BILINGUISME ET ENSEIGNEMENT EN HAÏTI : HYPOTHÈSE DE TRAVAIL SUR UNE PROBLÉMATIQUE HISTORIQUE

schématisation du système scolaire haïtien actuel

Crédit : http://www.ibe.unesco.org
  • Vers 1630 : une nouvelle langue arrive sur l’île que les Espagnols appelèrent Hispagnola, avec l’établissement des premiers français sur l’île de la Tortue au Nord-Ouest

  • Le traité de Ryswick du 20/21 septembre 1697 concède à la France toute la partie Ouest de l’île d’Hispagnola en laissant aux Espagnols la partie Est.
  • Du contact des langues africaines avec le français est né le créole.
  • Au terme de la guerre que les esclaves noirs livrèrent contre les français, l’indépendance est proclamée le 1er janvier 1804.
  • L’acte de cette indépendance, le premier document officiel du nouvel Etat est rédigé en français. Les fondateurs de la nouvelle république, ont tout naturellement opté pour le français comme langue officielle d’Haïti. Mais c’est sans bannir le créole, langue de la quasi-totalité des nouveaux libres.

Il existe en effet deux principales théories autour de la formation du créole haïtien :

  • La théorie de la simplification de la langue base, appuyée entre autres par les travaux de Marcel D’Ans (1968)
  • La théorie de l’interférence qui, elle, suppose que le créole sont « des stades intermédiaires dans l’acculturation linguistique ».

Entre ces deux principales, Valdman (1978, p. 17) opte pour l’hypothèse de la restructuration de la langue base par les locuteurs de la langue substrat.

Du point de vue sociolinguistique, le créole ne jouit pas des mêmes considérations en Haïti que le français. Il convient mieux dès lors de parler de diglossie que de bilinguisme. Cette diglossie, Christian March la caractérise en disant qu’il s’agit de « deux langues hiérarchisées […] prises dans des rapports de force inégaux » (Christian Marc, 1996 : 13). Le ministre Joseph C. Bernard qui lancera en 1982 la grande réforme scolaire en Haït a dénoncé en 1978 la « lutte contre [sic] les deux langues, lutte liée tout au long de l’histoire d’Haïti à une sorte de lutte de classe : le français, langue de la classe dominante qui fait tout pour dénigrer et maintenir dans un état d’infériorité la langue du plus grand nombre ; le créole ».[1]

Donc au début de l’enseignement en Haïti, le créole n’a eu donc aucune place à l’école. Mais en 1978, deux projets de loi sur l’enseignement présentés à la Chambre par le ministre Joseph Bernard sont adoptés et le second concerne bien évidemment l’usage du créole comme langue écrite et parlée dans l’enseignement. En son article premier la seconde loi dispose que : « L’usage du créole, en tant que langue commune parlée par les 90 % de la population haïtienne, est permis dans les écoles comme langue, instrument et objet d’enseignement. » [2] Mais aujourd’hui encore, en dépit des prescriptions du ministère de l’éducation en Haïti, la plupart des écoles interdisent en leur sein l’utilisation du créole que pourtant l’article 5 de la Constitution appelle « la langue commune ».

Selon le chapitre IV du Décret du 30 mars 1982 organisant le système éducatif haïtien en vue d’offrir des chances égales à tous et de refléter la culture haïtienne, et qui concerne particulièrement le créole comme langue d’enseignement : « Le créole est langue d’enseignement et langue enseignée tout au long de l’école fondamentale. Le français est langue enseignée tout au long de l’école fondamentale, et langue d’enseignement à partir de la 6e année » (article 29). « En 5e année de l’enseignement fondamental, l’enseignement du français est renforcé en vue de son utilisation comme langue d’enseignement en 6e année » (article 30).

Notre mémoire part donc de l’hypothèse selon laquelle au-delà des pratiques actuelles dans la plupart des institutions scolaires, le meilleur procédé qui permet de mettre les deux langues (créole et français) au profit d’un enseignement/apprentissage optimal et efficace en vue d’un vrai bilinguisme (comme le souhaite le MENFP) est le recours décomplexé à la langue première (L1), le créole, sans nécessairement la faire déloger la langue seconde (LS) qui est aussi langue d’enseignement.

Notes

[1] Cité dans : JEAN, Lionel (2017). « République d’Ayiti » dans Aménagement linguistique dans le monde. Québec, CEFAN, Université Laval. 9 novembre 2017. Consulté le 16 janvier 2018   

[2] Cf. Loi du 18 septembre 1979.

Références bibliographiques

JEAN, Lionel (2017). « République d’Ayiti » dans Aménagement linguistique dans le monde. Québec, CEFAN, Université Laval. 9 novembre 2017. Consulté le 16 janvier 2018.  

ROBERT J. P., 2002, Dictionnaire pratique de didactique du FLE, Paris : Ophrys.

SAINT-GERMAIN, Michel (1988) La situation linguistique en Haïti bilan et prospective, Conseil Supérieur de la Langue Française du Québec, Editeur officiel du Québec. |En ligne sur : http://www.cslf.gouv.qc.ca/bibliotheque-virtuelle/publication-html/?tx_iggcpplus_pi4%5bfile%5d=publications/pubd128/d128ch1a.html#ch1

 

Marc Lens Siméon

M2 Didactique des langues - Sorbonne Nouvelle, Paris 3 / Champs d'intérêt : Littératures francophones et Théories postcoloniales, Analyse du Discours et Recherches en acquisition de langues

More Posts


3 réflexions sur « BILINGUISME ET ENSEIGNEMENT EN HAÏTI : HYPOTHÈSE DE TRAVAIL SUR UNE PROBLÉMATIQUE HISTORIQUE »

  1. Toujours très intéressant de te lire et de t’écouter parler de l’histoire de ton pays, du créole et du français, et de constater l’influence des politiques dans le social et le culturel.
    En sais-tu un peu plus sur le statut d’autres créoles, comme les créoles de pays tels Maurice ou le Cap-Vert, ou les créoles des Départements et Territoires d’Outre-Mer de France, voire les créoles – “langues minoritaires” – dans d’autres pays que la France, comme le créole de Louisiane aux Etats-Unis ? J’imagine que les statuts varient, mais dans quelles mesures ? Et y aurait-il des “modèles” à suivre pour penser une meilleure reconnaissance du créole haïtien ?

  2. Merci beaucoup pour ce billet ! Est-ce que tu pourrais parler un peu plus de la différence de deux approches interprétatives linguistiques sur la formation du créole haïtien ? Il serait très intéressant de voir les mécanismes linguistiques qui y ont lieu.

    1. Merci Mkhail. J’y avais effectivement pensé. Je prépare un petit résumé de mes recherches la-dessus et je le présenterai dans un de mes prochains billets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.