Les politiques linguistiques éducatives des langues étrangères dans la Nouvelle Chine

Les politiques linguistiques éducatives des langues étrangères dans la Nouvelle Chine: en réaction avec les relations diplomatiques et la mondialisation

Les politiques linguistiques éducatives des langues étrangères ont vécu plusieurs grandes mutations après la fondation de la République Populaire de Chine. Entre 1949 et 1958, en raison de très étroites relations politiques, économiques et idéologiques avec l’Union Soviétique de l’époque, les politiques linguistiques éducatives et l’enseignement/apprentissage des langues étrangères ont fait preuve de la même tendance et de la même préférence : mettre tout en avant l’apprentissage du russe et diminuer l’apprentissage des autres langues, en particulier celui d’anglais. L’annonce sur les cours de langues étrangères au collège à partir de la rentrée automne 1954 a décidé que tous les cours de langues étrangères seront annulés au collège, quant aux lycéens, à partir de la première année du lycée, 4 cours de russe par semaine seront obligatoires. (Shen, 2012 : 190) Par conséquent, l’enseignement/apprentissage du russe s’est très rapidement répandu et le nombre d’étudiants spécialisés en russe ont dépassé le besoin de la société. L’enseignement de l’anglais et des autres langues étaient complètement négligé. (Ibid.)

A partir du milieu des années 1850, les politiques linguistiques ont changé. Le gouvernement s’est rendu compte de l’importance de l’anglais dans la scène internationale, ils commençaient à diminuer l’enseignement/apprentissage du russe et à améliorer la place de l’anglais dans l’enseignement/apprentissage des langues étrangères en Chine. A cette époque, l’anglais avait à peu près le même statut que le russe et les deux langues étaient aussi valorisées. En 1957, le cours d’anglais est revenu dans les classes des collégiens et l’enseignement de l’anglais était considérablement élargi. Venaient ensuite une suite de mouvements politiques bouleversants dans les 20 ans suivants : le mouvement de Grand Bond en Avant et la Révolution Culturelle. Comme disait Fu (2005 :33), L’enseignement des langues étrangères était profondément perturbé voire complètement interrompu pendant cette période. Mais, deux événements diplomatiques ont dans une certaine mesure débloqué la situation : l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France en 1964 et la rupture de relations intimes entre la Chine et l’Union Soviétique. Les Chinois ne se limitaient plus à l’apprentissage du russe. Avec les échanges grandissants avec la France et les autres pays, la Chine a besoin d’une politique linguistiques éducative plus ouverte. Une très forte demande des traducteurs ou interprètes dans le domaine de diplomatie et d’économie s’est émergée à cette époque. (Shen, 2012 : 192)

Après la politique de réforme économique et d’ouverture vers l’extérieur en 1978, les échanges économiques et culturelles entre la Chine et les autres pays ont multiplié et l’enseignement/apprentissage des langues étrangères s’évère de plus en plus prospère. Dans les années 1980, seulement quelques écoles primaires à de grandes villes comme Beijing et Shanghai avaient fourni des cours d’anglais. Cependant, en 19992, sauf quelques écoles à Qinghai et Ningxia, presque toutes les villes chinoises ont proposé les cours d’anglais dans leurs écoles primaires. (Shen, 2012 : 202) Mais du point de vue de Shen (2012 : 198), ce qui réussissait vraiment le peule chinois à l’apprentissage des langues étrangères, en particulier celui d’anglais, reposait sur l’établissement du système d’évaluation des langues étrangères. Comme les évaluations et les diplômes de l’anglais sont étroitement liées aux examens de fin d’études et d’entrée, voir à l’accès à un poste et à une promotion professionnelle, les Chinois, par volonté ou non, sont obligés d’apprendre l’anglais afin de mieux intégrer à la société en pleine mutation et de s’adapter à la mondialisation.

Bibliographies: 

  • Fu R. 2005. Politiques et stratégies linguistiques dans l’enseignement supérieur des langues étrangères en Chine nouvelle, Synergies Chine, 1, 27-39.
  • Shen Q. 2012. Les Politiques Linguistiques des Langues Étrangères à l’Asie de l’est. Pékin : Presse de l’Université de Beijing. 174 – 218.  沈骑. 2012. 当代东亚外语政策发展研究. 北京:北京大学出版社. 174-218.

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l'Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts


Une réflexion sur « Les politiques linguistiques éducatives des langues étrangères dans la Nouvelle Chine »

  1. Pour moi qui aime la Chine et m’intéresse à son histoire – surtout récente, la considérer sous le prisme des politiques linguistiques est passionnant. Se rendre compte des différents choix opérés au fil du temps aide à mieux comprendre l’évolution de ton pays (et ces 110 dernières années sont incroyables, et me rappellent un peu le 19° siècle français qui a connu lui aussi tant de bouleversements politiques).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.