ACQUISITION DES LANGUES ET INFLUENCE DES LANGUES NON-MATERNELLES SELON MARIANA BONO

Crédit photo : Princeton Université|https://spo.princeton.edu/people/mariana-bono

Mariana Bono est professeure au Département d’espagnol et de portugais à Princeton Université dans l’Etat de New Jersey aux Etats-Unis. Avant de rejoindre cette université, elle a fait des études à Paris, particulièrement Paris 3 où elle a soutenu en 2008 une thèse sous la direction de Danièle Moore sous le thème : Ressources plurilingues dans l’apprentissage d’une troisième langue : aspects linguistiques et perspectives didactiques. Elle a ensuite enseigné la langue et la littérature espagnoles à l’Ecole Polytechnique, et la linguistique appliquée à Birkbeck, Université de Londres. Elle poursuit actuellement ses recherches sur « les approches basées sur l’alphabétisation pour l’apprentissage des langues enseignées, le lien entre la langue, la culture et l’identité, et la politique de la langue dans des contextes multilingues… Depuis qu’elle a rejoint le Département d’espagnol et de portugais, elle a contribué à la mise en œuvre d’un modèle pédagogique qui intègre la langue et la culture dans le programme d’espagnol. »[1]

L’article « L’influence des langues non maternelles dans l’acquisition du SN en espagnol L3 » de Mariana Bono (2010) « examine la question du rôle des langues dites secondes ou non maternelles (L2) dans l’acquisition d’une nouvelle langue (L3). » (Mariana Bono, 2010 : 251). Elle s’est penchée sur « l’impact possible de l’influence interlinguistique sur le placement de l’adjectif au sein du groupe nominal » à partir de « l’analyse d’un corpus de productions orales recueilli auprès d’apprenants d’espagnol L3 » (Ibid.). Ce corpus lui a permis « de mettre en évidence un ordre de mots qui ne correspond pas au comportement syntaxique de l’adjectif ni dans la L3, ni dans la L1, le français, mais reflète l’ordre caractéristique des autres langues connues des apprenants, l’anglais et l’allemand. » (Ibid.). Ainsi, a-t-elle voulu identifier les facteurs psycholinguistiques à l’origine de ce phénomène.

En raison de « l’influence des L2 sur l’apprentissage d’un L3 », les chercheurs en RAL s’intéressent de plus en plus aux « situations de contact et aux configurations linguistiques en contexte de plurilinguisme. » selon Mariana BONO « l’apprenant d’une langue seconde (au sens strict du terme) se fait de plus en plus rare, et l’enseignement des langues s’adresse désormais à des apprenants très majoritairement plurilingues. » L’auteur distingue en ce sens parmi les nouveaux profils d’apprenants :

  • Les apprenants qui possèdent plusieurs L1
  • Les apprenants qui possèdent une L1 et des L2 apprises ultérieurement

« Une des principales hypothèses de ce champ d’étude pose que les représentations linguistiques des apprenants monolingues diffèrent de celles des apprenants plurilingues […] » (p. 252).

« La distance représentée entre les langues (les représentations portées sur les systèmes en voie d’acquisition…) constitue une composante clé des grammaires d’apprentissage. Es représentations jouent un rôle de modèle métalinguistique naïf dans le traitement des données langagières et orientent la mise en place d’hypothèses sur le fonctionnement de la langue cible (voir, par exemple, Kellerman 1983 ou Besse & Porquier 1991). Or dans l’acquisition d’une L3, la L1 est souvent perçue comme étant plus distante et les autres langues connues (L2) comme étant plus proches de la L3 qu’elles ne le sont en réalité (Williams & Hammarberg 1998).

Première hypothèse : La psychotypologie ou distance perçue entre les langues serait ainsi affectée par la différence de statut entre les langues de son répertoire.

Cette hypothèse a été initialement formulée dans le domaine lexical, mais quelle est sa pertinence dans l’acquisition de la grammaire ?

Deuxième hypothèse : La proximité L2-L3 n’invalide pas l’hypothèse d’un effet langue étrangère, mais l’existence d’un tel effet serait renforcée si on peut montrer (…) qu’elle est valable malgré une distance L2-L3 supérieure à la distance L1-L3 (Bardel & Falk 2007 ; Rothman & Cabrelli Amaro 2010).

L’étude présentée par l’Article explore en ce sens :

  • le rôle du transfert interlinguistique dans l’élaboration des représentations syntaxiques à propos de la L3 ;
  • l’importance relative de la typologie et du facteur langue étrangère, deux éléments susceptibles de conditionner le transfert.

En situant le cadre théorique de son étude, Bono « passe en revue quelques-uns des travaux fondateurs pour l’étude du transfert interlinguistique, pour évoquer ensuite des recherches ayant permis d’identifier les facteurs psycholinguistiques qui conditionnent le transfert dans l’acquisition du lexique en L3. » (p. 253)

D’abord, sur le rôle des connaissances préalables dans acquisition d’une L3, l’auteur affirme qu’il y a un consensus sur l’input (saisie des éléments linguistiques) : « une partie de tout ce que les apprenants entendent ou lisent est utilisée dans la construction de leurs grammaires en L2 » (p. 253). Il existe trois facteurs de contrainte à la saisie : la fréquence ou la saillance d’un élément linguistique, l’attention sélective et la motivation et les attitudes. Bono note aussi comme facteur mais à part : l’expérience langagière de l’apprenant. Le « passé grammatical » joue alors le rôle un filtre d’organisation de la LE.

« On peut envisager l’apprentissage comme la création d’une grammaire à partir des connaissances dans la langue ou les langues connues, sans que cette perspective soit incompatible avec les approches qui conceptualisent l’apprentissage comme la construction d’une grammaire à partir des données présentes dans l’input en langue cible. […] il est difficile de leur [les lg déjà présente dans le répertoire] refuser toute influence dans le processus d’acquisition. De tous les phénomènes d’interaction interlinguistique, le transfert est sans doute celui qui soulève les questions les plus cruciales et qui pose les plus grands défis pour la RAL. » (p. 254). Cela, de l’analyse constructiviste des béhavioristes jusqu’aux théories cognitivistes (qui s’accentue sur l’analyse de l’erreur de l’apprenant pour voir sa progression).

Ainsi, jusqu’aux années 80, les transferts sur la langue cible étaient considérés comme relatifs à l’influence de la L1. A partir des années 80, avec l’émergence de la RAL3 et les travaux de Corder et autres, on affirme que les emprunts sont plutôt liés aux L2 plutôt qu’à la L1.

Ensuite, concernant l’effet langue étrangère dans l’acquisition d’une L3, « depuis une dizaine d’années, de nombreuses publications se sont penchées sur l’influence des L2 dans la production du discours en L3. » (p. 255). Certaines « font appel au modèle de production langagière qui pose l’existence de différents niveaux d’activation des langues connues dans le discours des locuteurs plurilingues (Green 1986 ; De Bot 1992 et 2004 ; Poulisse & Bongaerts 1994) » (Ibid). Ce modèle distingue : une langue sélectionnée contrôlant la production du discours et des langues dormantes dont le degré d’activation est bas ou nul. « On a pu postuler notamment que, dans la production du discours en L3, c’est la langue la mieux connue, la plus proche, la dernière acquise ou la plus fréquemment utilisée qui fournira les éléments lexicaux qui aident les apprenants à surmonter des lacunes dans leur interlangue. » (p. 255). « Cette hypothèse ne se confirme pas dans tous les cas ». Car ces critères interagissent de manière complexe et peuvent même se neutraliser comme : le degré de formalité discursive de la situation (Dewaele 2001) ou l’âge auquel l’individu a acquis ses langues (Cenoz 2003 ; Hammarberg 2006).

Après les trois facteurs de contrainte mentionnés plus haut, Bono ajoute un 4e facteur : celui lié au statut des langues au sein d’un répertoire plurilingue. C’est ce qui pour lui concentre aujourd’hui l’attention des chercheurs dans le domaine de l’acquisition du lexique en L3 dont Williams et Hammarberg. Pour ces derniers « lorsque deux langues, la langue première et une langue seconde, sont à égalité en termes de proximité typologique, de maîtrise et d’actualité, le principal fournisseur d’unités lexicales n’est pas la L1, mais la L2… En d’autres termes, l’apprenant d’une langue étrangère ‘sait’ qu’il doit ‘parler étranger’. » (p. 256). La distribution de rôles entre les langues connues, le français L1 et l’anglais L2, dans l’acquisition de l’espagnol L3 (Bono 2008 et sous presse) se fait de la manière suivante : les changements ayant une fonction pragmatique ou métalinguistique… impliquent toujours la L1 tandis que les changements qui ne semblent pas être soutenus par une activité métalinguistique et qui répondent au besoin de surmonter une lacune lexicale dans l’interaction verbale témoignent majoritairement d’un passage par une L2.

Entre autres, « certaines études accordent une plus grande importance à l’élément typologique tandis que d’autres communiquent des résultats selon lesquels l’appui sur une L2 dépend avant tout du niveau de maîtrise atteint dans cette langue. » (p. 258)

Enfin, concernant les interactions L2-L3 dans l’acquisition de la grammaire en L3, la plupart des publications existantes sur ce sujet s’inscrivent dans la perspective générativiste dite de ‘l’accès total et du transfert total’ (Schwartz & Sprouse 1996). Ces travaux (…) arrivent à des conclusions similaires en ce qui concerne le rôle des langues connues dans l’acquisition de la morphosyntaxe en L3 à savoir que le point de départ n’est pas toujours la langue première de l’apprenant mais bien au contraire, une autre langue connue (Cf. Flynn, Foley et Vinnitskaya (2004) et l’hypothèse d’un processus cumulatif soutenue par pas mal d’étude) qui sont soit neutres, soit facilitatrices de l’apprentissage. Ainsi, une L2 ne devient une source de transfert que lorsqu’une structure de la L3 n’est pas présente dans la L1. C’est là l’idée la proximité typologique nécessaire pour qu’une L1 ou une L2 puisse servir de point de départ (Cf. Bardel (2006) et son étude sur l’acquisition de la négation en italien L3 par des apprenants suédophones ; Leung (2007a) ; Bardel et Falk (2007) et leur étude sur le placement de la négation en L3). Tous les résultats pointent vers un transfert structural L2-L3.

Donc « dans l’acquisition d’une L3, la L2 agit en tant que filtre rendant la L1 inaccessible (Bardel & Falk 2007 : 480). » (p. 260)

La Section empirique de l’étude de Bono détaille :

  • l’objet d’étude : les facteurs conditionnant les transferts structuraux dans l’acquisition d’une L3, en l’occurrence l’espagnol, dont certaines propriétés au moins sont similaires à celles de la L1, le français, et différentes de celles des L2, l’anglais et l’allemand.
  • les hypothèses :
  1. dans l’acquisition d’une L3, des informations provenant d’une L2 peuvent orienter la mise en place d’hypothèses sur les propriétés syntaxiques de la L3 ;
  2. une ou plusieurs L2 peuvent être activées comme sources de transfert malgré une distance typologique L2-L3 plus prononcée que la distance L1-L3.
  • la méthodologie de travail : enquête porte sur le placement de l’adjectif épithète au sein du groupe nominal, généralement postposé en français ainsi qu’en espagnol, en revanche, quasiment toujours antéposé en anglais et en allemand. En ce sens, par rapport aux hypothèses formulées :
  1. Si la proximité typologique est une condition sine qua non du transfert interlingual, on peut prédire que nos sujets produiront uniquement des adjectifs postposés.
  2. Si, au contraire, l’adjectif est antéposé, ceci indiquerait que le facteur langue étrangère pourrait influencer les représentations des apprenants en ce qui concerne la nature de l’input d’une part et, d’autre part, les rapports de marque et la transférabilité des propriétés syntaxiques de leur L1. » (p. 261-262).
  • les caractéristiques de son corpus et de la population étudiée : cette étude se fonde sur l’analyse d’un corpus de données de production orale recueilli auprès de 18 étudiants universitaires non spécialistes en langues, six filles et douze garçons, qui suivaient un cours d’espagnol pour débutants.

Bono présente les résultats de son analyse après avoir rappelé les grandes lignes des règles pour le placement de l’adjectif au sein du groupe nominal dans les langues concernées.

  • Le placement de l’adjectif au sein du syntagme nominal :
  • Concernant les critères qui déterminent le placement de l’adjectif au sein du GN :
  1. critères sémantico-pragmatiques et discursifs ;
  2. la fréquence d’apparition ;
  3. les facteurs ayant trait à la structure informationnelle du GN ;
  4. les critères prosodiques et stylistiques occupent une place d’importance
  • Indépendamment du critère choisi pour rendre compte du placement de l’adjectif, on s’accorde pour dire que :
  1. dans les deux langues, la plupart des adjectifs sont mobiles, c’est-à-dire ils peuvent apparaître en position prénominale ou postnominale ;
  2. la postposition est l’ordre non marqué.

La Section 4 de l’article avance quelques éléments de discussion à partir des résultats obtenus, tandis que la Section 5 formule quelques mises en garde par rapport aux limites de notre étude.

« Ces résultats ouvrent des perspectives importantes pour l’enseignement des langues qui s’adresse à des apprenants plurilingues, car ils éclairent des phénomènes d’interaction entre les langues connues qui façonnent les modèles de fonctionnement linguistique élaborés par les apprenants et ont, par voie de conséquence, une influence bien réelle dans la construction de leurs grammaires d’apprentissage. » (p. 272).

Bibliographie et sitographie

Bono, Mariana. (2010). « L’influence des langues non maternelles dans l’acquisition du SN en espagnol L3 ». Language. 1. . 10.1075/lia.1.2.06bon.

https://spo.princeton.edu/

Note

[1] Tiré du site de Princeton university via le lien : https://spo.princeton.edu/people/mariana-bono

Marc Lens Siméon

M2 Didactique des langues - Sorbonne Nouvelle, Paris 3 / Champs d'intérêt : Littératures francophones et Théories postcoloniales, Analyse du Discours et Recherches en acquisition de langues

More Posts


Une réflexion sur « ACQUISITION DES LANGUES ET INFLUENCE DES LANGUES NON-MATERNELLES SELON MARIANA BONO »

  1. Il est amusant de constater que de nombreuses lectures, de nombreux auteurs, de nombreux noms reviennent dans toutes nos recherches : Moore, Besse, Porquier…) même quand nos thématiques sont assez éloignées les unes des autres. Cela nous permet aussi, en nous lisant mutuellement, de découvrir des ouvrages qui auraient échappé à notre radar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.