État des lieux d’un début de recherche

Ou présenter son mémoire en cinq minutes  (exercice à préparer pour l’atelier du mercredi 7 février 2018)

1. Là où je suis

Je suis partie d’une idée : pourquoi ne pas, plutôt que de se contenter de montrer des extraits de films aux apprenants en classe de FLE, placer le cinéma au centre de l’attention et faire des films  ?

Inspirée par l’Usine des films amateurs du cinéaste Michel Gondry, je me suis demandée comment il était possible de concevoir un protocole pour guider (sans être trop dirigiste) des apprenants de FLE au travers de ce processus de création cinématographique.

À ce stade, le titre provisoire de mon mémoire était « Faire du cinéma en classe de français langue étrangère » et le protocole sur lequel je me basais, le suivant :

  • Visionnage, pour sensibiliser les apprenants au langage formel (échelles de plan, plan séquence, plan fixe, portrait, etc.) et informel (registres, situations précises de la vie quotidienne, éléments culturels, comportements, points linguistiques, etc.) du cinéma.
  • Écriture, répartition des rôles, écriture d’un storyboard, de dialogues, etc.
  • Tournage (et montage si besoin, mais je pensais surtout à du tourné-monté).

Ce protocole est toujours d’actualité, cependant, j’accordais au tout début de ma recherche trop d’importance à la dernière étape de celui-ci, à savoir le moment de la conception des films. En réalité, je me suis très vite rendue compte qu’elle s’avérait être finalement la moins réalisable cette année, compte tenu de mon terrain (j’y reviendrai certainement dans un prochain billet). Ce qui importe/apporte le plus n’est pas tant le produit fini, mais surtout le chemin que les apprenants parcourent pour y arriver : nouvel angle d’attaque pour ma recherche. Je privilégie maintenant la première partie du protocole.

(PREMIÈRE PARTIE) C’est en regardant des films et en cherchant ce que je pourrais bien en extraire (voir articles précédents) et pour transmettre quoi (langage formel/informel du cinéma), que je me suis arrêtée plus longuement sur des termes tels qu’oral, oralité, parole, interactions verbales, conversation, communication, etc. Pour moi, solliciter l’expression orale des apprenants était la finalité d’un tel projet.

Lire des ouvrages sur l’oral et la didactique de l’oral m’a permis mieux prendre conscience de l’ampleur du pan non-verbal sur lequel repose le parler. Ainsi, après « la langue », une seconde partie s’est ajoutée à ma recherche. Cette dernière tend plus vers  « la culture », et j’aborderai des termes tels que gestes, mimiques, kinésie, stéréotype, représentation, etc. (DEUXIÈME PARTIE).

J’ai donc essayé de démontrer que l’enseignement de la langue impliquait l’enseignement de la culture et j’ai découvert que le contraire était également possible. On peut utiliser le cinéma pour transmettre séparément des éléments linguistiques ou des éléments culturels, mais il apporte toujours un peu des deux. Il offre à l’enseignant de nombreux angles d’approche. (Langue et culture sont indissociables, il n’y a pas qu’une culture, on dit parfois plus avec le corps qu’avec des mots et finalement, ce que l’on entend par oral dépend avant tout de l’importance que chacun, enseignant ou apprenant, lui accorde dans la démarche didactique, etc.).

2. Là où je vais

J’aimerais prouver qu’à terme, une éducation à l’image peut-être vraiment bénéfique pour l’enseignement/apprentissage de la langue-culture cible et plus particulièrement pour l’expression orale et le rapport au corps de l’apprenant non-natif.

Le titre de mon mémoire a donc un peu changé :  Le cinéma en classe de français langue étrangère, pour l’enseignement d’une langue-culture : de l’éducation à l’image à la pratique langagière.

Je me rends compte que je ne parle finalement pas beaucoup de cinéma dans cette présentation, pourtant il est bien évidemment omniprésent dans ma recherche.

(TROISIÈME PARTIE) En lisant des professionnels du cinéma parler justement de cinéma, je me suis rendue compte que leur but (ce pourquoi ils font des films — ou travaillent le milieu) rejoint très étroitement notre champ de la didactique des langues. En effet, de nombreux cinéastes perçoivent le cinéma comme un moyen de communication. Pour eux, le cinéma a un statut de langage. Il a des codes propres que tout le monde comprend. Il est une langue donc, au même titre que le français. Enseigner la langue à travers le cinéma reviendrait donc à enseigner la langue par la langue… J’aimerais que cela fasse l’objet de la dernière partie de mon mémoire.

Enfin, j’envisage, pour chacune des trois parties de mon mémoire (et pour certaines sous-parties), d’avoir comme point de départ un extrait de film. Constituer un corpus et procéder de cette manière me permet d’extraire, à partir d’exemples concrets, la partie plus strictement théorique de ma recherche. Ainsi, la réflexion de mon terrain se déplie théoriquement et est présente tout au long du mémoire.

Image : La Vérité, Henri-Georges Clouzot (1960)


Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

4 réflexions sur « État des lieux d’un début de recherche »

  1. Je vois que, malgré tes billets relatant les difficultés que tu éprouves à te lancer dans la rédaction du mémoire, tu avances bien. J’apprécie aussi le fait que tu inclues la genèse de ta réflexion dans tes processus réflexif et rédactionnel.

    1. Mon problème est le contraire justement : je n’ai aucun mal à me lancer dans la rédaction du mémoire et beaucoup de mal à m’en détacher.
      Merci Jan-Mark, en tout cas !

  2. Pauline, j’aime beaucoup votre manière de raconter votre recherche avec ses allers et retours, ses reprises de conceptualisation, ses déplacements et métamorphoses… merci !
    Vers la fin, il me semble que vous devriez creuser la distinction entre langue et discours : oui! un film est un discours et construit un rapport au langage extrêmement important dans nos sociétés et donc en apprentissage d’une langue étrangère; mais ce n’est pas pour autant une langue… à moins d’employer ce terme métaphoriquement ou de lui donner la valeur de discours (organisation langagière trans-inter-subjectivante). Mais à vous de situer cette question dans votre parcours : vous montrez bien que vous le faites avec beaucoup d’autres notions.

    1. Merci monsieur pour votre commentaire qui me rassure beaucoup quant à la suite de la rédaction de mon mémoire.

      Merci aussi pour votre suggestion ; cette idée était toute récente et je n’avais pas encore eu vraiment l’occasion de voir la chose sous cet angle. Je vais tâcher de creuser la question !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *