Politiques linguistiques éducatives entre la Guerre de l’opium (1840) et la République de Chine (1912-1949) : changement de regards posés sur l’Occident

La perte des guerres conduit souvent à la cession du territoire, la Chine ,n’était pas une exception. À cause des défaites répétées dans les guerres, la dynastie Qing a signé un grand nombre de traités inégaux. (Shen, 2012 : 181) En raison des politiques linguistiques éducatives rétrograde des langues étrangères, les représentants de la dynastie Qing ne comprenaient pas les langues occidentales, c’étaient les puissances occidentales qui rédigeaient les traités, puis les traduisaient en Chinois, ils pouvaient facilement imposer et ajouter des conditions sans les expliquer. (Ibid.)

Bien conscients de l’importance des langues étrangères dans les activités diplomatiques et du manque considérable des traducteurs ainsi que des interprètes, les élites du gouvernement se sont engagées à rédiger les nouvelles politiques linguistiques éducatives des langues étrangères et à construire les écoles de langues étrangères. Aussi, ils se sont rendus compte que la civilisation occidentale était plus avancée, l’enseignement/apprentissage des langues occidentales donnerait l’accès à la technologie et au savoir occidentaux, qui leur permettraient de renforcer et de sauver leur Pays. Les élites ont donc déclenché le Mouvement d’autorenforcement et le Mouvement des affaires occidentales. Durant ces mouvements, la première école professant la langue, ainsi que la première école disposant une section de français a vu le jour : l’École impériale de langues de Pékin Tongwen guan en 1862. (Xu, 2014 : 1) A part le français, l’anglais, l’allemand, le russe et le japonais étaient également enseignés au sein de cette école. 7 écoles de langues étaient ensuite construites dans d’autres villes de la Chine. (Shen, 2012 : 183) Les objectifs de ces écoles et des politiques linguistiques éducatives des langues étrangères étaient bien clairs : former les traducteurs et traduire les livres occidentaux pour apprendre leur technologie et leur savoir.

En raison de la défaite dans la guerre contre le Japon en 1895, le Mouvement des affaires étrangères était obligé de s’arrêter faute du soutien politique et financier, l’éducation des langues étrangères étaient interrompu pendant quelques années. En 1903, certaines élites ont repris l’éducation des langues étrangères et de rouvrir les écoles de langues. Cependant, cette fois-ci, ils commençaient à s’interroger sur le système éducatif. L’enseignement des langues étrangères était considéré comme une partie intégrante dans l’éducation générale des élèves. Après l’établissement de la République de Chine en 1912, les intellectuels continuaient à réfléchir sur le système éducatif, en imitant d’abord le système japonais, puis le système américain. (Shen, 2012 : 187) Cependant, en mettant trop d’importance à l’apprentissage des langues étrangères, surtout à l’anglais, le nombre d’heures des cours d’anglais ont dépassé celui des cours de chinois. Ils avaient tendance de survaloriser l’enseignement des langues étrangères et de dévaloriser l’enseignement du chinois. Il manque donc un équilibre entre la disposition des cours.

Nous voyons que l’enseignement des langues étrangères en Chine de cette époque était très valorisé, parce que les regards que les Chinois portaient sur l’altérité et sur le même ont changé. Ils ne se considéraient plus étant supérieurs sur les autres nations et ont pris conscience de l’importance des langues étrangères comme les portes d’entrer au monde du savoir et de nouvelles technologies disposant par l’Occident. Mais nous apercevons également un conflit entre l’enseignement du chinois et celui des langues étrangères. L’enseignement des langues étrangères et l’enseignement de la langue maternelle, lequel est plus important ? Cette question fait objet de très grands débats à l’époque comme aujourd’hui, elle reviendra tout le temps dans les époques qui suivent. Nous remarquons aussi que dès le début de l’enseignement/apprentissage des langues étrangères en Chine, la traduction constitue une méthode et un contenu essentiels des cours de langues et que l’écrit est toujours mis en avant par rapport à l’oral. De notre point de vue, cela a mis en lumière, dans une certaine mesure, les aspects historiques de la dominance de la méthode grammaire-traduction en Chine.

Bibliographies:

  • Shen Q. 2012. Les Politiques Linguistiques des Langues Étrangères à l’Asie de l’est. Pékin : Presse de l’Université de Beijing. 174 – 218.   沈骑. 2012. 当代东亚外语政策发展研究. 北京:北京大学出版社. 174-218.
  • Xu, Y., (2014), « Histoire des méthodologies de l’enseignement du français en Chine (1850-2010) ». Thèse de doctorat en linguistique étrangère et appliquée. Université des Langues étrangères de Pékin et Université Nice Sophia Antipolis.

 

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l'Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts


2 réflexions sur « Politiques linguistiques éducatives entre la Guerre de l’opium (1840) et la République de Chine (1912-1949) : changement de regards posés sur l’Occident »

  1. Ta périodisation historique éclaire mieux la situation sociolinguistique prédominant en Chine et c’est frappant de voir que ce conflit linguistique entre le chinois et les langues étrangères est encore d’actualité.

  2. C’est le mot “opium” dans ton titre qui a attiré mon attention, non pas que je m’y adonne mais plutôt parce que je trouve cette période de l’histoire que tu évoques, et les jeux politiques d’alors, fascinants. Cela n’a pas un rapport direct avec tes recherches, mais si tu as le temps un jour, je te conseille de lire “Monsieur le Consul” de Lucien Bodard, roman dans lequel cet écrivain français, ayant vécu enfant en Chine dans les années 1920, raconte la Chine d’alors. Dans ce récit, il y a un fabuleux passage où il explique le circuit de l’opium, entre Indochine, Shanghai et Marseille (avec l’implication de politiciens sans scrupules, de policiers corses véreux…), circuit qui existe encore aujourd’hui mais sans passer par la Chine (la Concession française de Shanghai n’existant plus). Marseille comme plaque tournante de la drogue mondiale a été le sujet de plusieurs écrits, films (“French Connection”, de William Friedkin (1971)) ou d’articles (https://www.lenouveleconomiste.fr/a-la-une/quand-la-france-etait-leader-mondial-de-lopium-19871/). Autre plaque tournante : Fort Bayard, ou Kouang-Tchéou-Wan (广州湾), le Hong Kong français, tu connaissais?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.