Annexe 1: Le plurilinguisme à travers les albums de jeunesse

J’avais publié précédemment un billet sur les carnets de recherche où j’avais mentionné entre autres un carnet d’illustration, en voici un exemple. Le choix de ces albums n’est pas fortuit, je les ai découvert récemment, je les trouve pertinents car d’un côté, nous avons des albums sans texte (La course au gâteau et Les prédateurs) et de l’autre côté, deux albums (Chez elle ou chez elle et L’enfant et le chat) regroupant à la fois une dimension textuelle et iconographique. Pour le séminaire de S. Stratilaki : « Education aux langues et au plurilinguisme », j’ai voulu analyser ces illustrations par une approche plurilingue, mais, il n’en demeure pas moins qu’une analyse plus fine de ces albums serait un outil pédagogique très important à exploiter dans une classe de FLE. Ces quatre albums ont été commentés par deux étudiants allophones et plurilingues. ( Les quatre illustrations sont extraites du site : https://www.babelio.com/resrecherche.php)

Texte qui accompagne ces iconographies

Je vous propose ci-dessous quatre illustrations d’albums de littérature de jeunesse, que l’on pourrait travailler en classe de FLE pour les apprenants du cycle 3. Présentez-moi en quelques lignes certaines caractéristiques qui vous semble pertinentes, je vous soumets ici quelques indications : l’image, le titre, les couleurs et le thème.

-Pouvez-vous nous faire partager vos connaissances linguistiques en traduisant le titre de chacune des illustrations dans les langues que vous parlez.

-Résumez en deux mots dans les langues que vous maîtrisez chacun des albums cités ci-dessous.

Chez elle par PonceletL'enfant et le chat par Hathorn

La course au gâteau par ThéPrédateurs par Guilloppé


TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

8 réflexions sur « Annexe 1: Le plurilinguisme à travers les albums de jeunesse »

  1. Nous avons parlé de l’album « La course au gâteau » durant le cours de littérature jeunesse. L’intervenante (Valérie Ducrot) avait attiré notre attention sur le grand nombre de personnages présents et sur la multiplicité des scènes et des histoires qui se jouent en même temps sous nos yeux.
    Je me souviens également qu’elle nommait les albums muets, albums auri-oculaires.

    1. Merci Caroline pour l’information, vouant un intérêt particulier pour la littérature de jeunesse, j’aurais aimé suivre ce cours mais malheureusement, je n’ai pas pu en raison de mes contraintes professionnelles, en tout cas, si tu as d’autres connaissances sur cet album et sur ce qui a été dit, je serai bien aise que tu m’en fasse part !

    2. Il me faudrait replonger en enfance, avec ce que cela signifie en terme de candeur, de lenteur de lecture (ce qui peut être plaisant quand on veut vraiment découvrir une œuvre), de joie face à chaque découverte. Si le contenant ressemble au contenu, s’il y a polychromie – et polyphonie, comme tu le suggères ! – ça ne pourrait que me plaire…

  2. Mes connaissances linguistiques à l’écrit se limitant au français et à l’anglais, sans grand intérêt pour répondre à tes questions 2 et 3, je passe à ta question 1 (j’ajoute que je ne connais pas du tout ces livres et que mes réponses courtes ne sont que des ressentis).
    « Chez Elle » : couverture (titre et police) un peu à l' »eau de rose » ; le public visé serait-il féminin, l’éditeur répondant ainsi à certains clichés ?
    « L’enfant et le chat » : me fait penser à une collection policière (le bandeau noir, l’urbanité, la nuit) ; pour un public de pré-adolescents ?
    « La course au gâteau » : plutôt pour les petits ? (animaux anthropomorphiques, couleurs pastels, pastoralité du thème) ;
    « Prédateurs » : livre policier, d’horreur ou bestiaire ? Couverture originale, plus osée, pour un public plus âgé ? Pour des adolescents ?

    1. Merci Jan-Mark pour ton commentaire et de t’être prêté à cet exercice d’écriture, d’ailleurs certaines de tes réponses rejoignent celles que j’ai pu recueillir. En ce qui concerne ces illustrations, mon objectif, est de voir de quelle manière, ces albums sont amenés à être utilisés en classe de FLE pour les niveaux CM1 ou CM2, donc plus pour les pré-adolescents. Cependant, je me suis rendue compte à l’analyse de ces albums que les réponses des étudiants sur la première illustration « Chez elle ou chez elle » étaient unanimes, le titre de cet album les a laissé perplexes et leur a même posé un problème de compréhension. Mais, je pense que c’est dû au fait qu’ils avaient sous les yeux uniquement une page du livre, alors, l’album complet aiderait sans doute les apprenants à mieux comprendre le contenu de l’histoire.

      1. C’est normal de s’entraider, nous sommes dans le même bateau… En ce qui concerne « La course au gâteau », la couverture attirerait un public bien plus jeune que les 3 autres, me semble-t-il.

    1. Oui Mikhail ! C’est un étudiant qui a eu la bienveillance et la gentillesse d’avoir accepté de répondre à mes interrogations, malgré nos emplois du temps chargés, il m’a permis de mener à bien mon entretien. Eh oui, c’est l’avantage d’être à l’université, on rencontre des étudiants de tout horizon et surtout, certains ont vraiment « le cœur sur la main » et nous font partager leur savoir et leur culture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *