LES TROIS LIEUX DU CHANTIER DE MÉMOIRE

Crédit photo : Marc Lens Siméon

Nous nous acheminons vers le terme d’un parcours de formation en Master de Didactique des langues et, dans le but de produire notre mémoire, depuis plusieurs mois nous œuvrons dans un modeste chantier. Sur ce chantier se trouvent aujourd’hui plusieurs types de matériau : des voix, des textes, des images, des résumés et compte rendus de lecture, des extraits disséminés dans plusieurs lieux du champ de construction. Ces éléments se trouvent à divers étages de la pyramide sémiotique peircienne de l’ordre des indices à l’ordre iconique et de l’ordre iconique à l’ordre symbolique.

  • L’ordre indiciel

Dans l’ordre indiciel de notre chantier, nous regroupons tout ce que Daniel Bougnoux (1998) appelle « les traces sensibles ou les échantillons des phénomènes » (Daniel Bougnoux, 1998 : 32) : par exemple, des enregistrements d’échanges parfois cacophoniques entre des élèves sur une cour d’écoles où nous nous sommes rendus pour des observations. L’indice comme signe se définit par un rapport non différé entre représentant et représenté.

  • L’ordre iconique

L’ordre iconique concerne l’image en général où déjà s’opère un premier niveau de coupure sémiotique c’est-à-dire de différance au sens de Jacques Derrida qui a utilisé ce mot pour la première fois en 1959 avant de le reprendre dans L’Ecriture et la différence [1]. Il y a différance « chaque fois qu’un événement, un phénomène ou chose se diffère (se rature ou se virtualise) dans l’artefact de son signe » (Ibid : 47). Ainsi dans cet ordre, s’assemblent, dans notre chantier, particulièrement des images photographiques.

Image 1 : des élèves en temps de recréation à l’école Notre-Dame d’Altagrâce (Delmas, Haïti)

 

Crédit photo : Marc Lens Siméon

Cette image a été prise après un entretien avec l’un des enseignants de français le 9 janvier dernier autour de ses pratiques d’enseignement. Pour nous, le but est d’analyser comment les pratiques en cours, les prescriptions institutionnelles et la méthodologie qui les fondent favorisent ou non l’acquisition du français comme langue seconde dans un contexte créolophone. Dans la plupart des écoles, l’usage créole étant internet interdit, notre question est alors de savoir en quoi le créole peut être un frein à l’apprentissage du français.

Nous étions en terrain d’observation à l’école Notre-Dame d’Altagrâce (NDA) de Delmas en Haïti où nous avions eu des entretiens avec des membres de la direction dont le directeur pédagogique. La NDA est une école qui recouvre tous les cycles du parcours scolaire en Haïti de la première année à la Terminale. Elle fonctionne sous l’identité d’école privée catholique. De ce fait, « bien qu’elle se conforme au programme d’enseignement défini par le MENFP pour le curriculum scolaire, l’école NDA est aussi liée au Bureau Diocésain de l’Education (BDE) qui assure la supervision au niveau catholique et veille particulièrement à ce que la perspective catholique de l’éducation fondée sur l’anthropologie chrétienne ainsi que le projet d’éducation catholique sont mis en œuvre dans les écoles qui portent l’identité catholique[2].

En effet, Haïti est un Etat concordataire (à l’instar de l’Alsace-Moselle). Il n’y a donc pas de séparation stricte de l’Eglise et de l’Etat… Ce concordat n’a par ailleurs aucune incidence négative sur la liberté religieuse dans le pays. Toutes les religions peuvent ériger des établissements scolaires et même confessionnels. Il suffit d’obtenir une licence du MENFP. Selon Lewis A. Clorméus, « dans les faits, le clergé concordataire se charge de la question sociale et du contrôle de la culture et de l’éducation » (Lewis A. Clorméus, 2015; cf. Laënnec Hurbon, 2004). Ces propos sont cependant tempérés par les constats d’Auguste Joint (2008) et de Lewis A. Clorméus (2015) qui montrent tous les deux que depuis la deuxième moitié du 20ème siècle l’importance de cette mission éducative attribuée à l’Eglise catholique a diminué.[3]

Image 2 : A l’amphi de l’Institution scolaire Sacré-Coeur de Turgeau à Port-au-Prince

http://crayonjaune.com/journal/?p=879&wppa-album=25&wppa-photo=673&wppa-cover=0&wppa-occur=1
Crédit photo: crayonjaune.com

C’est une image qui illustre un article sur la caravane de la lecture jeunesse intitulée Grandir avec un livre. C’est, comme le nom l’indique, il s’agit de déplacements en série d’un groupe constitué d’imprimeurs, d’écrivains et d’artistes qui vont d’écoles en écoles faire des causeries, des débats, où les auteurs signent des ouvrages pour les élèves et où les artistes font des expositions ou livrent des performances. Le vendredi 12 Mai 2017, c’est l’Institution du Sacré Cœur, une école du quartier de Turgeau à Port-au-Prince qui avait accueilli cette caravane.

Durant notre passage à cette école, nous avions eu un entretien avec sa directrice autour des mêmes sujets qu’à l’école NDA.

  • L’ordre symbolique

Le concept d’ordre symbolique renvoie d’une part à Charles Sanders Peirce, sémiologue et philosophe de nationalité américaine, « un des fondateurs de la science des signes en tant que tels »[4] comme l’a souhaité Saussure[5], et à Lacan pour qui « le symbolique surgit lorsque l’on doit se prononcer, faire élection, s’engager, donner sa parole. »[6] Avec l’ordre symbolique, on est dans « l’arbitraire du signe » dont parle Saussure. C’est là que s’effectue la véritable coupure sémiotique, car toute contiguïté entre représentant et représenté est rompue. Le mot chat par exemple n’a qu’un lien conventionnel et non naturel avec l’animal. C’est le niveau de la conceptualisation, des opérations avant tout intellectuelles au sens littéral du mot « intellectuel ».

La problématique de l’enseignement/apprentissage du français langue seconde en contexte créolophone nous renvoie certes d’une part à la dimension l’empirie, mais elle exige que nous passions par les concepts théoriques pour comprendre et expliquer les données empiriques dans le but de proposer des pistes de solution au problème posé par la difficulté à passer de la diglossie au bilinguisme en Haïti.

Pistes bibliographiques

BOUGNOUX Daniel, Introduction aux sciences de la communication, 2e édition, coll. Repères, Paris, éd. La Découverte, 2001, 126 p.

DELEDALLE Gérard, « PEIRCE CHARLES SANDERS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 5 février 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-sanders-peirce/

DERRIDA Jacques, L’Écriture et la différence, Paris, Seuil, rééd. Points Essais, 1967, 436 p.

DE SAUSSURE Ferdinand, Cours de linguistique générale, éd. critique établie par T. de Mauro, Payot, 1972.

JUIGNET Patrick, « Lacan, le symbolique et le signifiant », Cliniques méditerranéennes, 2003/2 (no 68), p. 131-144. DOI : 10.3917/cm.068.0131. URL : https://www.cairn.info/revue-cliniques-mediterraneennes-2003-2-page-131.htm.

PEIRCE Charles Sanders, Écrits sur le signe, rassemblés, traduits et commentés par Gérard Deledalle, Paris, Éditions du Seuil, 1978. 263 p.

Notes

[1] Jacques Derrida, L’Écriture et la différence, Paris, Seuil, rééd. Points Essais, 1967, 436 p.

[2] Sur ces questions, on peut voir la Déclaration du concile Vatican II Gravissimum educationis promulguée par le pape Paul VI le 28 octobre 1965.

[3] On retrouve une bonne partie de ces propos en termes quasi identiques dans un essai sur les « méthodologies et enjeux contemporains des Didactiques FLE, FLS, FOS », séminaire suivi avec Mme V. Spaeth.

[4] Gérard DELEDALLE, « PEIRCE CHARLES SANDERS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 5 février 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-sanders-peirce/

[5] F. DE SAUSSURE, Cours de linguistique générale, éd. critique établie par T. de Mauro, Payot, 1972.

[6] JUIGNET Patrick, « Lacan, le symbolique et le signifiant », Cliniques méditerranéennes, 2003/2 (no 68), p. 131-144.

Marc Lens Siméon

M2 Didactique des langues - Sorbonne Nouvelle, Paris 3 / Champs d'intérêt : Littératures francophones et Théories postcoloniales, Analyse du Discours et Recherches en acquisition de langues

More Posts


5 réflexions sur « LES TROIS LIEUX DU CHANTIER DE MÉMOIRE »

    1. Bonjour Naaijer,

      Ta question me semble tellement intéressant que j’ai décidé de partagé en un billet la réponse afin que tous en profite. Merci à toi et bon travail.

  1. J’ai trouvé ton titre très percutant, il est vrai qu’à ce stade, le mémoire ressemble un peu à ce que tu nommes « chantier », effectivement, de nombreuses idées traversent notre esprit et se bousculent dans nos têtes sans savoir comment les rattacher les unes aux autres. Par conséquent, cette dénomination que tu suggère reflète particulièrement la réalité du terrain et prend tout son sens dans la pratique, en l’occurrence à travers tes observations assujetties à une dimension analytique à la fois textuelle et iconographique. En tout cas, pour ma part, tout « chantier » conduit à une belle bâtisse, alors, tu trouveras certainement les outils nécessaires à la construction de ton mémoire. Bonne continuation !

    1. Effectivement, comme tu l’as dit TAOUS NADI, c’est le moment où les idées se bousculent, les lectures suscitent des remises en question, des retour sur des idées déjà émises etc. C’est bien pour cela que je parle de chantier. Merci et bon travail à toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.