ce dernier que reposent de nombreuses critiques concernant cette réforme de l’entrée à l’université. En effet, il n’existe pas de critères précis et explicites concernant cette deuxième étape de l’admission. Les décisions des départements universitaires manquent donc de transparence et laissent la porte ouverte à la corruption et la manipulation.

  • L’ « admission selon les résultats aux tests »

Comme le premier mode d’inscription, l’ « admission selon les résultats aux tests » a un quota de participation fixé par l’Education nationale à 70 % de l’ensemble des étudiants voulant s’inscrire en première année. Ce second mode ressemble beaucoup à l’ancien « examen commun d’entrée à l’université ». Les élèves peuvent choisir jusqu’à quatre-vingts départements universitaires et passent ensuite des tests pour espérer y entrer. Là encore, c’est un comité choisi par l’Education nationale qui va décider de l’affection des étudiants en fonction de leurs vœux ainsi que de leurs résultats. Les tests sont au nombre de trois : le « test de compréhension de la discipline », le « test de matières imposées », et le « test des disciplines artistiques ». Tous les étudiants, même ceux ayant choisi l’ « admission par nomination et candidature » doivent se présenter à ce « test de compréhension de la discipline ». Ce dernier, qui a lieu chaque année en février, propose d’évaluer les connaissances des étudiants taiwanais sur une discipline au choix parmi cinq : la littérature chinoise, l’anglais, les mathématiques, les sciences sociales, et les sciences naturelles. Dans chacune de ces matières, les étudiants sont évalués sur l’ensemble de leurs deux premières années d’enseignement secondaire. Les départements des universités sont également libres d’imposer aux apprenants des tests de connaissances supplémentaires. Le « test de matières imposées » est plus difficile, plus dense. Se déroulant en juillet, il couvre le programme des trois années de lycée. Les établissements universitaires choisissent de faire passer aux étudiants six examens parmi un choix de neuf matières : la littérature chinoise, l’anglais, les mathématiques 1, les mathématiques 2, la physique, la chimie, la biologie, la géographie, et l’histoire. Le troisième et dernier test, celui des disciplines artistiques est spécifique à certaines universités. Il comprend la musique, l’art, et l’athlétisme. Si les étudiants décident de participer à la fois au « test de compréhension de la discipline » ainsi qu’au « test de matières imposées » alors ils peuvent postuler dans la plupart des établissements universitaires. Aussi, beaucoup se présentent à ces deux tests.

Les points faibles de la réforme

Depuis la mise en place de cette réforme d’entrée à l’université, les taux de réussite ont augmentés. Cependant, on peut lui reprocher son poids sur le budget des étudiants et de leur famille. En effet, le « test de compréhension de la discipline » est payant, mais c’est également le cas pour les éventuels entretiens. Il faut également penser au coût engendré par les déplacements. Aussi, les étudiants issus de familles aisées pourront davantage postuler dans de nombreux départements universitaires contrairement aux étudiants issus d’un milieu plus modeste. De même, le stress n’a pas disparu de la vie des étudiants puisque le nombre d’examens s’est vu augmenter et qu’il est dans l’intérêt de chacun de se présenter à la totalité d’entre eux afin d’augmenter les chances d’entrer dans l’université de son choix (d’autant que les universités les plus réputées sont souvent les plus demandées et les plus difficiles d’accès).

Iris Chang (2005) note également une modification de l’ambiance au sein des classes préparant l’entrée à l’université :

Par le passé, les élèves passaient ensemble l’examen commun d’entrée à l’université et recevaient les résultats en même temps. Les élèves d’une même classe partageaient le même but, se préparaient ensemble, s’aidaient et s’encourageaient mutuellement. Aujourd’hui, ce sentiment s’estompe progressivement. Avec la nouvelle procédure, les élèves peuvent choisir un seul mode d’admission ou les deux, « admission par nomination et candidature » et « admission selon les résultats aux tests ». Les résultats du premier sont donnés en avril, avant les résultats du second qui sont divulgués en août. En d’autres termes, alors que les élèves concernés par le second mode d’admission sont dans la dernière ligne droite de préparation au test décisif des matières imposées et ignorent encore tout de leur avenir, leurs camarades sont détendus et heureux car ils se savent déjà admis à l’université. (Chang ; 2005 : 63)

Ce que cet article m’a permis de comprendre par rapport à mon expérience personnelle

Lorsque j’étais assistante de langue française à Taiwan, je me rendais deux heures par semaine dans un lycée, le lycée Wenshan de Kaohsiung (seconde grande ville de l’île, située au Sud). Je me souviens que beaucoup d’élèves révisaient les mathématiques ou l’anglais au lieu d’être assidus au cours de français. Le professeur qui m’accompagnait avait alors dit de les laisser travailler tant qu’ils ne faisaient pas de bruit, car ils avaient un examen très important à passer afin d’entrer à l’université. Ces matières en faisaient partie, le français non. Alors que la remarque m’eut semblait étrange à l’époque, je comprends désormais davantage ce qui se jouait devant moi.

Bibliographie

CHANG (I.). « La réforme de l’entrée à l’université à Taïwan », dans Revue internationale d’éducation de Sèvres, n° 38, avril 2005, p. 53-66. [URL : http://ries.revues.org/1499 ; consulté en janvier 2018]


Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.