Les politiques linguistiques éducatives des langues étrangères à l’ancienne Chine

Les politiques linguistiques éducatives des langues étrangères à l’Ancienne Chine: de l’ouverture à la fermeture, de la tolérance à l’ethnocentrisme

L’ancienne Chine  disposait une culture brillante, les échanges économiques, culturelles et technologiques avec les pays voisins et étrangers étaient très fréquents et prospères. La route de la soie (202 av. J.-C. – 8) qui a relié l’Asie et l’Europe en était une épreuve. Ce genre d’échanges nécessitait certainement un certain enseignement/apprentissage des langues étrangères. Pourtant, les politiques linguistiques éducatives durant cette période se caractérisaient plutôt par l’exportation et la diffusion de la langue chinoise. Les pays et les nations dans les alentours étaient très motivés pour apprendre la langue et la culture chinoise et la Chine les a accueillis avec les bras ouverts. (Shen, 2012 : 175) Shen (2012 :175) précise qu’entre 627 et 741, seul le Japon a envoyé plus de 550 étudiants en Chine pour apprendre le hanyu (langue des Han) et leur culture. La Chine s’est montrée très ouverte et tolérante aux cultures et aux langues étrangères. Il suffirait de prendre l’exemple de l’introduction du bouddhisme en Chine. Un grand nombre de livres bouddhistes traduits en chinois pour faciliter la transmission et la promotion de la religion démontrait l’existence des excellents traducteurs et d’apprenants des langues étrangères dans le pays.

Néanmoins, la situation s’est tournée à partir de la dynastie Ming (1368 – 1644). Comme les Han venaient de récupérer le pays des mongoles, ils faisaient épreuve d’une très forte volonté d’exclure les autres groupes ethniques et de se protéger contre les « barbares ». (Shen, 2012 : 177) Les échanges avec les autres pays commençaient à se diminuer. Quand arrivait la dynastie Qing (1644 – 1911), cette tendance s’est aggravée et le pays a été mené à la fermeture. Comme disait Meissner et Jacquet (2006 : 47),

La culture chinoise était tellement attrayante qu’elle prédominait depuis longtemps sur toutes les nations et tribus qui entouraient le pays. Cette prédominance, ainsi que le sentiment de supériorité sur les autres nations, étaient des composantes d’une identité développée au fil des siècles. (Meissner & Jacquet, 2006 : 47)

Ce sentiment de supériorité, cet ethnocentrisme, en plus des dérangements de plus en plus fréquents de la Russie dans le nord-est de la Chine, les empereurs de la dynastie Qing ont décidé de fermer les frontières afin de rétablir l’ordre économique et politique du pays. Quant à l’enseignement/apprentissage des langues étrangères, c’était totalement interdit par le gouvernement sauf l’E/A du russe pour défendre la frontière. De plus, il était également interdit d’apprendre les langues chinoises aux étrangers. (Shen, 2012 : 179) Entre 1450 et 1850, durant les 400 années, la Chine s’est fermée dans son propre monde, alors que les pays européens, grâce à la révolution industrielle et à l’accumulation des capitaux, devenaient de plus en plus forts et commençaient à envahir la Chine qui rêvait encore dans son ethnocentrisme.

De l’ouverture à la fermeture, d’une politique linguistique éducative tolérante et accueillante à une interdiction d’enseignement/apprentissage des langues étrangères, nous pensons que cette politique linguistique éducative rétrograde constitue une raison non moins importante des défaites de la Chine dans les années suivantes.

Bibliographies: 

  • Meissner W., Jacquet R. 2006. Réflexions sur la quête d’une identité nationale et culturelle en Chine. Du XIXe siècle àaujourd’hui. Perspectives chinoises, 97, 45-58.
  • Shen Q. 2012. Les Politiques Linguistiques des Langues Étrangères à l’Asie de l’est. Pékin : Presse de l’Université de Beijing. 174 – 218.   沈骑. 2012. 当代东亚外语政策发展研究. 北京:北京大学出版社. 174-218.

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l'Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts


4 réflexions sur « Les politiques linguistiques éducatives des langues étrangères à l’ancienne Chine »

  1. J’adore les cartes, ce sont pour moi les plus beaux livres… Celle que tu as placée en exergue de ton billet me rappelle mes plus beaux voyages : toujours un peu plus à l’Est… Que de noms et de routes mythiques : routes de la Soie, du Thé, du Sel (Tibet), de l’Encens (Yémen)… Lieux légendaires : Byzance, Antioche, Chang’An… Tous mes points de suspension sont là pour évoquer mes rêveries et mes envies de partir à nouveau sur la route… Mais en attendant, c’est le chemin de l’écrit qui se présente à moi, avec comme destination finale ce fameux mémoire.

    1. Merci de me partager ta passion sur les cartes et sur le monde oriental, tu as beaucoup voyagé quand même! 😀 Je suis sûre qu’une fois terminée le mémoire, ton chemin de l’écrit t’amènera encore plus loin dans ton chemin sur la carte. Bon courage pour la rédaction et à mardi! 🙂

  2. Un article vraiment très intéressant, et je pense que je vais aller voir tes sources de plus près pour en savoir plus.
    J’avoue que j’associe généralement la dynastie Qing (qui est l’une de mes période favorite de l’histoire de Chine) aux intrigues liées aux règnes de Kangxi et Yongzheng, aux habitudes de vie du XVIIe siècle, ou encore au règne du dernier empereur de Chine. J’en oublie bien souvent les interactions avec les pays étrangers, et surtout la fermeture de la Chine au monde extérieur (accompagnée de tout ce que tu nous rappelles dans ton article).
    En parlant de fermeture au monde extérieur et à l’étranger, cela me rappelle que lors de la lutte de succession pour le trône de Kangxi, son huitième fils avait été pressenti pour lui succéder, mais attirait déjà la méfiance des mandchous à cause de son amitié avec les étrangers et en particulier les jésuites. Etre proche des étrangers était donc mal vu.
    Enfin, tu dis que l’apprentissage des langues étrangères était proscrit durant la dynastie Qing, excepté le russe pour défendre les frontières. La langue officielle de la dynastie était bien le mandchou ? Existait-il une répression des autres langues chinoises (étrangères à la langue officielle) ou toutes étaient tolérées ?

    1. Coucou Caroline, excuse-moi de ma réponse vraiment très tardive, ça fait un moment que je ne me suis pas connectée sur ARLAP parce que j’avais des préoccupations personnelle… D’abord, bravo! je suis impressionnée par tes riches connaissances sur l’histoire de la Chine. Pour répondre à tes questions concernant la langue officielle de la dynastie Qing. En effet, au contraire des politiques linguistiques des langues étrangères qui s’avéraient assez fermées, leurs politiques linguistiques intérieurs étaient beaucoup plus tolérantes. Au départ, comme durant la dynastie Yuan, les empereurs de la dynastie Qing avaient l’intention de remplacer radicalement la langue officielle de l’époque, la langue des Han, par la langue de leur propre groupe ethnique, le mandchou. Mais au fur et à mesure, les mandchous étaient acculturés et assimilés par la culture des Hans, ils ont donc changé de politiques linguistiques. Il existait, en effet, durant la dynastie Qing, trois langues officielle: le mandchou, la Hanyu et le mongol. Si la question des politiques linguistiques en Chine t’intéresse, je pourrais t’envoyer mon dossier complet de politique linguistique qui aborde ces questions de façon plus détaillée. Mais si tu auras du temps de lire des livres en chinois, je t’invite vraiment à un livre auquel je me suis beaucoup référée durant la rédaction, je l’ai indiqué également dans ma bibliographie: Shen Q. 2012. Les Politiques Linguistiques des Langues Étrangères à l’Asie de l’est. Pékin : Presse de l’Université de Beijing. 174 – 218. 沈骑. 2012. 当代东亚外语政策发展研究. 北京:北京大学出版社. 174-218.
      Voilà, bonne lecture et bonne rédaction!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.